Rechercher
Rechercher

iran

Plus de 50 morts dans une bousculade lors des funérailles de Soleimani

Le Parlement iranien adopte en urgence une loi classant toutes les forces armées américaines comme "terroristes".


Des Iraniens se massant sur le véhicule transportant le cercueil de Kassem Soleimani, le 7 janvier 2020 à Kerman. AFP / ATTA KENARE

Une bousculade a fait mardi plus de 50 morts lors des funérailles du général iranien Kassem Soleimani dans le sud-est de l'Iran où une foule immense a réclamé vengeance aux cris de "Mort à l'Amérique", pendant l'hommage au militaire tué en Irak par une frappe américaine. La bousculade a fait "plus de 50 morts", a indiqué le chef de l'Institut médico-légal de la ville de Kerman, Abbas Amian, cité par des médias iraniens. L'agence de presse semi-officielle Isna, citant le chef des secours de Kerman, Mohammad Sabéri, indique que 212 personnes ont également été blessées, "dont un petit nombre" est dans un "état grave".

En début de soirée, la télévision a commencé une diffusion en direct depuis le cimetière des martyrs de la ville où Soleimani doit être enterré. Mais la diffusion a cessé et des médias locaux ont laissé entendre que l'inhumation pourrait ne pas avoir lieu avant le matin, sans préciser les causes de ce possible report.

Plus tôt, le centre de Kerman, ville natale du général, avait été envahie par une marée humaine semblable à celle ayant déferlé dimanche et lundi à Téhéran et dans les autres villes où les cercueils de Soleimani et de ses compagnons d'armes tués avec lui ont transité pour un hommage populaire.

Chef de la Force al-Qods, unité d'élite chargée des opérations extérieures des gardiens de la révolution (l'armée idéologique iranienne), Soleimani était l'architecte de la stratégie de l'Iran au Moyen-Orient. Il a été tué vendredi par une frappe de drone américain devant l'aéroport de Bagdad.



(Lire aussi : La mort de Soleimani change aussi la situation intérieure de l'Iran)



"Plus puissant" 
Le processus d'"expulsion des Etats-Unis de la région a commencé", a lancé à Kerman le général de division Hossein Salami, commandant en chef des gardiens de la révolution. "Nous allons nous venger (...) S'ils (frappent de nouveau) nous mettrons le feu à ce qu'ils adorent", a-t-il dit sur un ton énigmatique. "Eux-mêmes savent bien de quels lieux je parle".

Le Parlement iranien a adopté mardi en urgence une loi classant toutes les forces armées américaines comme "terroristes" après l'assassinat de Soleimani.

"Le martyr Kassem Soleimani est plus puissant et vivant maintenant qu'il est mort", et "plus dangereux pour l'ennemi", a assuré le chef des gardiens devant les cercueils du général et son bras droit, le général de brigade Hossein Pourjafari, exposés parmi des gerbes de fleurs sur la place Azadi de Kerman.

Élevé à titre posthume au grade de général de corps d'armée, inusité depuis des années en Iran, Soleimani est largement considéré dans son pays comme un héros pour le combat qu'il a mené contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.

Soleimani "était aimé non pas simplement à Kerman ou en Iran, mais dans le monde entier", assure à l'AFP Hemmat Dehghan, un ancien combattant qui dit être venu de Chiraz, à plus de 500 km. "Le monde entier, les musulmans, les chiites, l'Irak, la Syrie, l'Afghanistan et tout particulièrement l'Iran, tous lui doivent beaucoup pour leur sécurité", ajoute l'homme de 56 ans.

Depuis l'assassinat de Soleimani, la communauté internationale redoute une déflagration majeure dans la région, notamment sur le sol irakien.



(Lire aussi : Le Moyen-Orient post-Soleimani : 10 points pour comprendre les enjeux)



"En danger" 
Alors que les principaux dirigeants civils, religieux et militaires iraniens annoncent une vengeance terrible, les appels à la "désescalade" se multiplient de par le monde.

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, qui devait assister jeudi à une réunion du Conseil de sécurité à l'ONU, à New York, a indiqué avoir été informé par le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres que les Etats-Unis lui avaient refusé son visa. Et les ministres français, allemand, italien, britannique des Affaires étrangères se réunissent mardi à Bruxelles pour évoquer les conséquences de l'élimination de Soleimani.

Mardi, dans un entretien téléphonique, le président iranien Hassan Rohani a averti son homologue français Emmanuel Macron que les intérêts américains au Moyen-Orient étaient désormais "en danger". M. Macron a lui rappelé "l'attachement de la France à la souveraineté et la sécurité de l'Irak" qui "doivent être renforcées par la présence sur son sol de la coalition internationale" antijihadistes.

De son côté, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a argué mardi que le président Donald Trump "avait absolument les bases légales appropriées" pour donner l'ordre de tuer Soleimani, défendant la légalité de de toute future action militaire des Etats-Unis contre l'Iran.

Les Etats-Unis ont créé la confusion lundi en transmettant par erreur aux autorités irakiennes une lettre annonçant des préparatifs en vue du retrait de leur soldats d'Irak. La lettre faisait référence à un vote dimanche du Parlement irakien exhortant le gouvernement à expulser les troupes étrangères d'Irak après la colère provoquée par la frappe ayant tué Soleimani. Mais le ministre de la Défense américain Mark Esper l'a assuré devant la presse : "Aucune décision n'a été prise de quitter l'Irak."
Toutefois, le Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel Mahdi a confirmé mardi avoir reçu une lettre "signée" et "très claire" du commandement américain annonçant un retrait militaire.

L'OTAN a de son côté annoncé mardi le retrait temporaire d'une partie de son personnel d'Irak. Les Canadiens et les Allemands - membres de la coalition antijihadistes - ont annoncé mardi avoir transféré ou qu'ils allaient transférer des soldats vers la Jordanie et le Koweït.

En attendant, une faction pro-Iran a affirmé mardi à Bagdad que les groupes armés irakiens pro-Iran allaient unir leurs rangs "aujourd'hui ou demain" pour lutter contre la présence américaine dans la région.





Portrait
Soleimani, l’ombre iranienne qui planait sur le Moyen-Orient


Lire aussi
A Tel-Aviv, on craint peu les nouvelles menaces de Téhéran

Nucléaire iranien : l'accord international ne tient plus qu'à un fil

Nasrallah ignore le Liban : tant mieux ou tant pis ?l'édito d’Élie Fayad

Pour ou contre Soleimani ? Telle n’est pas la question, le commentaire d'Anthony Samrani

Pourquoi l’Iran risque de fermer complètement la parenthèse révolutionnaire

Les invités du soir, l'édito de Issa GORAIEB

Assassinat de Soleimani : quelles conséquences au Liban ?

Assassinat de Soleimani : une logique de guerre à l’issue incertainele commentaire de Michael Young



Une bousculade a fait mardi plus de 50 morts lors des funérailles du général iranien Kassem Soleimani dans le sud-est de l'Iran où une foule immense a réclamé vengeance aux cris de "Mort à l'Amérique", pendant l'hommage au militaire tué en Irak par une frappe américaine. La bousculade a fait "plus de 50 morts", a indiqué le chef de l'Institut médico-légal de la ville de Kerman,...

commentaires (8)

Les morts ne comptent pas en Iran. La révolution avant tout.

Citoyen

22 h 50, le 07 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Les morts ne comptent pas en Iran. La révolution avant tout.

    Citoyen

    22 h 50, le 07 janvier 2020

  • Ils ont fait plus de victimes que n’importe quel raid, je ne comprends pas !

    Liberté de Penser

    20 h 21, le 07 janvier 2020

  • L,HOMME LE PLUS AIME ET VENERE DE L,IRAN ET DE SES ACCESSOIRES ET LE PLUS HAI DES PAYS OU AGISSENT CES ACCESSOIRES, DES PAYS ARABES ET DU MONDE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 05, le 07 janvier 2020

  • ...32 morts à son enterrement...ainsi il ne sera pas seul dans ce paradis promis aux martyrs !!! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 29, le 07 janvier 2020

  • Rohani un président sans pouvoir, sous l’œil inquisiteur des gardiens de la révolution, des fanatiques opportunistes qui empochent toute la richesse du pays et en plus ont mis la main sur les 150 mds lâchés suite à l’accord nucléaire. C’est un état dans l’état avec cet énorme pactole qui sert à corrompre les tribus shiites arabes, en exploitant l’irrationalité religieuse, embrigadant les ressources humaines de cette communauté. L’objectif est de réaliser le rêve d’un empire perse qui s’étend sur les territoires syriens, irakiens et libanais comme au cinquième siècle av. J.-C.,où les rois Cyrus II (555-529 av. J.-C.) et Darius Ier (521-485 av. J.-C.) conquièrent les territoires voisins de l'Iran. Pour cette raison les modérés, réformateurs iraniens, sont peut être satisfait de voir cette chape de plomb des gardiens de la révolution, décapité. Dès lors un équilibre pourrait-être envisagé et les réformateurs pourraient à nouveau aider leur pays à sortir de cette crise sociale et humaine que subit la société iranienne, provoquée pas ces fanatiques mégalos. Il est possible qu’à terme l’Iran revient à la table de négociation pour finir avec ce cauchemar qui dure depuis 1979. Un pari que l’administration américaine a provoqué ce début de 2020.

    DAMMOUS Hanna

    15 h 24, le 07 janvier 2020

  • Ca rappelle "la malédiction du pharaon"...

    Wlek Sanferlou

    13 h 38, le 07 janvier 2020

  • Les amerloques en ont tué un, eux en ont rajouté 30 sur la liste... Trump n'aura jamais espéré mieux il en a eu 31 en se débarrassant d'un seul! Imbattable en business!

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 28, le 07 janvier 2020

  • “Il etait aimé dans le monde entier”. Ces gens devrait sortir un peu de chez eux, et meme a leurs porte en iraq la moitie de la popultion a celebré sa mort... il n’etait qu’un mercernaire se battant pour une ideologie qui ne favorisait qu’un seul coté. Pas besoin de plus de pleur que sa. La presence des iraniens dans la region est tout aussi mefaste que celle des americains. Point a la ligne. Un peu comme celle des russes en europe de l’est pendant la guerre froide.

    Thawra-LB

    11 h 49, le 07 janvier 2020