Liban

Crise : Hariri demande l’assistance technique de la BM et du FMI pour élaborer un "plan de sauvetage"

Le Premier ministre sortant a par ailleurs discuté avec le directeur de la BM d'une éventuelle augmentation des aides versées par la Société financière internationale, dépendante de la BM, pour soutenir les échanges commerciaux du pays.

Le Premier ministre libanais sortant, Saad Hariri. Photo Ani

Le Premier ministre libanais sortant, Saad Hariri, a contacté jeudi le président de la Banque mondiale, David Malpass, et la directrice exécutive du Fonds monétaire international, Kristalina Gueorguieva, à qui il a réaffirmé son engagement à préparer un "plan urgent de sauvetage" afin de sortir le Liban de la crise économique et financière qu’il traverse. Le chef sortant de l’exécutif leur a en outre sollicité l’assistance technique des deux organisations internationales pour élaborer ce plan.

M. Hariri a évoqué avec ses interlocuteurs "les difficultés économiques et monétaires" que connaît le pays. Il a affirmé qu'il était entièrement engagé à "préparer un plan urgent de sauvetage pour résoudre la crise", dans l'attente de la formation du nouveau gouvernement qui pourra le mettre en œuvre. Il a dans ce cadre discuté avec M. Malpass et Mme Gueorguieva des aides que peuvent apporter la Banque mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI) pour préparer ce plan.

Le Premier ministre sortant a par ailleurs discuté avec le directeur de la Banque mondiale d'une éventuelle augmentation des aides versées par la Société financière internationale, dépendante de la BM, pour soutenir les échanges commerciaux du Liban. Cette requête s'inscrit, selon un communiqué du bureau de presse de M. Hariri, dans le cadre des efforts lancés par ce dernier pour répondre aux besoins des différents secteurs en matière d'importation. Au cours des derniers jours, Saad Hariri avait déjà contacté de nombreux pays exportant des matières premières et des produits de première nécessité vers Beyrouth afin de leur demander de garantir des lignes de crédit pour éviter toute suspension de l'approvisionnement en provenance de ces pays.




(Lire aussi : Comment se déroule une restructuration de dette, selon Camille Abousleiman)



Selon la définition figurant sur son site, l’assistance technique du FMI aide les pays membres à se doter d’institutions plus efficaces, de cadres juridiques plus adaptés et de politiques plus propices à la stabilité économique et à une croissance inclusive. Elle se manifeste principalement au travers de formations et séminaires destinés à certaines catégories d’agents institutionnels ou économiques. Demander l’assistance technique du FMI ne revient donc pas à solliciter un programme d’aide financière à l’organisation internationale, qui soumet en principe le pays demandeur à la mise en œuvre d’ajustements structurels et de réformes contraignants et parfois douloureux sur le plan social.

Mercredi, les principaux soutiens internationaux du Liban réunis à Paris, dont la Banque mondiale et le FMI, ont conditionné toute aide financière à la mise en place d'un gouvernement "efficace et crédible", qui engagera rapidement des réformes "d'urgence".

La situation économique et financière du Liban, déjà très précaire avant le début de la contestation, le 17 octobre, s'est profondément dégradée depuis. La Banque mondiale prévoit une récession économique pour 2019 avec un recul du Produit intérieur brut de 0,2 %. Environ un tiers des Libanais vivent sous le seuil de pauvreté, selon l'organisation, tandis que le chômage, qui atteint plus de 30% chez les jeunes, n'a eu de cesse de grimper ces dernières années. A cette crise s'ajoute une restriction de l'accès au dollar américain sur le marché libanais, liée à une augmentation des taux auprès des changeurs, qui impacte fortement de nombreux secteurs. Le gouvernement de Saad Hariri avait démissionné le 29 octobre sous la pression de la rue. Les consultations parlementaires contraignantes en vue de nommer un Premier ministre, qui étaient prévues lundi, ont été reportées d'une semaine après le désistement de Samir Khatib – jusque-là donné favori pour diriger le prochain cabinet - au profit d'un retour de M. Hariri.


Lire aussi
Pour la Banque mondiale, les pertes liées à la crise sont « énormes » pour l’économie libanaise

Repenser la réforme pour relancer l’économie

Situation financière : la Banque mondiale ne mâche plus ses mots

Restitution des fonds détournés : a-t-on vraiment besoin d’une nouvelle loi ?


Le Premier ministre libanais sortant, Saad Hariri, a contacté jeudi le président de la Banque mondiale, David Malpass, et la directrice exécutive du Fonds monétaire international, Kristalina Gueorguieva, à qui il a réaffirmé son engagement à préparer un "plan urgent de sauvetage" afin de sortir le Liban de la crise économique et financière qu’il traverse. Le chef sortant de...

commentaires (5)

La BM et le FMI seront les témoins des opérations de la réforme au cas où certains voudrait par un moyen ou un autre bloquer les travaux sous un pretexte fallacieux. Mieux vaut anticiper et prendre toutes les précautions vu comment la procureure excelle dans ses décisions judiciaires selon son le profil de chacun. Tout est permis dans ce pays, et tout le monde continue de profiter de son poste pour créer des malentendus qui diviseraient le peuple. Un vrai poulailler

Sissi zayyat

18 h 13, le 12 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • La BM et le FMI seront les témoins des opérations de la réforme au cas où certains voudrait par un moyen ou un autre bloquer les travaux sous un pretexte fallacieux. Mieux vaut anticiper et prendre toutes les précautions vu comment la procureure excelle dans ses décisions judiciaires selon son le profil de chacun. Tout est permis dans ce pays, et tout le monde continue de profiter de son poste pour créer des malentendus qui diviseraient le peuple. Un vrai poulailler

    Sissi zayyat

    18 h 13, le 12 décembre 2019

  • Donc si je comprends bien, au lieu d’être volés par nos politiciens, nous serons volés par le FMI et la BM... ça promet! Dans la joie.

    Gros Gnon

    17 h 58, le 12 décembre 2019

  • Juste rendez nous l’argent et ça suffit

    S. A.

    17 h 07, le 12 décembre 2019

  • LA BM ET LE FMI SONT CONNUS POUR IMPOSER DE SEVERES MESURES D,AUSTERITE QUI AFFECTENT AVANT TOUT LES POPULATIONS POUR PARTICIPER AU SAUVETAGE ECONOMIQUE ET FINANCIER DE TOUT PAYS. MAIS IL N,Y A PLUS D,AUTRE ISSUE OU PORTE DE SAUVETAGE POUR LE LIBAN A CAUSE DES ABRUTIS CORROMPUS ET INCOMPETENTS QUI LE GOUVERNENT ENCORE ET A CAUSE PRINCIPALEMENT DES DEUX MILICES IRANIENNES ET DU CPL RESPONSABLES DIRECTS DES DEBOIRES DU PAYS. LA SITUATION DU PAYS VA DE PIRE EN PLUS PIRE TOUS LES JOURS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 19, le 12 décembre 2019

  • Liban.....le bateau ivre....

    HIJAZI ABDULRAHIM

    16 h 06, le 12 décembre 2019