X

Liban

La communauté internationale conditionne toute aide à la formation d’un gouvernement crédible

Crise

À Paris comme à Beyrouth, les manifestants demandent que l’aide ne parvienne pas au gouvernement « corrompu ».

12/12/2019

La première réunion internationale consacrée au Liban depuis le déclenchement du soulèvement le 17 octobre dernier a adressé hier, depuis Paris, un message clair : le Liban n’est pas abandonné, mais il doit former dans les plus courts délais un gouvernement « efficace et crédible » capable de mener à bien les réformes nécessaires pour continuer de jouir de l’appui de la communauté internationale.

Réuni au Quai d’Orsay, le Groupe international de soutien au Liban a estimé qu’il était « urgent de mettre en place un nouveau gouvernement aussi vite que possible ». « Le Liban est sans gouvernement depuis plus de six semaines à la suite de la démission de Saad Hariri le 29 octobre, peut-on lire dans le texte publié à l’issue de la réunion. Le groupe considère que la préservation de la stabilité, de l’unité, de la sécurité, de l’indépendance politique et de l’intégrité territoriale du Liban nécessite la formation urgente d’un gouvernement efficace et crédible, capable de répondre aux aspirations de tous les Libanais et qui aura la capacité et la crédibilité de mener à bien les réformes économiques et pourra dissocier le pays des tensions et crises régionales. »

« Le seul critère doit être celui de l’efficacité de ce gouvernement au service des réformes attendues par la population », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lors de la clôture de la réunion. « Seule cette voie permettra à l’ensemble des participants autour de cette table et au-delà de se mobiliser pour apporter au Liban tout le soutien dont il a besoin », a-t-il ajouté.

« Les responsables politiques doivent mettre de côté leurs intérêts propres et avoir à l’esprit l’intérêt général de tous les Libanais », a encore martelé Jean-Yves Le Drian. « Les Libanais sont mobilisés depuis plusieurs semaines pour demander des réformes. Ils doivent être entendus. La situation économique du pays l’exige », a martelé le ministre français, soulignant que « le secteur financier libanais est largement paralysé, avec de lourdes conséquences pour tous les Libanais. Des conséquences notamment pour les entreprises du pays, dont nombre d’entre elles ont commencé à réduire leurs activités et les salaires de leurs employés ».


(Lire aussi : Vers quel cabinet se dirige-t-on ?)



Réformes structurelles
La réunion était coprésidée par la France et les Nations unies, et rassemblait des représentants de la Chine, d’Égypte, d’Allemagne, d’Italie, de France, du Koweït, des Émirats arabes unis, de Russie, du Royaume-Uni et des États-Unis, de même que de plusieurs institutions internationales, dont la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI). Les États-Unis étaient représentés par leur secrétaire d’État adjoint pour le Moyen-Orient, David Schenker. L’Arabie saoudite, donnée initialement présente, n’était finalement pas autour de la table.

Le groupe a appelé le Liban à adopter immédiatement un budget 2020 fiable et exhorté les autorités libanaises à « prendre des mesures décisives pour rétablir la stabilité et le caractère durable du modèle de financement du secteur financier pour lutter contre la corruption et l’évasion fiscale (...) et mettre en œuvre le plan de réforme de l’électricité ». « À plus long terme, dans les six premiers mois suivant la formation du gouvernement, des mesures structurelles ambitieuses pour assurer un modèle économique durable devraient être mises en place », a ajouté le GIS, qui a cependant assuré que « les conclusions de la Conférence CEDRE sont toujours valides ».


(Lire aussi : Naufrageurs dans la tempêtel'éditorial de Issa GORAIEB)


En avril 2018, la Conférence
CEDRE des donateurs demandait déjà qu’en contrepartie de promesses de prêts et de dons à hauteur de 11,6 milliards de dollars, Beyrouth procède à des réformes structurelles et à des coupes budgétaires. « Rien ne s’est passé depuis côté libanais et rien du côté financement », relève-t-on à Paris.

La délégation libanaise était dirigée par le directeur général du ministère des Affaires étrangères Hani Chmaytelli, et comprenait le directeur général du ministère des Finances, Alain Bifani, la conseillère pour les affaires économiques du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri, Hazar Caracalla, et le directeur exécutif au sein de la Banque du Liban, Raja Abou Asli.

M. Chmaytelli a déclaré à L’OLJ que la communauté internationale avait adressé un « message capital » au Liban en renouvelant « son engament à soutenir le Liban en ces circonstances délicates. C’est un message qui a été renouvelé d’une manière positive et d’une manière constructive », a-t-il estimé à l’issue de la réunion au Quai d’Orsay. « C’est un message clair qui démontre encore une fois l’attachement de la communauté internationale à la stabilité, au développement et à la prospérité du Liban », a-t-il ajouté.

Interrogé sur l’appel, formulé dans le communiqué final, pour que soient menées des réformes au Liban, il a répondu : « Engager des réformes n’est pas un diktat de la communauté internationale, c’est une nécessité libanaise interne (...) » Interrogé sur la possibilité sur une éventuelle disposition de la communauté internationale à fournir des aides au Liban au cas où un gouvernement ne serait pas formé, il a répondu : « La formation du gouvernement est une condition sine qua non, mais il s’agit d’une exigence commune à la communauté internationale et au Liban. »

Pour sa part, une source diplomatique occidentale a indiqué à L’OLJ qu’il y avait « un front uni de l’Union européenne, du Royaume-Uni, des États-Unis et de la France pour dire que toute aide sera conditionnée et qu’il n’y aura pas de chèque en blanc ». « Les discussions ont surtout porté sur un programme potentiel du FMI, qui demeure l’une des principales conditions des acteurs-clés du GIS avant le déblocage de toute aide, a ajouté cette source. La délégation libanaise a répondu que toute décision par rapport à un programme du FMI nécessitera un dialogue avec les autorités, sans préciser lesquelles. »


(Lire aussi : Hariri ou les dividendes du jeu « jusqu’au-boutiste »)


« Qu’ils gardent l’argent chez eux »
Alors que la réunion se tenait à Paris, des manifestants se sont rassemblés hier en matinée devant l’ambassade de France à Beyrouth, demandant au président Emmanuel Macron de geler toute aide financière aux dirigeants libanais qu’ils qualifient de corrompus, afin de faire pression pour la formation d’un gouvernement d’experts indépendants.

Après avoir chanté l’hymne national en chœur, une représentante de la société civile, Lina Hamdan, a lu une lettre adressée au président Macron, signée des « Révolutionnaires du Liban », avant qu’une délégation la remette à l’ambassade de France. « Aujourd’hui, vos efforts louables serviront à aider une classe dirigeante corrompue à maintenir son emprise sur le pays pour s’enrichir davantage par le détournement des fonds publics et la dilapidation des richesses actuelles et prévues », peut-on lire dans le texte. « Contestant la légitimité des représentants du Liban auprès de la communauté internationale, nous sollicitons votre soutien pour geler toute aide financière à ce gouvernement démissionnaire qui devrait d’abord nommer un Premier ministre honnête et former un gouvernement d’experts indépendants et compétents pour rétablir la confiance », ajoute le communiqué.

Une seconde lettre a été également lue au nom des artistes libanais par l’actrice Anjou Rihan, demandant de même au président français de ne pas envoyer d’aides « au pouvoir corrompu » pour qu’elles ne finissent pas « dans les poches » des dirigeants.

« Nous manifestons pour que la France réalise que le peuple libanais revendique haut et fort ses droits les plus élémentaires », a affirmé à L’OLJ une manifestante, Marie-Thérèse Tabet. « Nous demandons le strict minimum, le droit de vivre », a-t-elle ajouté, appelant la France à « ne pas donner d’argent à ces barons de la guerre qui continuent de nous gouverner et refusent aujourd’hui de céder leur place ».

Marwan Ballout, spécialiste en gestion internationale, brandissait une pancarte adressée au président Macron, sur laquelle il avait écrit : « Nous, Libanais, ne voulons pas d’argent de la conférence CEDRE maintenant. » « Si l’argent de la CEDRE est envoyé au Liban, il va disparaître », a-t-il affirmé à L’OLJ. « Nous avons confiance en le président français, qu’ils gardent cet argent chez eux jusqu’à la formation d’un gouvernement intègre de technocrates », a-t-il ajouté, demandant également à Paris de « geler les comptes de tous les responsables libanais qui se sont succédé chez vous depuis 1992, pour nous aider à récupérer les fonds volés ».


« On ne veut plus de cette classe politique criminelle ! »
Les Libanais de Paris ont pour leur part manifesté, avec le même message, dans l’après-midi devant le Quai d’Orsay où se tenait la réunion du GIS. « Je suis venue pour dire à la communauté internationale qu’on ne veut pas qu’elle aide cette classe corrompue au pouvoir. Nous n’avons aucune confiance en elle. Tout argent frais que les politiciens recevront finira dans leurs poches », a affirmé Gloria, une étudiante libanaise de 22 ans installée en France depuis deux ans. « On veut que la communauté internationale fasse pression pour un gouvernement de technocrates représentatifs du peuple. Le président est plus âgé que ma grand-mère, qui serait plus apte à gouverner que lui ! » a-t-elle ajouté.

Les manifestants ont chanté l’hymne national libanais et scandé les slogans de la révolte. « Merci à la communauté internationale de nous soutenir, mais ne donnez pas d’argent à la classe corrompue ! On ne veut plus de cette classe politique criminelle ! » s’écriait, pour sa part, Rim Anid, une psychologue de 43 ans installée en France depuis quatre ans et qui participe à toutes les manifestations organisées à Paris pour soutenir le mouvement au Liban.

« Moi, je suis là pour dire trois choses : non à l’ingérence étrangère, non au financement du gouvernement corrompu, non au retour de Saad Hariri », expliquait pour sa part Diala, qui a quitté le Liban il y a 17 ans « à cause de la classe politique corrompue ».


Lire aussi
Melhem Khalaf à « L’OLJ » : Je me considère comme un cri d’espoir

Michel Moawad : Nawaf Salam peut ouvrir la voie à un cabinet de spécialistes indépendants

Arrestations musclées de centaines de personnes depuis le début des manifestations

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

« Les responsables politiques doivent mettre de côté leurs intérêts propres et avoir à l’esprit l’intérêt Général de tous les Libanais »...non mais quelle idée bizzarement simplote, l'intérêt général de tpit les libanais!!! Hahaha...le drian ne sait il pas que tois les libanais, suetout ceux dans la rue, n'ont que l'intérêt du Général mais aussi et surtout du fakih! Ils sont prêt à detruire le pays pour les beaux yeux de khameneiii! Walaw

BOSS QUI BOSSE

Peu importe entte les mains de qui reviendra cette aide, pourvu qu'elle soit entre les mains de corrompus acquis à leur cause.

Fussent-ils chrétiens chiites sunnites ou druzes.

Le monde est divisé entre 2 axes, celui des pays sous sanctions embargo etc.. et celui sous la botte des usa et consorts.

Jack Gardner

Commencez par retier les Visas des hommes politique et leur familles ...meme pour les visas etudiants

MGMTR

La Communauté internationale nous observe, nous scrute, nous analyse, nous divise, nous expose aux guerres régionales, nous méprise et alimente nos divisions depuis des décennies, et tout à coup elle se réveille pour nous réclamer la formation d'un gouvernement indépendant, efficace et mettre les intérêts des gouvernants de côté!

Elle veut faire bonne figure la Communauté internationale, un foutage de gueule grandiose se cache derrière leurs sourires de circonstance. C'est justement elle, cette Communauté internationale, qui a causé les malheurs du Liban!

La solution de Raymond Eddé est toujours d'actualité: demander aux puissances étrangères d'arrêter leur ingérence et les libanais sauront comment il faut faire pour reconstruire un pays AAA.

Sissi zayyat

Notre president reste muet comme une carpe comme à son habitude.
Il n'y a que ses partisans, les deux pelés et trois tondus se présentant devant son palais qui réussissent à débloquer ses mâchoires et ses jambes.
Une menace de guerre proférée par un pasdaran menée depuis le sol libanais, une réunion internationale pour sauver le pays et un peuple qui s'époumone demandant un nouveau gouvernement et se fait tabassé ne pèsent pas lourd pour le sortir de sa torpeur face aux exigences de HB et sa clique lui promettant la lune tel que, un gendre pour assurer le relais présidentiel.
Il remet de semaine en semaine les concertations obligatoires pour gagner du temps et noyer encore plus le pays en espérant qu'aucun ne puisse le redresser après lui, comme ca il aura gagné son pari.
Ce n'est que vœu pieu puisque n'importe quel expert sensé et honnête arrivera à remettre la machine en marche aussitôt que Ali baba et ses centaines de voleurs auraient quitté la caverne.
Nous arriverons à chasser ses voleurs et marchands de malheur du temple à n'importe quel prix et le Liban triomphera.

Gros Gnon

"... La formation du gouvernement est une condition sine qua non ..."

C’est quoi la différence entre "condition sine qua non" et "quid pro quo"? :-D

TORIEL Raphael

Alléluia !

S'il reste à cette clique un iota de sens civique, un atome de respect de soi et pour la nation, il ne lui reste plus d'autre choix que celui de s'exécuter...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VAIN CONDITIONNEMENT ET VAINS CONSEILS. NOS ABRUTIS CORROMPUS ET INCOMPETENTS DOIVENT TOUS PARTIR. KELLON YE3NE KELLON POUR REPRENDRE LE SLOGAN DE LA CONTESTATION QUI VA SE TRANSFORMER EN VRAIE REVOLUTION SI CES ABRUTIS PERSISTENT DANS LEUR ABRUTISSEMENT. ILS DETRUISENT COMPLETEMENT LE PAYS POUR FAIRE LE JEU DICTE PAR TEHERAN DES DEUX MILICES IRANIENNES ET DE LEUR SERVITEUR GENDRISSIMAL LE CPL.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants