X

Économie

Comment se déroule une restructuration de dette, selon Camille Abousleiman

Interview

La BDL est en mesure de couvrir les échéances de l’année 2020, mais le Liban, qui fait face à une pénurie de dollars, doit développer un plan global pour répondre aux différents aspects de la crise, souligne le ministre sortant du Travail, favorable à un recours au FMI.


28/11/2019

Le ministre sortant du Travail est avant tout reconnu comme un des plus grands spécialistes du marché de la dette. Il a travaillé sur les émissions obligataires internationales du Liban depuis 1995 et a représenté plusieurs États dans le cadre de leurs émissions de titres obligataires sur les marchés internationaux, notamment l’Égypte, la Géorgie, la Jordanie, le Maroc et la Tunisie. M. Abousleiman est également un expert en restructuration de la dette pour les marchés émergents. Dans un entretien accordé à L’Orient-Le Jour, il explique pourquoi le Liban devrait prioriser l’allocation de ses réserves en devises à l’importation de produits de première nécessité et détaille les modalités d’une potentielle restructuration de la dette en dollars du pays.

Le Liban doit rembourser aujourd’hui une échéance d’eurobonds d’un montant principal de 1,5 milliard de dollars ainsi que des intérêts courus d’une valeur approximative de 40 millions de dollars. La Banque du Liban puisera dans ses réserves pour couvrir ce montant, puisque le ministère des Finances a annulé l’émission de nouveaux eurobonds qui était prévue pour lui permettre d’effectuer ce remboursement. Jusqu’à quand l’État pourra-t-il compter sur la BDL pour couvrir ses échéances ?

Le Liban va payer l’échéance d’aujourd’hui. Les devises seront assurées par la BDL car le pays n’est pas actuellement en mesure d’accéder aux marchés de capitaux. La BDL recevra en échange des eurobonds couvrant le montant payé.

Pour les échéances futures, bien que la BDL soit en mesure de couvrir les échéances de l’année 2020, le Liban fait actuellement face à une pénurie de dollars. On se doit donc de développer un plan global pour répondre aux différents aspects de la crise, dont l’allocation de ses devises. Le remboursement ou le non-remboursement des eurobonds devra être décidé en fonction des priorités que déterminera le (nouveau) gouvernement. À mon avis, la priorité devrait plutôt être donnée à l’importation des produits de première nécessité : les médicaments, le blé, le carburant et les matières premières nécessaires pour le fonctionnement de nos industries. Le carburant devra être importé d’une manière transparente et en quantité réduite, uniquement pour servir les besoins du Liban, en s’assurant que ces importations ne fassent pas l’objet de détournements vers la Syrie.

Que se passe-t-il lorsque des eurobonds ne sont pas remboursés ? À partir de quand un État est-il considéré en défaut de paiement ?

Les conditions des eurobonds du Liban prévoient une période de grâce de cinq jours pour le paiement du principal et de trente jours pour le paiement des intérêts (semi-annuels). Passé ces délais, l’État serait légalement en défaut de paiement.

Si le Liban est en défaut de paiement sur une série d’eurobonds, les détenteurs des autres séries d’eurobonds peuvent accélérer leurs maturités et exiger leur remboursement immédiat : c’est ce que l’on appelle un « cross default ».


(Lire aussi : Les rendements des eurobonds libanais à plus de 100 %)

Une restructuration de la dette est-elle inévitable ?

Non, une restructuration n’est pas inévitable mais elle risque d’être nécessaire. C’est une question de priorité dans l’allocation des devises. La baisse des prix sur le marché secondaire des eurobonds indique que les investisseurs anticipent une restructuration. Les investisseurs sont plus avertis des finances de l’État et de ses capacités de remboursement que les responsables politiques. Il est de l’intérêt du Liban d’avoir un plan global en place avant le début des négociations avec les détenteurs d’eurobonds pour leur donner confiance dans la capacité de l’État d’honorer ses engagements après une restructuration.

Il nous faut un plan de redressement global qui réponde à tous les aspects de la crise, dont la situation des banques et des dépôts bancaires, les restrictions sur le retrait de fonds et leur transfert à l’étranger, la dette extérieure du pays, le taux de change et le déficit budgétaire.

Comment s’opère concrètement une restructuration de la dette ?

Une fois qu’un pays fait défaut, les principaux détenteurs d’eurobonds se regroupent au sein d’un comité pour négocier avec l’État les termes de la restructuration. Les détenteurs des eurobonds sont la BDL, les banques locales et les investisseurs internationaux. Environ deux tiers des eurobonds sont détenus par les banques locales et la BDL. C’est une arme à double tranchant, car elle facilite la restructuration mais les pertes seront aussi ressenties localement.

En général, une restructuration de la dette signifie que de nouvelles séries d’eurobonds sont émises prévoyant des dates de maturité plus longues, une réduction des intérêts et souvent du principal. Les séries existantes sont alors échangées contre les nouvelles séries.

Une fois un accord conclu, les termes de la restructuration doivent être approuvés par une majorité de 75 % des détenteurs de chaque série, votant série par série. En général, le processus prend entre 4 et 6 mois. Il est probable que la BDL n’ait pas un droit de vote.


(Lire aussi : Les banques et les entreprises au cœur du cyclone)

Dans le cas d’un défaut de paiement, les détenteurs d’eurobonds peuvent-ils engager des poursuites judiciaires en vue de la saisie des actifs de l’État, notamment les réserves en or de la BDL qui sont placées à l’étranger ?

À ma connaissance, l’État ne dispose quasiment pas d’actifs à l’étranger, ce qui lui permet d’avoir une position solide pour négocier une restructuration avec ses créanciers. Les actifs détenus par l’État dans l’exercice de ses fonctions diplomatiques, tels que les ambassades et les consulats, bénéficient d’une immunité, selon la Convention de Vienne. Les actifs de l’État ne sont en tout cas pas sujets à saisie avant qu’un jugement de non-paiement ne soit rendu.

La loi de l’État de New York régit les émissions d’eurobonds. Les actifs détenus par la BDL pour son propre compte, en son nom, ne servent pas à rembourser les dettes de l’État. Cela n’empêche pas les créanciers d’essayer de saisir les actifs de la BDL mais je suis optimiste quant aux chances du pays et de la BDL de prévaloir. Cela a été le cas lorsqu’une société de télécoms (LibanCell) a saisi les actifs de la BDL à New York. À l’époque, nous avions réussi à libérer ces actifs assez rapidement.

Les craintes d’un haircut sur les dépôts en dollars sont-elles justifiées ? Un haircut est-il inéluctable ?

Plusieurs analystes le prévoient, mais il est prématuré de se prononcer, car cela dépendra de l’état financier de la BDL et des banques. C’est pour cela qu’il est important de connaître la situation financière de la BDL.

Si un haircut est nécessaire, il est important qu’il se fasse dans le respect de l’équité sociale. Ce sont les actionnaires des banques qui devront en premier assumer les pertes, mais si ce n’est pas suffisant, ce sont les grands déposants qui devront supporter la plus grande partie des pertes. Il faut essayer à tout prix de protéger les petits déposants.

Il est primordial de mettre en place un plan de redressement le plus rapidement possible. Un recours au Fonds monétaire international (FMI) me paraît urgent, à moins que le gouvernement ne réussisse à obtenir des sources alternatives de financement dans l’immédiat, mais j’en doute. Il ne faut pas qu’il y ait un rejet de principe du recours au FMI, dont le Liban est membre, et auquel il a toujours payé ses cotisations. Pour ceux qui évoquent des théories de complot, j’aimerais rappeler que la Russie et la plupart des pays d’Amérique latine ont fait appel au FMI, qui est l’organisation en charge d’aider les pays en difficulté. De toute façon, si les propositions du FMI ne sont pas acceptables, le (nouveau) gouvernement pourra toujours les rejeter. L’État devra en tout cas assainir sérieusement ses finances, surtout que les recettes fiscales vont beaucoup baisser, compte tenu de la situation économique.

De même, le gouvernement actuel se doit de ne pas abandonner le navire et entamer dès maintenant des discussions avec les institutions étrangères, si le blocage dans la formation du nouveau gouvernement se poursuit. Il y va de l’intérêt de la population entière.

Il faudra également surmonter la barrière psychologique qui a empêché jusque-là l’instauration d’un système de régulation des transferts à l’étranger. Une circulaire de la BDL permettrait de protéger les avoirs des banques à l’étranger, d’assurer un traitement équitable entre les petits et les grands déposants, de retirer aux banques le pouvoir discrétionnaire de décider au cas par cas et d’encourager les transferts de nouveaux fonds ( « new money » ) de l’étranger vers le Liban en leur donnant la certitude qu’ils ne seront pas concernés par les mesures restrictives.

Il ne faut pas perdre espoir. La révolution et la crise économique vont probablement provoquer un changement fondamental du système qui souffre de nombreux maux, dont la corruption, le gaspillage et l’impunité.


Lire aussi 

Les conditions de la communauté internationale pour sauver le Liban de la faillite

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Liberté de Penser

Désolé de l’écrire mais je ne crois plus dans ce pays que ce soit dans son système politique que dans son contexte géographique. Au bout de 100 ans de la déclaration du Grand Liban, nous avons prouvé plus d’une fois que nous ne formons pas une Nation mais plutôt une conjoncture provisoire d’intérêts. Les images des révoltés du 17 octobre et celles de leurs détracteurs en sont une nouvelle preuve. Le jour où la dette sera épongée de leur propre denier par cette clique politique qui a gouverné depuis plus de 30 ans, je pourrai reprendre confiance alors

LA VERITE

CES TROIS PARTIS QUI FONT LA MAJORITE DU PARLEMENT AUJOURDH'UI NE PENSENT QU' A SAUVER LEUR SIEGES ET PAS A SAUVER LE PAYS

DESOLE DE DIRE QUE DANS TOUS LES PARTIS ET SPECIALEMENT DANS LE CPL HEZBALLAH ET AMAL ON DISCUTE SUTOUT DE COMMENT CASSER CETTE REVOLUTION POUR GARDER LEURS PRIVILEGES

D'AILLEURS LE CPL SUIT HEZBALLAH ET AMAL EN DISANT A SON TOUR QUE SON EX PRESIDENT EST UNE LIGNE ROUGE ET QUE UTILISER L'INTIMIDATION ET LA FORCE CONTRE LES GENS QUI NE PENSENT PAS AINSI EST LEGITIME

L'ECONOMIE PEUT MOURRIR , IL FAUT SURTOUT GARDER LES SIEGES POUR NE PAS FINIR EVENTUELLEMENT PAUVRE COMME JOB ET EN PRISON

Chady

Les options citées par le ministre sont toutes réalisables, sa préférence se défend bien évidemment, l’essentiel maintenant c’est que des gens se réunissent pour discuter de tout ça le plus tôt possible pour prendre des décisions transparentes que tout le monde devra accepter, peu importe son point de vue.
On a pas l’impression que ça travaille beaucoup ces temps ci chez nos partis...
Personnellement je suis contre le fait de s’endetter auprès du FMI, mais cela n’empêche pas de discuter avec eux et de voir ce qu’ils proposent. Chaque solution aura ses avantages et inconvénients et il n’y aura pas de solution miracle.

Bery tus

a tous ceux qui parlent juste pur parler car ils sont contre les FL …

savez vous ce qu'est une restructuration de dette ou encore une consolidation de dette !?!? savez vous seulement ces caractéristiques !?!

tres profanement une restructuration de dette est le fait de rassembler toutes ces dettes en une seule différentes dettes a différents taux d'intérêts seront mis dans un seul panier assortie avec un taux d'interet moindre que contracter auparavant ..

cependant une restructuration est TOUJOURS ASSORTIE DE CONDITIONS comme par exemple quand c'est une personne qui veut consolider ces dettes les banques demandent généralement a la personne de ce departir de ces carte e credit pendant toutes la duree du prêt contracter, quand c'est une entreprise les banques ont le droit de demander a voir les bilans financiers et d'y emettre des recommandations et aussi le droit a les etudies sur 3 annees suivant la date de restructuration

DONC TOUTES RESTRUCTURATION ou consolidations de dette est ET DEVRA ETRE ASSORTIE DE CONDITIONS !!!

C'EST LA LOI DE LA FINANCE

ET CE MINISTRE SAIT PARFAITEMENT DE QUOI IL PARLE

LA VERITE

Un spécialiste de finance nomme ministre du travail et qu’on a justement empêché de faire son travail
BRAVO MESSIEURS
VOUS COMPRENEZ POURQUOI LE PAYS SE RÉVOLTE MAINTENANT?

Chucri Abboud

Emprunter encore une fois au FMI , dans la situation actuelle , reviendrait ipso facto á vendre le pays aux USA !
Car, embourbé et criblé de plus en plus de dettes , le Liban n'existera plus en tant que tel, il deviendra une marchandise à vendre et à acheter .
De grâce , épargnez-nous encore de nouvelles humiliations !

Eddy

Bravo, c'est pragmatique et technique.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MALHEUREUSEMENT IL N,Y A PLUS D,AUTRE ECHAPPATOIRE QUE LA RESTRUCTURATION DE L,ENORME DETTE AVEC TOUT CE QU,UNE TELLE DECISION ENTRAINE DE NEGATIONS. ON EST AU FOND DU GOUFFRE ET IL FAUT TOUT FAIRE POUR EN SORTIR. POLITIQUEMENT L,HEBETUDE ET L,INCOMPETENCE FRAPPE TOUS NOS ABRUTIS. LE PAYS EST ABANDONNE AU GRE DU HASARD. TRISTE. TRES TRISTE.

C- F- Commentaires @ Interprétations

Voilà un ministre respectable, à qui je donnerai les clés du pouvoir sans aucune hésitation....

Gros Gnon

Si le système politique du Liban n’ était pas pourri jusqu’à la moelle, c’est ce monsieur qui devrait être ministre des finances...

NAJJAR Karim

Traduction ci-dessous

« Priorité aux produits de 1ère nécessité »: va falloir rester très bas dans la pyramide de Maslow. Finie la folie des grandeurs

 »Restructuration de la dette  »: on va s’endetter pour encore plus longtemps et pas forcément aux meilleures conditions

 »Pas d’actifs à l’étranger« : l’or du Liban est au Liban. Sans blague ?

 » Le haircut sera équitable«  ça c’est la blague de l’année 2019

« L’Etat devra assassine ses finances«  : comprenez que malgré un État qui n’est déjà pas très « social » il va falloir moins aider les démunis , moins les soigner , les éduquer ...bref tout le contraire de ce que demandent les révolutionnaires

La conclusion est des plus ironiques: le système va changer puisqu’on vous le dit

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants