X

La Dernière

Rémie Akl : Vous attendez quoi pour descendre dans la rue?

Beyrouth Insight

Cinq vidéos postées sur Instagram depuis le 17 octobre. Une dégaine d’aventurière prête à renverser la donne, des propos affûtés et poignants, des vues et des likes par centaines de milliers ont fait de Rémie Akl, 28 ans, l’une des femmes-oriflammes de cette révolution...

02/12/2019

« Je suis née, j’ai grandi et j’habite à Aïn el-Remmaneh. » Telle est la première chose que Rémie Akl balance, de but en blanc, après s’être installée puis défaite de ce manteau en cuir noir, surdimensionné, qui lui sculpte des épaules de boxeuse : ne pas y voir pour autant la moindre allusion à ces « patriotismes de quartier » dont on tente d’invoquer les vieux monstres aujourd’hui. Rien de cela. Ne pas y voir non plus une manière de suggérer une certaine croyance politico-religieuse. Loin de là. Si la jeune femme à l’esprit agile et pertinent choisit d’évoquer ses quartiers d’appartenance, si elle tient à se situer sur ce qui fut longtemps une ligne de démarcation, c’est simplement pour remonter à l’origine des traumas de guerre qu’elle traîne comme de lourds boulets et qui continuent de lui coller à la peau. « Cette guerre civile dans laquelle mes parents ont vécu, et qui a donc vécu en moi », comme elle le formule si pertinemment dans l’une des cinq vidéos qu’elle dit avoir « presque vomi » sur son compte Instagram depuis le 17 octobre. Cinq vidéos qu’elle a entièrement pensées et écrites au gré de ses insomnies, puis réalisées avec l’aide d’une bande d’amis en un temps record. Cinq vidéos, une poignée de minutes seulement, des propos affûtés comme des poignards, des vues et des likes par centaines de milliers, qui ont tourné en boucle sur bien des écrans et ainsi fait de Rémie Akl l’une des figures féminines de cette révolution.



(Lire aussi : Amin Sammakieh, l’illusionniste qui a fait rêver la « thaoura »)



Sortir des rangs
Retour à Aïn el-Remmaneh. Rémie Akl y pousse à l’ombre de deux parents et d’un frère plus âgé, qui portent en eux les stigmates de quinze ans d’une guerre qui se profilait quotidiennement à leur fenêtre donnant sur la rue qui sépare leur quartier de la naguère ennemie Chiyah. « Je me souviens de m’être sentie à l’étroit sur les bancs de mon collège de filles, presque pas à ma place », si bien que la sœur supérieure lui devine un petit quelque chose en plus dans la voix, et l’encourage à développer ce talent précoce. C’est son père Milad, dont elle découvre sur le tard qu’il était danseur de ballet, qui se charge de faire germer toutes les musiques, tous les pas de danse qui fourmillaient en Rémie. À l’âge de 16 ans, « j’étais autodidacte et n’avais pris aucun cours de chant ou de danse, si ce n’était les conseils de mon père », il lui suffira d’un casting de quelques minutes pour qu’elle capte l’attention d’Alissar Caracalla qui l’invite aussitôt à rejoindre la troupe de danse d’adultes. Au moment de se choisir une voie d’avenir, Rémie Akl penche d’abord pour des études de journalisme, qu’elle lâche rapidement, « pas pour moi », à la faveur d’une formation en audiovisuel à l’Université libanaise. Tranchante, l’étudiante présente en guise de projet de diplôme un film qui interroge la virginité, et où, pas froid aux yeux, elle se met en scène, intégralement nue face, entre autres, à ses parents qui assistent à la projection. « Je suis toujours sortie des rangs, mais silencieusement, en l’imposant certes, mais sans avoir à le hurler ou le brandir. C’est peut-être pourquoi cela a toujours été accepté de la part de mon environnement familial, sans trop de problèmes. » Au terme d’un master II en cinéma à l’Université Lumière de Lyon, entre deux voyages où la conduisent ses premiers boulots, Rémie Akl est de passage à Beyrouth lorsqu’elle entend parler d’un appel lancé par Michel Fadel pour des potentiels performeurs dans sa boîte O. Quand j’ai débarqué à l’audition « avec mon look un peu provocateur et gothique, Michel m’a d’abord regardée comme si j’allais lui faire perdre son temps », se souvient l’artiste. À peine deux notes fredonnées par elle en égyptien et le compositeur embauche Rémie Akl, qui passera un an à déployer son répertoire sur la scène de cet établissement, quelque part entre mouvements de hanches échappés d’un cabaret feutré du Caire et tenues déglinguées empruntées à Madonna. Elle en dit : « Au départ, les clients ne comprenaient rien à ce qui se passait. Mon côté cru et sauvage les a sans doute déroutés. Mais je crois que ma sincérité, l’harmonie entre les deux pans de ma personnalité que je montre sur scène ont fini par payer. »


View this post on Instagram

——————————————-أنا لست رياضيّات لكن دعوني أحسب. لبنان ٢٠١٩ مكب نفايات. أنا لم أعش في السبعينات لكن لأحسب. لبنان ١٩٧٥ البوسطة الأهلية. قد ولدت في التسعينات فسأحسب. لبنان ١٩٩١ الطائف والجيش السوري. أنا الآن في العشرينات وأنا أحسب. لبنان... رؤيا حقوق ١٩٩١ -٢٠٢٠ + ١٩٧٥ - ١٩٩١ = ٤٤ سنة ثقة ٤٤ سنة فرصة جديدة شو عملت ؟ لم أعش الحرب الأهلية لكن أهلي عاشوا فيها، فعاشت فيّ، وفي رفاقي، وجدران بيتي، وخوف تجاعيد ماما، وصرامة بابا، وعنف أخي الكبير، وجوع جارتي اليتيمة وأخواتها الخمس. وبدل من أن تداويني تنسّيني وتزرع فيّ أمل آية نور ياسمين فرح ماذا فعلت؟ أحييتَ الذكرى. أريد ذاكرة جديدة. ثورة. I am not good in math but let me do the math Lebanon 2019 landfill I didn’t live in the 70’s but I’ll do the math Lebanon 1975 the national Bus I was born in the 90’s so I’ll do the math Lebanon 1991 Taif and Syrian army I am now in my 20’s and I am doing the math Lebanon... revelation rights 2019 - 1991 + 1975 - 1991 = 44 years of confidence 44 years of new opportunities What did you do? I didn’t live in the civil war, but my parents lived in it, so it lived in me And in my friends, And in the walls of my house, And the fear of Mama’s wrinkles And the rigor of Baba And the violence of my big brother And the starvation of my orphan neighbor and her five sisters and brothers Instead of healing me Instead of making me forget Instead of planting a hope in me A verse in me A light in me A jasmine in me A joy in me What did you do? Revived the anniversary I want a new memory Revolution

A post shared by Rémie (@remieakl) on



View this post on Instagram

#اريد_ذاكرة_جديدة #ثورة Producer: @lilianeelsous Editor/co-director: @omarllmasri DOP: @aline.ouais Stylist: @jashdjian Drone: @eyediaproduction Motorcycle: @ahmadhuosseiny Equipement: @millimeterpro @mediasquare.tv مرحبا أنا لا أؤمن بتجسّد جديد، فلن أعود متى أثور ألم تهاجر بعد! هاجرت متى تثور وأهلك كلبك سريرك ابن جيرانك ألم تشتاق متى تثور حبيبتك رنا فضلت سيباستيان لجنسيته متى تثور ألا تريد رواداً نبيلاً فؤاداً شادياً لبنان أخضر متى تثور غابتك نزحت مواسم صيدٍ فيها بحرك مات دون واسطة متى تثور هل تريد مماليكاً جدد عثمانيين فرنسيين جدد متى تثور قد فضي الحي حتى مناشر الغسيل متى تثور ألا تريد ذاكرة جديدة متى تثور الوقت يمضي لترى عينيك النور ثور ثور Hello I do not believe in a new incarnation So I won’t come back When do i rage? You haven’t migrated yet?! You migrated?! When will you rage? And your parents? Your dog? Your bed? And the son of your neighbors? Didn’t you miss them? When will you rage? Your sweet Rana favored Sebastian for his nationality When will you rage? Don’t you want to have? Rawad Nabil Fouad Chady A green Lebanon? When will you rage? Your dear forests has displaced with no hunting seasons Your sea has died No Mercy When will you rage? Welcoming the Mamelukes again? Ottomans? French again? When will you rage? Neighborhood is empty Even washing saws When will you rage? Don’t you want a new memory? When will you rage? Time is ticking for your eyes to gaze rage Rage rage

A post shared by Rémie (@remieakl) on


View this post on Instagram

#أريد_ذاكرة_جديدة #ثورة Editor/co-director: @omarllmasri DOP: Charbel Nakhle @chelby36 Producer: @lilianeelsous Equipement: @mediasquare.tv إلى كل من يشاهد ولا يشارك ظناً منه أن هذه الثورة تخص شخصاً يحبه يثق به يتكل عليه يرى مستقبلاً له معه أقول صح، مظبوط، معك حق هذه الثورة تخص هذا الشخص بالذات ولكن هذا الشخص هو أنت لذلك بعد أن تشاهد شارك فأنت لا تخون وأنا أكيدة أنك مهما نفيت وعياً عدم إيمانك بهذه الثورة هذه الثورة تزور لاوعيك كل يوم وأنت نائم فأنت تريد ذاكرة جديدة وكذلك أنا أريد ذاكرة جديدة ثورة# To those who are watching Without participating Thinking that this revolution addressed to someone they love they trust they see futur with I say True, correct, you are right This revolution belongs to this particular person and that person is you only you so after you see participate participating is not a betrayal and listen i am sure you are no matter how much you denied consciously your belief in this revolution, this revolution is hunting your unconscious everynight while you’re sleeping because you do want a new memory And so do i I want a new memory... #Revolution

A post shared by Rémie (@remieakl) on


View this post on Instagram

Editor/codirector: @omarllmasri Dop: @jadbeyrouthy Producer: @lilianeelsous Stylist: @jashdjian @maisondumec Equipement : @marounkhoury23 نحن اليوم نثور مش ضد زعيمك فهام مش ضد شخصه قلبه وكيف بيتصرف مع عائلته وبسينته ومش ضد حبك ووفائك لالو نحن نثور اليوم ضد ادائه السياسي. افعاله ،هذا هو الشيء الوحيد الذي يربطه بنا. افعاله المباشرة معنا منطق. انت اذا اخطأت تجاه احد ولم يكن لديك الحس انك اخطأت معه لن تدرك مدى عمق هذا الخطئ الا اذا جاء هذا الاحد وقال لك Hey انت اخطأت معي اما اذا سكت هو فلن تدرك انت. ابداً طب زعيمك كيف له ان يدرك انه اخطأ اذا انت ساكت ام هو لا يخطئ انتبه تقطش الكونيكشن انت وعم تحضرني نحن نصنع ذاكرة جديدة ثورة

A post shared by Rémie (@remieakl) on


View this post on Instagram

Miss Lebanese beauty revolution speech 2019 ——————————————- Producer: @lilianeelsous DOP : @karimghorayeb Editor: @omarllmasri Stylist: @jashdjian A warm thanks to @marounkhoury23 ملكات جمال الثورة: @feyrouz_abouhassan @perla.joe @sandybelle70 @leys21 @christinafakhry @danaabdessamad @ayahasan17 @celineib99 @da.r.i.n.g أصدقائي وأحبائي في الوطن الوطن اليوم بحاجة الى حبكم وصدقكم لبنان اليوم لديه فرصة للفوز مش ضد فريق سوريا بالباسكيت ببطولة غرب آسيا لبنان اليوم لديه فرصة ان يفوز على الماضي وانتم وانا امام امكانية ان نغير كتاب التاريخ الذي رسبت به بالروفيه والتارمينال وجبت ٢ لانو ما بمثلني وبنتك وبنتي حفيدتك وحفيدتي رح يمكن اذا انت قررتي تساعدينا يجي نهار تقول يا ريت كنت بهيدي الحقبة عم ساعدون يحرروا هيدا الوطن من حالون متل ما انا وانت كان عبالنا نشارك بالثورة الفرنسية و بافلامن التاريخية شو بعد بدك تتفهمي شو بعد بدك تتفهم مصاري ما في اوكسيجين ما في طبابة ما في لانو ما في مصاري علم ما في لانو ما في مصاري كمان كزدورة على شط البحر ما في لانو بتموت من الريحة وطلعة نهار الاحد مع العيلة picnic ما في لانو النهر صار لونو اصفر واخضر والغابات احترقت حتى دينك وديني شو بعد في وظيفة ٥٠٠$ قصدي ٧٠٠ و .. ٨٠٠ وشي الف ما في لانو واسطة كتير في شو بعد في سهرة Alcohol مضروب قعدي بالبيت انترنت ما في كهرباء ما في ماي ما في كارت تشريج ما في لانو مصاري ما في دين انا مديونة انت مديونة جارتك مديونة دولتك مديونة الكل مديون وحاكمك على جزيرة مع عيلتو فايش على وج الماي بكرا بيرجع من ال vacance وابنك وانا على بواب السفارات عم نشحد جنسية تحتا ما يصير فينا متلك ومتل بيي شو بعد بدك تتنزلي شو بعد بدك تتنزل لو لبنان كان انسان كنت بتنزل لو لبنان كان زعيم كنت بتنزل اشتاق لدولةٍ ونحن نصنع ذاكرة جديدة ثورة

A post shared by Rémie (@remieakl) on



Des choses en moi
Ces performances, Rémie Akl est contrainte de les interrompre lorsque survient la révolution du 17 octobre. En retrait de la scène, dans l’obscurité de sa chambre, des émotions lui reviennent, qu’elle croyait terrées en elle et oubliées. « Les mots que je me suis mise à écrire, sans penser en faire des vidéos au départ, m’attendaient. J’avais besoin de dire autre chose que Kellon yaane kellon, ainsi que les insultes, certes nécessaires, qui se propageaient dans la rue », se souvient-elle. Ces mots, une poignante cartographie des résidus de la guerre civile qu’elle recense de sa voix ravinée comme les blessures dont elle a hérité, « dans les murs de ma maison », « dans les rides de peur de ma mère », « dans l’intransigeance de mon père », « dans la violence de mon grand frère », « dans la faim de ma voisine et ses cinq frères et sœurs », la fille d’après-guerre les porte à bras-le-corps dans une première vidéo postée sur son compte Instagram le 27 octobre. Bon nombre d’internautes découvrent alors le faciès de Rémie Akl, pertinente, vive, le verbe haut. Sa courte frange qui lui tisse des parentés avec Tokyo, l’héroïne puissante et conquérante de La Casa Del Papel. Sa poigne de boxeuse, comme nous l’avions soupçonné, qui n’a pas peur de défoncer les verrous du passé. Son regard d’aventurière qui n’a pas peur de jouer avec le feu, qui a plus d’une corde à son arc, oscillant entre force et fragilité. Ses talents en couteau suisse, danse, chant, théâtre avec lesquels elle jongle en toute aisance. Et surtout sa volonté forgée au fer rouge, de « se fabriquer une nouvelle mémoire ».

Presque comme un mantra, dans chacune des quatre vidéos qui suivront, l’une où elle nous dirige de force les yeux vers 44 ans de confiance et d’échec de notre gouvernance, l’autre où elle braque son regard sur ceux qui encouragent la révolution sans toutefois y participer, la troisième où elle répète que le mouvement ne s’adresse pas « contre ton leader, comprends-le une bonne fois et pour toute », la désormais figure des réseaux sociaux invite sa génération à participer au chantier d’une nouvelle mémoire, de nouveaux souvenirs, d’une nouvelle histoire, « loin de celles que nos parents nous ont transmis, presque comme une maladie ». Alors, après avoir visionné (en boucle) les vidéos de Rémie Akl, on ne peut que se poser cette question qu’elle adresse à ses congénères dans son dernier post, en parodiant une élection de Miss Liban : « Vous attendez quoi pour descendre dans la rue ? »



Lire aussi

Dans le café de Nat et Nad, il ne faut pas voir que du noir

Matbakh el-balad, la cuisine des révolutionnaires

Em Ken, blogueuse blagueuse

Patrick Baz : Photographier, c’est écrire avec la lumière

Le poing d’honneur de Tarek Chehab


À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sissi zayyat

En voilà une preuve évidente qui ne peut souffrir d'aucun quiproquo a l'article de la journaliste Scarlette Haddad qui porte la parole des partisans de Aoun CPL et cie.
Des appels même des cris stridents ont raisonné dans les rues comme sur tous les réseaux sociaux à tous les libanais dignes de ce nom de descendre dans la rue pour récupèrer leur dignité et leur liberté mais certains ont préféré faire la sourde oreille et attendre qu'un leader politique leur claque des doigts pour obéir aux ordres sans réfléchir a ce qu'ils font et aller se mettre face aux patriotiques pour leur saboter leur révolte.
Et ensuite se faire passer pour des victimes isolées a qui on a oublie d'envoyer un carton d'invitation pour s'indigner de ce quon leur impose depuis des décennies et pour défendre leurs droits.
Misérables.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants