X

La Dernière

« Pop of Hope » : un peu d’espoir dans ce monde de brutes

Échappée belle


Carla Henoud | OLJ
11/12/2019

Au 56e jour d’une révolution bouleversante à plus d’un niveau, longue, intense jusqu’à l’épuisement, la formidable solidarité humaine ne cesse de grandir. Pendant que les irresponsables politiciens continuent d’alimenter le bûcher de leurs vanités en ignorant le degré de misère et de désespoir dans lequel s’enfonce le peuple, après avoir, dans leur totale indifférence, dépassé la non-assistance à personne(s) en danger, en basculant vers un genre de crime prémédité, les mains se tendent, les poings se lèvent, les bras se serrent, dans un élan que le Liban n’avait jamais connu auparavant.

Face aux besoins grandissant dans une ambiance de fête de plus en plus morose, de nombreuses initiatives s’organisent pour venir en aide à des associations qui ont du mal à poursuivre leurs actions. Foires de Noël et autres marchés se multiplient, mettant en avant le 100 % libanais, qu’il s’agisse de produits alimentaires, gâteaux, chocolats ou artisanats divers.C’est un peu dans cette même urgence, ce même besoin, aussi, de donner, que Lynn Sawaya, fondatrice de Matisse Events, a lancé un concept baptisé Pop of Hope. « Pop comme pop-up, parce que l’événement est ponctuel, et Hope parce qu’il s’agit de donner, autant que possible, un peu d’espoir à cette révolution et à nos artistes très inspirés », explique-t-elle.Le concept consiste à proposer à la vente des œuvres d’artistes particulièrement actifs et créatifs depuis le 17 octobre, reproduites sur des cartes postales, des posters, des sous-verres, en photos, tote bags, etc. L’intégralité des recettes ventes sera distribuée ainsi : 30 % iront aux artistes et 70 % à Beit el-Baraka, qui s’occupe de personnes âgées et de personnes démunies, et elles sont de plus en plus nombreuses. « L’idée de Pop of Hope est venue comme toutes les idées de l’équipe de Matisse, rapidement, et avec beaucoup d’humilité, à l’image de toutes les actions dans lesquelles nous nous impliquons. Chaque année nous aidons, dans la mesure de nos moyens, les ONG dans le besoin. Mais cette année, au lieu de donner un certain montant d’argent, nous avons voulu mettre ce même budget au service de 32 jeunes artistes admirables, certains plus confirmés que d’autres, tant pour leur talent que pour leur personne, et qui se sont fait remarquer durant cette révolution. J’ai donc contacté Paola Mounla qui est à la base de Art of thawra, le groupe chargé de collecter tout ce qui concerne l’art de cette révolution 2019. Elle a directement été séduite par l’idée … Ensemble, nous avons monté cette initiative, avec, bien sûr, une équipe passionnée », précise Lynn Sawaya. « Le coût de la production a été de 3 000 dollars, poursuit-elle en toute transparence. Comme nous avons reçu de nombreuses demandes de la part de jeunes artistes, nous espérons lancer très rapidement une deuxième édition avec, cette fois-ci, l’aide de nos clients qui pourront eux-mêmes financer la production pour générer encore plus d’argent et l’offrir à une autre ONG que nous choisirons en temps voulu. Il reste tellement à faire et de gens à aider… »

Le lancement de Pop of Hope aura lieu le 11 décembre, de 16 heures à 22 heures, dans les locaux de Matisse, rue Pasteur, à Gemmayzé. Des locaux transformés en boutique, jusqu’au 24 décembre.

Une belle occasion de faire ses cadeaux de Noël à des prix très accessibles. Des cadeaux qui viennent du cœur, qui resteront de beaux témoignages de cette révolution, et continueront de tisser ces liens exceptionnels entre les Libanais de toutes religions et de tous les coins du pays.


Les artistes 

Alexandra Helou (Kibok.art)

Bernard Hage (The Art of Boo)

Brady Black

Carla Aouad (Teshweesh)

Cindy Daccache (Mango Unchained)

Dana Osman (Dan.Os.Man)

Diane Ayoub

Firas Chehabeddine

Ghassan El Ghoul

Ivan Debs

Jennifer El Hage (Jen Tonic)

Lara Abi Saber (Larachitecte)

Lara Ghattas

Maher Bayoumi

Maryam Samaan

Negib Kesrouani (Eggplant Studio)

Nina Abou Zeid

Nour Ayoub (Things that gather dust)

Omar al-Fil (Elepheel)

Omar Safa

Omar Sfeir

Pamela Mansour (Lustrations)

Rami Kanso

Rami Moukarzel (Sourit el-soura)

Raphaëlle Macaron

Rima Yahya

Sasha Haddad

Tania Keyrouz

Thierry Chehab (Atary81)

Yara Hanna (Yaya on the net)

Yasmine Darwiche

Zarifi Haidar Marin


Lire aussi 

Perla Joe Maalouli, gardienne de(s) but(s) de la révolution

Hiba Dandachli, le sourire de la révolte

Rémie Akl : Vous attendez quoi pour descendre dans la rue?

Dans le café de Nat et Nad, il ne faut pas voir que du noir

Matbakh el-balad, la cuisine des révolutionnaires

Em Ken, blogueuse blagueuse

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants