Rechercher
Rechercher

syrie

Après la conquête de Maarret al-Naaman, grand bastion anti-Assad, quelle sera la prochaine cible ?

Que signifie cette défaite pour les jihadistes et les rebelles et quel sort attend leur grand bastion d'Idleb ?


Maaret al-Naaman, grande ville de la province d'Idleb, a été reconquise fin janvier 2020 par le régime Assad. . AFP PHOTO / HO / SANA

Avec la conquête de Maarret al-Naaman, grande ville de la province d'Idleb, le régime syrien inflige un nouveau revers aux insurgés, tout en consolidant son emprise sur une autoroute stratégique du nord-ouest du pays. Quelle sera la prochaine cible pour les forces de Bachar el-Assad ? Que signifie cette défaite pour les jihadistes et les rebelles et quel sort attend leur grand bastion d'Idleb ?

Avec des secteurs adjacents des provinces d'Alep, de Hama et de Lattaquié, la région d'Idleb est dominée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'el-Qaëda). D'autres groupuscules jihadistes et des factions de l'opposition armée affaiblies s'y trouvent également. La majeure partie de la région échappe toujours au contrôle du régime.


Quelle importance ?


Après avoir enchaîné les victoires contre les insurgés avec le soutien de l'aviation russe ces dernières années, le régime contrôle désormais plus de 70% de la Syrie et cherche à reconquérir l'ensemble du territoire national.

Dans la région d'Idleb, les bombardements des dernières semaines ont presque vidé Maarret al-Naaman de ses habitants. La perte de cette ville stratégique, que les forces du régime ont annoncé avoir repris mercredi, représente un coup dur pour les insurgés.

La ville était "un centre névralgique du soulèvement populaire contre le gouvernement Assad depuis le début de la révolution en 2011", rappelle l'analyste Samuel Ramani. "La reconquête de Maarret al-Naaman par le régime est un coup symbolique et stratégique porté à l'opposition syrienne", estime-t-il.

Deuxième grande ville de la province d'Idleb, Maarret al-Naaman est d'autant plus stratégique qu'elle se trouve sur l'autoroute M5 reliant Alep, deuxième ville du pays, à la capitale Damas.

Le pouvoir "est visiblement déterminé à reprendre les principales autoroutes qui traversent Idleb et relient d'autres régions du pays au poids économique plus important", pronostique Sam Heller, chercheur à l'International Crisis Group.






Que reste-t-il du grand bastion ?


Aujourd'hui, les insurgés ne contrôlent plus que 57% d'Idleb, c'est à dire le vaste secteur nord de la province, accolé directement à la frontière avec la Turquie voisine, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"L'armée syrienne n'a pas les moyens de se lancer dans une offensive de grande ampleur à Idleb", estime l'expert sur la Syrie Fabrice Balanche. Il pointe le rôle incontournable de la Turquie qui dispose de troupes et soutient des rebelles dans la région.

La Turquie, qui accueille déjà des réfugiés syriens et craint un nouvel afflux provoqué par les combats à Idleb, "devrait obtenir une zone de sécurité d'une trentaine de kilomètres à sa frontière au nord de la province d'Idleb", pronostique M. Balanche. "Les déplacés internes et les jihadistes seraient en sécurité pour une durée indéterminée", selon lui.

La moitié des trois millions d'habitants de la région sont des déplacés ayant souvent échoué à Idleb après avoir fui les combats et les reconquêtes du régime ailleurs dans le pays.





Quelles cibles dans l'immédiat? 


Après la reconquête de Maarret al-Naaman, les forces gouvernementales semblent déterminées à conquérir d'autres tronçons de l'autoroute M5. Une autre artère stratégique est dans le collimateur du régime: l'autoroute M4 qui relie la ville d'Alep à la province côtière de Lattaquié, bastion de la famille Assad dans l'Ouest. Les combats ces derniers jours se sont rapprochés de la ville de Saraqeb, située directement sur la M5, plus au nord de Maarret al-Naaman.

"Saraqeb est à la jonction" de l'autoroute Alep-Damas et de l'axe Alep-Lattaquié "qui est aussi une priorité stratégique pour le gouvernement", souligne M. Heller. "Il semble quasi-évident que Damas va mettre le cap sur cette ville", souligne-t-il.

Les troupes du régime se trouvent déjà à 10 kilomètres de Saraqeb, d'après l'OSDH. La ville a été visée ces derniers jours par des bombardements aériens du régime ou de son allié russe, selon la même source.

De même, les combats ont fait rage dans des secteurs du sud ou de l'ouest de la province d'Alep qui se trouvent à proximité de l'autoroute M5, d'après le directeur de l'Observatoire Rami Abdel Rahmane.



Lire aussi

« En Syrie, on a l’impression que les gens regardent nos souffrances comme une série télévisée »

Quand des réfugiés syriens en Turquie se mobilisent pour les déplacés d’Idleb

À Idleb, les gens veulent « juste être traités comme des êtres humains »


Avec la conquête de Maarret al-Naaman, grande ville de la province d'Idleb, le régime syrien inflige un nouveau revers aux insurgés, tout en consolidant son emprise sur une autoroute stratégique du nord-ouest du pays. Quelle sera la prochaine cible pour les forces de Bachar el-Assad ? Que signifie cette défaite pour les jihadistes et les rebelles et quel sort attend leur grand bastion...

commentaires (2)

Comme ça ne semble pas intéresser grand monde , on dira que après le nettoyage de Idlib des éléments wahabites , il sera fait le toilettage de cette région soutenue par les occidentaux , ensuite celle du groupe état islamique, et le meilleure pour la fin , les régions occupées par la turquie de erdo la canaille . Comme l'a promis le héros Bashar à son peuple , la Syrie sera totalement nettoyée des tous ces prédateurs envahisseurs unis dans la débandade , comme ils l'étaient dans le complot .

FRIK-A-FRAK

14 h 03, le 30 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Comme ça ne semble pas intéresser grand monde , on dira que après le nettoyage de Idlib des éléments wahabites , il sera fait le toilettage de cette région soutenue par les occidentaux , ensuite celle du groupe état islamique, et le meilleure pour la fin , les régions occupées par la turquie de erdo la canaille . Comme l'a promis le héros Bashar à son peuple , la Syrie sera totalement nettoyée des tous ces prédateurs envahisseurs unis dans la débandade , comme ils l'étaient dans le complot .

    FRIK-A-FRAK

    14 h 03, le 30 janvier 2020

  • Sans revenir sur les "prophéties" de faire partir un héros syrien , Bashar El Assad , en 15 jours , il y a 9 ans de cela , il est à constater que les complots occidentaux ne résistant jamais au temps ni au courage de ceux qui détiennent la vérité. Les houtis au Yémen suivent le même chemin , l'Iran dans le golfe persique et le Liban avec sa RESISTANCE LOCALE . TELLE A TOUJOURS ETE L'HISTOIRE QUAND ELLE EST ECRITE PAR DES BRAVES , PAS PAR DES LACHES .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 08, le 30 janvier 2020