X

Liban

Menottés, battus, insultés... Trois manifestants racontent leur calvaire à la caserne Hélou

Témoignages

« Nous étions une cinquantaine dans une étroite cellule comprenant dix matelas, sans possibilité de nous allonger. »

18/01/2020

Cette fameuse soirée de mardi où la manifestation devant la Banque du Liban a dégénéré, et les banques de la rue Hamra ont été saccagées, plus d’une cinquantaine de jeunes gens ont été arrêtés manu militari par les forces de l’ordre. Bousculés, menottés, battus et insultés pour certains, ils ont été transférés à la caserne Hélou à Beyrouth, pour y être coffrés entre 24 et 36 heures, serrés comme des sardines dans une étroite pièce qui ne comptait qu’une dizaine de matelas, avec des toilettes d’une saleté repoussante, et sans avoir le droit de prévenir leurs familles. Parmi eux, un bon nombre de contestataires pacifiques, dont quelques mineurs, mais aussi des personnes qui n’avaient rien à voir avec la révolte populaire, comme ce touriste syrien qui arrivait à l’hôtel en taxi. À travers le récit de trois détenus, libérés à une douzaine d’heures d’intervalle (mercredi dans la nuit et jeudi), transparaît une affaire de violences policières ponctuées d’intimidations, de harcèlement, d’insultes et de menaces à peine voilées. Comme pour rappeler que le respect des droits de l’homme n’a jamais été le fort d’un pouvoir qui persiste à recourir aux arrestations arbitraires, à user de la répression comme moyen de dissuasion et à pratiquer encore la torture dans ses centres d’arrestation. Et ce alors que le droit des manifestants de se réunir pacifiquement et d’exprimer leurs opinions est consacré par l’article 13 de la Constitution libanaise. Et que la Commission nationale de prévention contre la torture a prêté serment devant le chef de l’État en juillet dernier. Seul baume au cœur des détenus, la grande mobilisation du comité d’avocats proches de la contestation populaire qui leur a permis de toujours garder l’espoir d’une libération rapide.


(Lire aussi : La loi des parrains, l'édito de Issa GORAIEB)



« Coupable jusqu’à preuve du contraire  »

Waël* a tout juste 19 ans. Il est encore sonné par ce qu’il vient de vivre. Mais il s’« adapte », comme il le dit, même si « ça n’a pas été facile ». Cet étudiant acquis à la révolte populaire se trouvait ce mardi soir à Hamra non loin de la BDL, pour « voir comment les choses se déroulaient ». Le jeune homme évoque la montée de la violence entre forces de l’ordre et manifestants : jets de pierres, gaz lacrymogènes, courses-poursuites… Non loin de lui, des grenades lacrymogènes explosent. « Je tentais de les neutraliser avec de l’eau », souligne-t-il, précisant qu’il se tenait debout du côté des forces de l’ordre. Attrapé par un policier, le jeune homme crie son innocence. En vain. Les forces de l’ordre l’entraînent dans le fourgon de police avec un groupe de jeunes. C’est là qu’il reçoit les premiers coups. « Dans le fourgon, on nous ordonne de nous mettre à genoux, la tête par terre, poursuit-il. C’est alors qu’un responsable s’acharne sur nous. Il nous bat et nous insulte, sans retenue, pendant une bonne dizaine de minutes. » Transporté à la caserne Hélou, Waël est identifié à l’entrée, ses effets personnels confisqués. « Je n’ai eu droit ni à un avocat ni à un coup de fil », accuse-t-il. Ce n’est que le lendemain soir qu’il est autorisé à parler avec sa famille, pour une minute.

D’autres n’ont pas eu cette chance. « Nous étions une cinquantaine dans une étroite cellule comprenant dix matelas, sans possibilité de nous allonger », poursuit l’étudiant. Il garde toutefois son calme et tente de rassurer les quelques mineurs anxieux, dont un de 15 ans. Mais après son transfert pour les besoins de l’enquête dans un lieu qu’il n’a pas identifié, il raconte le harcèlement moral dont lui et les détenus ont été victimes. « On nous a menacés d’entacher notre casier judiciaire si nous manifestions encore, de nous interdire de quitter le pays et de poursuivre nos études », dénonce-t-il, inquiet. Waël se dit néanmoins « confiant, car innocent ». Il a toutefois pris conscience qu’au Liban, l’on est « considéré coupable jusqu’à preuve du contraire ». Libéré au bout de 36 heures, son téléphone confisqué, le jeune homme dort beaucoup. « Je suis épuisé, physiquement et moralement », lâche-t-il.


(Lire aussi : Thaoura 2.0... Et ce n’est que le début, le billet de Médéa Azouri)


« Esprit revanchard »

Moustapha Dandach, 37 ans, et G.S, 34 ans, se trouvaient, eux, au café T-Marbouta, célèbre pour son engagement en faveur de la révolution. Ils étaient attablés « depuis une bonne heure, après avoir manifesté pacifiquement dans le secteur de la BDL », quand les forces de l’ordre ont débarqué dans le café, racontent ces contestataires, un ingénieur et un musicien. Les agents ont alors insisté pour vérifier l’identité des clients, tandis que le patron s’insurgeait. « Il y avait au moins quatre différents services des FSI, raconte G.S. Face à notre refus d’obtempérer, ils n’ont pas hésité à recourir à la violence, ont bousculé certains d’entre nous sans ménagement. » Une dizaine de jeunes sont interpellés dans ce café, au même moment. « Parmi eux, un ressortissant syrien qui venait d’arriver à l’hôtel et qui sortait tout juste de son taxi. » Menottés, poussés dans le bus, les jeunes gens soulignent « l’esprit revanchard » des forces de l’ordre, « les insultes qui fusent » et cette « volonté d’arrêter à tout prix, même les personnes étrangères au mouvement de contestation ». « Nous n’avons pas répondu, pour éviter d’être battus », affirme G.S. Moustapha observe toutefois deux courants divergents au sein des FSI. « Ceux qui usent de la violence et les autres, qui compatissent, car après tout, ils font partie du peuple », note-t-il.

À la caserne Hélou, où ils constatent la surpopulation et la saleté repoussante des lieux, les deux militants réalisent qu’ils n’ont pas le droit de contacter leurs proches. Des avocats membres du comité de soutien aux manifestants s’en chargeront. C’est grâce à eux que tous les détenus seront donc identifiés et leurs proches contactés. Et qu’ils recevront le lendemain de la nourriture qu’ils se partageront. « Cela nous a rassurés. Nous avons réalisé que nous étions soutenus », disent-ils, d’autant qu’ils entendent, venant de l’extérieur, le bruit des pétards et des bombes lacrymogènes. Mais alors que les nombreux détenus discutent dans la cellule, un officier leur demande de baisser le ton, en les insultant. « Il nous a menacés de nous dévoiler “sa face cachée” », raconte Moustapha. Lors des interrogatoires, les détenus sont aussi poussés à révéler le mot de passe de leur téléphone et à signer un engagement à ne plus manifester. Certains, sous pression, se plieront à ces consignes, d’autres non. « La grande majorité des militants ne connaissent pas leurs droits », déplore Moustapha. Il sait pertinemment que lui et tous ses camarades de détention sont encore sous enquête, même après avoir été libérés, et vont devoir changer leur puce téléphonique et même leur portable, de peur d’être constamment surveillés.

*Le prénom a été modifié.


Lire aussi

Ces irréductibles qui campent depuis trois mois dans le centre-ville de Beyrouth

Journalistes victimes de violence : Raya el-Hassan ne convainc pas

HRW dénonce les atteintes au droit de manifester

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

JE COMMENCE A PENSER QU'IL EST TEMPS D'EXIGER DE LA POLICE ET DE L'ARMEE DE RENDRE DES COMPTES PUBLIQUES SUR CERTAINS AGISSEMENTS DE CERTAINS DE SES MEMBRES

PROTEGER CERTAINS MANIFESTANTS MAIS MEURTRIR DE COUPS D'AUTRES N'EST PASS DIGNE D'UNE ARMEE OU D'UNE POLICE.
SOIT VOUS TRAITEZ TOUS LES LIBANAIS DE TOUTES CONFESSIONS A L'IDENTIQUE OU VOUS TRAHISSEZ VOTRE SERMENT DE FIDELITE A L'ETAT LIBANAIS

LE CHOIX EST CLAIR

LIBAN D'ABORD, RELIGION BIEN LOIN DERRIERE


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES VOYOUS DES PARTIS BIEN CONNUS ARRIVENT AVEC BATONS, PIERRES ET COUTEAUX FONT DU GRABUGE, ATTAQUENT LES MANIFESTANTS, BRISENT ET METTENT LE FEU AUX TENTES, VOITURES ET BANQUES, SOUS L,OEIL COMPLICE DES POLICIERS... PAR PEUR PEUT-ETRE DE SE PRENDRE A CES VOYOUS... ET PUIS SE SONT LES MANIFESTANTS VICTIMES QUI SONT ARRETES. ON LE VOIT EN VIVANT SUR LES ECRANS DES T.V.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES VOYOUS DES PARTIS BIEN CONNUS ARRIVENT AVEC BATONS, PIERRES ET COUTEAUX FONT DU GRABUGE, ATTAQUENT LES MANIFESTANTS, BRISENT ET METTENT LE FEU AUX TENTES, VOITURES ET BANQUES, SOUS L,OEIL COMPLICE DES POLICIERS... PAR PEUR PEUT-ETRE DE SE PRENDRE A CES VOYOUS... ET PUIS SE SONT LES MANIFESTANTS VICTIMES QUI SONT ARRETES. ON LE VOIT EN VIVANT SUR LES ECRANS DES T.V.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL EST HONTEUX QUE DE TELLES PRATIQUES EXISTENT DE NOS JOURS. PUNISSEZ LES RESPONSABLES. ARRETEZ CES PRATIQUES HONTEUSES.

Zeidan

Cela est la preuve que nous sommes gouvernés par des voyous qui saccagent le pays et ses richesses, le pillent et non contents d'amasser des milliards en volant sans vergogne ... pour continuer leurs méfaits tranquillement ils tentent de briser ceux qui veulent le changement.

Marionet

Et aprës ça, Mme Raya Hassan bat sa coulpe et M. Imad Osman pose en victime... Heureusement que l'OLJ sous la plume de A-MH dénonce ces violences policières. A noter que ces événements se sont passés à Hamra, au cœur du sunnisme économique, ce qui explique peut-être le pourquoi du comment.

Yves Prevost

On est revenu à l'ère maudite de l'occupation syrienne.

LA VERITE

COMBIEN DE VRAIS CASSEURS AMAL ET HB CAD CHIITES ONT ETE ARRETTES?

LE VIDEO MONTRANT DES POLICIERS PASSER A COTE DE CERTAINES PERSONNES EN TRAIN DE CASSER UNE BANQUE SANS MEME LEUR PARLER EST SIGNIFICATIF DES ORDRES RECUS ( ou pour ne pas dire que ces policiers ont peur de ces individus )

MR OSMAN VOTRE DECLARATION A LA POPULATION ET VOS EXCUSES POUR LA VIOLENCE CONTRE LES JOURNALISTES VOUS LA DEVEZ A TOUS LES LIBANAIS ET TOUS LES MANIFESTATIONS

SI VOUS N'ETES PAS CAPABLE D'OBLIGER VOS FORCES A NE PLUS SE COMPORTER DE LA SORTE AVEC LES MANIFESTANTS , REFUSER SES ORDRES DES POLITIQUES OU DEMISSIONNER CAR CES VIOLENCES SONT SUR VOUS , LES POLICIERS NE FONT QU'OBEIR A VOS ORDRES

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants