Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Manifestation contre le plan Trump aux abords de l'ambassade US à Aoukar

"L'accord du siècle est une gifle portée à la cause palestinienne", affirme le patriarche maronite Béchara Raï.

Des manifestants contre le plan Trump tentant de retirer les barbelés près de l'ambassade US à Aoukar, le 2 février 2020. AFP / ANWAR AMRO

Quelques dizaines de contestataires se sont rassemblés dimanche non loin de l'ambassade des États-Unis au Liban, dans la localité de Aoukar, contre "l'accord de la honte", le plan du président américain Donald Trump sur le conflit israélo-palestinien, très favorable à Israël et rejeté par les Palestiniens.

Agitant des drapeaux libanais, palestiniens et du Parti communiste libanais, les protestataires palestiniens et libanais issus de la gauche, rassemblés à plusieurs centaines de mètres de l'ambassade et souvent coiffés d'un keffieh, ont scandé des slogans hostiles à l'administration Trump et favorables de la cause palestinienne, appelant les Arabes à descendre dans les rues, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). 

"Nous n'allons pas accepter de céder notre terre", a martelé Itab, une réfugiée palestinienne venue de la région de la Bekaa. "Je suis venue ici pour défendre mes droits et ceux de mes enfants en tant que Palestiniens", a-t-elle ajouté. Abdallah Mahmoud, manifestant de 18 ans, a estimé que le plan était voué à l'"échec" et qu'il "ne passera pas tant que le peuple palestinien restera déterminé". "Le droit au retour en Palestine est un droit individuel et collectif", pouvait-on lire sur une pancarte, en allusion à la revendication de Palestiniens chassés de leurs terres par le conflit du droit d'y revenir après plusieurs décennies.

Certains manifestants ont tenté retirer une partie des fils barbelés mis en place par les forces de l'ordre sur l'ensemble des routes menant à l'ambassade, et sont arrivés devant une porte en fer installée en amont du siège de la représentation US. Vers 13 heures, les manifestants ont commencé à jeter des pierres sur les hommes de la brigade anti-émeute et des commandos de l'armée déployés sur les lieux qui ont répliqué en aspergeant une substance qui ont causé des brûlures parmi les manifestants, selon ces derniers. Les contestataires quittent les lieux vers 14 heures.



(Lire aussi : Après l’annonce de Trump, la Palestine revient en tête des priorités, selon le Hezbollah, le décryptage de Scarlett HADDAD)



"Une gifle"
Dans la journée, le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a affirmé que le plan Trump constituait une "gifle portée à la cause palestinienne et aux résolutions internationales depuis 1948", année de la création de l’État d'Israël.

De son côté, le cheikh Nabil Kaouk, membre du Conseil central du Hezbollah, a affirmé que le Liban est l'un des principaux pays touchés par le plan Trump.

Samedi, le chef de la diplomatie libanaise Nassif Hitti, qui participait à une réunion extraordinaire de la Ligue arabe au Caire, laquelle a formellement rejeté le plan de règlement américain, a appelé à "soutenir la position palestinienne" et à "œuvrer pour la paix".

Le Liban a déjà annoncé son rejet de principe du "deal du siècle" de M. Trump, en réaffirmant sa position en faveur de l’initiative arabe de paix de 2002, laquelle prévoit la reconnaissance d’Israël par les Arabes en échange d’un État palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale. 

Les camps palestiniens du Liban ont exprimé leur colère contre ce plan qui, selon eux, enterre le droit au retour. Au total, plus de 174.000 Palestiniens vivent au Liban, selon un recensement des autorités dévoilé fin 2017. Un chiffre bien plus faible que les estimations circulant dans le pays, qui vont parfois jusqu'à 500.000. Les premières vagues de réfugiés remontent à 1948, année de la création de l'Etat d'Israël. La plupart d'entre eux vivent dans le dénuement, dans des camps devenus au fil des décennies des quartiers populaires aux infrastructures en déliquescence.

Annoncé mardi à Washington par Donald Trump en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le "deal du siècle" prévoit l'annexion par Israël des colonies implantées en Cisjordanie occupée depuis 1967, en particulier dans la vallée du Jourdain. Selon le plan, celle-ci doit devenir la frontière orientale d'Israël. Le plan américain qualifie Jérusalem de "capitale indivisible d'Israël" et propose de créer une capitale pour l’État palestinien cantonnée dans des faubourgs de Jérusalem-Est.



Lire aussi

Un déficit après l’autre, l'éditorial de Issa GORAIEB

Palestine : est-il encore permis d’espérer ?



Quelques dizaines de contestataires se sont rassemblés dimanche non loin de l'ambassade des États-Unis au Liban, dans la localité de Aoukar, contre "l'accord de la honte", le plan du président américain Donald Trump sur le conflit israélo-palestinien, très favorable à Israël et rejeté par les Palestiniens.Agitant des drapeaux libanais, palestiniens et du Parti communiste libanais, les...

commentaires (7)

LE PEUPLE DE CE PAYS A UN TAT DE PROBLEMES POUR S,OCCUPER DE CEUX DES AUTRES. CHARITE BIEN ORDONNEE COMMENCE PAR SOI-MEME.

PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

10 h 57, le 03 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • LE PEUPLE DE CE PAYS A UN TAT DE PROBLEMES POUR S,OCCUPER DE CEUX DES AUTRES. CHARITE BIEN ORDONNEE COMMENCE PAR SOI-MEME.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    10 h 57, le 03 février 2020

  • Fini, fini si nous implantons les refugiés palestiniens , ils seront plus libanais que nous . Nous n'aurons plus jamais de président chretien Le Canada nous attend

    Chucri Abboud

    18 h 44, le 02 février 2020

  • Quand le ñibanais ne comprend pas qu'il est EXISTENTIEL pour le Liban de se debarrasser des refugiés palestiniens et syriens , et que c'est vraient urgent , on ne peut plus espérer que le Liban ne disparaisse pas bientôt . La place des chretiens surtout ne sera plus au Liban , mais au Canada .C'est prévu depuis très longtemps et les américains n'ont pas encore abandonné le plan Kissinger , au contraire !

    Chucri Abboud

    18 h 40, le 02 février 2020

  • Chèr compatriote ne vous résigner pas à défendre les intérêts d autre peuple aux dépends du votre !! Descendez dans les rues pour VOTRE AVENIR ET SEULEMENT VOTRE AVENIR NOUS SOMMES TOUS CONTRE UNE IMPLANTATION ... d ailleurs les USA l ont clairement affirmer ceux qui voudront quitter les pays où ils sont réfugiées pourront le faire vers u. Pays de leur choix

    Bery tus

    16 h 16, le 02 février 2020

  • A chaque moindre perturbation dans le monde, certains donnent l'ordre à des pseudos libanais à manifester dans les rues comme si le Liban est la scène de l'expression de tous les malheurs du monde. Notre malheur nous suffit alors de quoi vous plaignez-vous? De la création d'une nouvelle Palestine alors que notre pays n'est même pas sûr de résister au cataclysme qu'on lui a infligé et qu'aucun pays au monde n'a rien à cirer de ce qui nous arrive? Libanais descendez tous dans les rues pour défendre vos droits à une vie digne et oubliez toutes les raisons qui ont pu vous diviser. N'attendez plus car des projets néfastes qui se dessinent et dont vous serez les premières victimes seront mis à exécution si vous vous dispersez. Qu'on n'essaie pas de vous apitoyer sur le sort de X et de Y alors que nous nous trouvons au bord du précipice dans lequel ils veulent nous pousser. Ils, ce sont nos dirigeants vendus qui attendent des échéances dans les autres pays pour décider à quelle sauce nous allons être mangés. Pour une fois soyez avant tout libanais et ensuite chrétiens, sunnites, chiites, druzes ou autres. LA NATION VOUS APPELLE.

    Sissi zayyat

    15 h 15, le 02 février 2020

  • Ce plan américain existe depuis la création d'Israël et avait été annoncé à maintes fois et de différentes façons. Les pays de la région, arabes perses et turcs, ont tous participé à sa réalisation par la médiocrité de leurs politiques, actions et surtout la suppression de leurs populations et des potentiels intellectuels qu'ils avaient. Rassemblez vous devant l'ambassade des USA autant qu'il vous plait, le fait est que le Liban a besoin de sauvetage de notre classe politique bien plus que ces pertes de temps devant les ambassades! La source du mal est un cancer dans notre corps qui ronge notre système alors que l'on se soucie de la chute de nos cheveux et du changement de leur couleur. Israel et les USA ainsi que l'Iran etc. œuvrent pour leurs intérêts directs alors que nous faisons les funambules gratos dans les cirques des autres...

    Wlek Sanferlou

    14 h 52, le 02 février 2020

  • Il est vraiment lamentable que tout le Liban , y compris d'abord et avant tout nos "révolutionnaires" si impétueux et surxcités contre la corruption , ne participent pas à cette manifestation contre l'ambassade américaine , et contre ce deal du siècle si funeste et si néfaste pour l'avenir du Liban : C'est un complot epouvantable ourdi par les américains depuis des années afin d'obliger le Liban à implanter en masse les réfugiés palestiniens et leur donnant la natiobalité libanaise ! Imaginez un instant le déséquilibre démographique qui en résulterait ! Ils seront aidés par les réfugiés syriens qui ne dégommeront plus jamais de chez nous . Les chiites seront acculés à résister à ces sunnites nouveaux-venus , et les chrétiens ne pourraint plus jamais réclamer la première magistrature devant un tel déferlement sunnite . â court terme , ce plan vise à changer le visage de notre Liban en faisant de lui une patrie de rechange pour les réfugiés ! Il est incompréhensible que les FL , Kataeb , et autres ne participent pas EN MASSE à cette manifestation indispensable .

    Chucri Abboud

    13 h 55, le 02 février 2020

Retour en haut