Rechercher
Rechercher

Tensions

"Nous détruirons Tel Aviv à partir du Liban" : les menaces des pasdaran suscitent un tollé

Plusieurs responsables libanais condamnent les menaces iraniennes.

Des membres des gardiens de la révolution iraniens. Photo d'archives ATTA KENARE / AFP

"Si le régime sioniste commet la moindre erreur contre l'Iran, nous détruirons Tel Aviv à partir du Liban", a menacé lundi Morteza Ghorbani, un conseiller du commandant des gardiens de la révolution en Iran, armée idéologique de la République islamique. Des propos qui ont suscité un tollé au Liban.

Dans une déclaration à l'agence de presse iranienne Mizan Online, le commandant iranien des pasdaran a affirmé que l'Iran pouvait détruire Israël sans avoir à lancer de missiles à partir de son propre territoire. "Si le régime sioniste commet la moindre erreur, nous détruirons Tel Aviv à partir du Liban", a-t-il averti. "Si le guide suprême (l'ayatollah Ali Khamenei, nldr) nous ordonne de lancer nos missiles, tous les Israéliens se rendront immédiatement", a-t-il souligné.


"Le Liban n'est pas une wilaya iranienne"
Ces déclarations ont suscité un tollé à Beyrouth. Le ministre sortant de la Défense, Elias Bou Saab (Courant patriotique libre), a ainsi souligné que "si les propos attribués à M. Ghorbani s'avèrent réels, ils sont désolants et inacceptables". Ces propos "violent la souveraineté du Liban lié par des relations amicales avec la République islamique". "L'indépendance de la décision libanaise ne doit être touchée en aucun cas", a-t-il ajouté.

Le ministre sortant de l'Information, Jamal Jarrah (courant du Futur), a de son côté dénoncé "des paroles irresponsables et prétentieuses, qui portent atteinte à la souveraineté du Liban et de son peuple". Téhéran "peut se défendre comme il veut, mais le Liban n'est pas une boîte à lettres pour les gardiens de la révolution, ni une plateforme externe pour d'autres États", a-t-il ajouté, via Twitter.

Le député Michel Moawad a également dénoncé les déclarations iraniennes. "Pourquoi à partir du Liban et non à partir de l'Iran ou du Golan ?", a-t-il demandé sur son compte Twitter, disant refuser que le territoire libanais soit utilisé par qui que ce soit.  "Les déclarations iraniennes sont une preuve supplémentaire de la nécessité d'adopter une stratégie de défense dirigée par l'Etat libanais, seul responsable de défendre le pays et protéger les Libanais", a-t-il ajouté.

Le député Nadim Gemayel, membre des Kataëb, a pour sa part appelé le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, le président libanais, Michel Aoun, et le Premier ministre sortant, Saad Hariri, à "prendre une position explicite" par rapport aux propos de Morteza Ghorbani.

L'ancien ministre de l'Intérieur Nouhad Machnouk a lui aussi réagi aux menaces iraniennes estimant sur son compte Twitter que "l'ère durant laquelle certains trouvaient facile d'utiliser le Liban comme scène de guerre au profit de l'Iran est révolue". "Nous ne sommes pas des boucliers humains pour aucun plan dans la région, a-t-il poursuivi. Ce responsable iranien doit savoir que le Liban a changé et ne sera pas impressionné par ses propos, mais fera face à ses agissements. Le Liban n'est pas une wilaya iranienne et ne le sera pas".

Fin septembre, le commandant en chef des gardiens de la révolution, Hossein Salami, avait déjà affirmé que la destruction d’Israël "n’est plus un rêve, mais un but à portée de main".



(Pour mémoire : Israël veut montrer qu'il est "prêt à frapper les intérêts iraniens, même en Irak")



"Frapper la résistance"
Morteza Ghorbani s'est par ailleurs exprimé, dans son entretien avec Mizan Online, sur les contestations ayant lieu dans différents pays de la région. "Les mouvements populaires en Irak, au Liban et en Iran visent à frapper le front de la résistance", a-t-il dénoncé. Et d'ajouter que "le cœur et l'âme des nations yéménite, syrienne, irakienne, libanaise et de Gaza sont avec l'Iran". 

Le président syrien Bachar el-Assad a lui aussi estimé, lors d'une interview polémique accordée le 26 novembre dernier à la télévision publique italienne Rai et diffusée lundi soir, que les Libanais doivent faire preuve de vigilance afin qu'aucune partie étrangère "ne manipule" le mouvement de contestation au Liban.



(Lire aussi : Quand l’Iran se fait aider par le Hezbollah dans les tractations à Bagdad)



L'Iran a été en butte, pendant quelques jours à partir du 15 novembre dernier, à des manifestations populaires suite à l'annonce d'une hausse du prix de l'essence. Ces manifestations, violentes par endroits, ont été rapidement et durement réprimées par les autorités. L'ampleur de cette répression n'est pas claire au niveau de l'ensemble du pays, en raison du blocage d'internet par les autorités. Si des organisations de défense des droits humains y compris Amnesty International ont fait état d'au moins 140 morts et 7.000 arrestations, Téhéran affirme que moins d'une dizaine de personnes ont été tuées, majoritairement des militaires.

En Irak, un mouvement de contestation inédit réclame par ailleurs le départ de l'ensemble du pouvoir actuel. Un soulèvement, essentiellement à Bagdad et dans le sud chiite, qui ne faiblit pas depuis le 1er octobre, malgré plusieurs centaines de tués. Au cours de ces manifestations, les protestataires s'en sont pris à plusieurs reprises aux symboles de la présence iranienne dans le pays, mettant notamment le feu au consulat d'Iran dans la ville de Najaf. 

Au Liban, le Hezbollah critique régulièrement le mouvement de révolte, qu'il estime financé par des ambassades étrangères. Dans les premiers jours qui ont suivi le début de la contestation, le 17 octobre, des contestataires, notamment dans des régions chiites du pays, ont vertement critiqué le Hezbollah et son allié, le mouvement Amal. 

Le conflit israélo-iranien a eu lieu ces dernières années sur différents fronts au Moyen-Orient. Le principal terrain d’affrontement entre ces deux parties est la Syrie, où l’aviation israélienne a mené des centaines de frappes contre des positions iraniennes au cours des dernières années. Plus récemment, les affrontements se sont exportés en Irak où l’État hébreu cible désormais des bases armées iraniennes. Les 19 et 28 juillet, des raids aériens avaient détruit des stocks de missiles sophistiqués iraniens. Le Premier ministre israélien, interrogé en août dernier sur ces frappes, avait déclaré que "l’Iran n’a d’immunité nulle part". En juillet, un ministre israélien avait déclaré qu'Israël est "le seul pays au monde à tuer des Iraniens". En guise de réponse, l’Iran a déployé ces derniers mois des missiles balistiques en Irak, dont certains pourraient atteindre Israël.



Pour mémoire
Syrie, Irak, Liban : la confrontation irano-israélienne se joue désormais sur trois fronts


"Si le régime sioniste commet la moindre erreur contre l'Iran, nous détruirons Tel Aviv à partir du Liban", a menacé lundi Morteza Ghorbani, un conseiller du commandant des gardiens de la révolution en Iran, armée idéologique de la République islamique. Des propos qui ont suscité un tollé au Liban.

Dans une déclaration à l'agence de presse iranienne Mizan Online, le...

commentaires (25)

Les Terroristes Iraniens vont se battre jusqu'au dernier... libanais!

IMB a SPO

17 h 08, le 11 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (25)

  • Les Terroristes Iraniens vont se battre jusqu'au dernier... libanais!

    IMB a SPO

    17 h 08, le 11 décembre 2019

  • Si demain l'Ayatollah Khamenei donne à sa filiale libanaise l'ordre de lancer une guerre destructive contre Israël à partir du Liban, celle-ci osera-t-elle refuser ? Elle lui a fait acte d'allégeance et le répète à toute occasion. Le parti chiite dont la dénomination même peut être considérée comme blasphématoire - ce n'est évidemment pas l'espoir qui l'est - a participé à la victoire du régime criminel syrien au prix de nombreuses victimes libanaises (on parle de 11000 morts, qui sait ?). Il a accru son pouvoir au Liban au point d'être devenu la source des tous les autres pouvoirs. Tout cela ne correspond à une vision à long terme acceptable, ni pour le Liban, ni même pour la communauté chiite, de la part du chef de ce parti. Il semble que ce dernier soit quelque peu contesté en interne. Puisse cette contestation croître et embellir jusqu'au moment où ce chef sera délogé. Cela devrait donner toutes ses chances à la Révolution en cours et cela devrait interdire définitivement au guide suprême toute velléité de considérer le territoire libanais comme faisant partie de ses possessions.

    Nassif Pierre

    16 h 28, le 11 décembre 2019

  • Mais où est donc le president de notre REPUBLIQUE? Silence il dort. Une annonce pareille le laisse de marbre. Il ne se sent pas concerné par le sort du pays ni même par sa souveraineté. Grâce à Aoun et ses acolytes nous sommes devenus la serpillère sur laquelle on s'essuie les pieds avant d'entrer dans notre pays qui est devenu un moulin, où n'importe qui peut déclarer la guerre à d'autres pays en notre nom sans nous consulter de sacrifier notre pays pour les intérêts d'un autre. Au nom de quoi? Que ces vendus osent nous parler de complot américain après des déclarations aussi odieuse. Ce n'est pas faute d'avoir prévenu les partisans de ces trois vendus que les premiers qui feront les frais de leur traîtrise seront eux, nous, tous les libanais pardi.

    Sissi zayyat

    13 h 00, le 11 décembre 2019

  • Monseigneur Audi avait donc raison, n'est-ce pas M. Bou Saab?

    Zovighian Michel

    03 h 54, le 11 décembre 2019

  • "Nous détruirons Tel Aviv à partir du Liban" Et bien sûr, tant pis si le Liban est détruit, lui aussi, par la même occasion! Ce n'est pas le problème de l'Iran. Ni du Hezbollah d'ailleurs, comme il l'a montré en 2006.

    Yves Prevost

    23 h 59, le 10 décembre 2019

  • Bande de poltrons peureux ... le faire par pays interposer au lieu de le faire de chez vous !!! VOUS PENSEZ QUE LES CHIITES ARABES SONT VOS ESCLAVES ?!?!

    Bery tus

    22 h 17, le 10 décembre 2019

  • Et pourquoi depuis le Liban ??? Vous, iraniens, Russes et Hezb allah êtes en Syrie depuis quand ?? Avec l'armée syrienne et les russes à vos cotés et même le Hezb présents en Syrie combien de fois vous avez été ( régulièrement) bombardé par Israel aux portes de Damas et même celles de Teheran!!! Pourquoi vous ne ripostiez pas depuis la Syrie à ce moment là aussitôt??? Tout ça pour impliquer le Liban dans vos guerres!!! Aller Libérer la Palestine mais ne le faites pas depuis nos terres et sur nos vies

    Assoun F

    21 h 27, le 10 décembre 2019

  • Apparemment, il est plus facile aux Pasdaran de détruire un pays neutre de 10425 km2 qu'est le Liban que de libérer les 20 km2 du Golan que sont les Hameaux de Chebaa syriennes. Les fanfaronnades et les vantardises à 1588,84 (à vol d'oiseau) entre Téhéran et Tel-Aviv sont destinées à la consommation intérieure de l'Iran. Même pas.

    Honneur et Patrie

    21 h 09, le 10 décembre 2019

  • J’attends l’article de Scarlet Haddad à propos de ces déclarations

    Liberté de Penser

    20 h 33, le 10 décembre 2019

  • naifs ou inconscients, on se cache derriere notre petit doigt, sauf qq figures dixit MGR AUDI .....

    Élie Aoun

    19 h 03, le 10 décembre 2019

  • "Si le guide suprême nous ordonne de lancer nos missiles, tous les Israéliens se rendront immédiatement" C’est vrai? Vrai de vrai? Sans même se servir de leur arsenal nucléaire? Wow! Géniaaaal! Merci mon ayatollah (j’allais écrire mon dieu par habitude mais je me suis rattrapé, ouf). Nous voilà tous sereins et rassurés:)

    Gros Gnon

    18 h 25, le 10 décembre 2019

  • Gens du CPL vous êtes au pied du mur ou bien vous êtes avec Hezbollah pour le PDT Aoun ou bien contre le Hezbollah pour le Liban ! Le choix est vraiment difficile hein ??

    PHENICIA

    18 h 22, le 10 décembre 2019

  • Aucune surprise nous le savions déjà !! Mais je pense que cette fois ci avec les libanais réveiller ne laisserons pas faire ces membres des tenants de la guerre éternel ... et comble de force LA REPONSE A UNE ATTAQUE EN IRAN D’ISRAEL SERA RÉPONDU DU TERRITOIRE LIBANAIS Elias Bou Saab (Courant patriotique libre), a ainsi souligné que "si les propos attribués à M. Ghorbani s'avèrent réels, ils sont désolants et inacceptables". MR ABOU SAAB NE FAITE PAS L’AUTRUCHE « S’IL S’AVÈRE ÊTRE VRAI » HAHAHA MAIS COMBIEN DE FOIS L’IRAN L’A SI BIEN DIT !!!! Ou alors vous n’êtes tout simplement libre de vos paroles pour critiquer

    Bery tus

    17 h 52, le 10 décembre 2019

  • Chers Amis revenons à nos valeurs celle que nous a enseignées L' Honorable Moussa Sadr dont la devise première était son Arabité ! Hezbollah vous le savez pourtant mieux que quiconque et en trahissant les souhaits pieux de ce saint Homme êtes vous tranquille avec votre conscience ? Mr Berry vous qui assurez son "Héritage" soi disant n' avez vous pas quelques soucis à vous faire ? Que lui direz vous plus tard ?Que les Perses rêvaient de se venger de l'invasion Arabo Musulmane et que nous étions obligés de les aider !YA HASRA

    PHENICIA

    17 h 40, le 10 décembre 2019

  • On a à présent une bonne excuse pour dévier l'attention des gouvernants et des gouvernés. C'est la saison de la surenchère avant celle des fêtes. s'agissant de la formation d'un nouveau gouvernement personne n'est pressé à part le peuple. Tna3d 3jami3 !

    MGMTR

    17 h 23, le 10 décembre 2019

  • Alors, Messieurs Hassan Nasrallah, Naïm Kassem, Mohammad Raad et tous vos copains de votre parti, sans oublier notre "président et les chefs de..." qui sont vos obligés dociles et soumis, êtes-vous d'accord avec ces menaces ? Au fait, que représente exactement le Liban pour vous ? Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 36, le 10 décembre 2019

  • Ils sont entrain de détruire leur jeunesse ... ils savent comment faire !!!

    Zeidan

    16 h 28, le 10 décembre 2019

  • Lorsqu'on veut faire KK, on le fait chez soi et non chez les autres. C'est l'ABC de la politesse.

    Honneur et Patrie

    16 h 23, le 10 décembre 2019

  • De la propagante bon marché poir les simples d'esprit. On s'en fout des missiles iraniens et des déclarations iranniennes à la noix de coco. Aahed el aouwi doit maintenant prendre une position face à cette déclaration inacceptable pour le gouvernement libanais. Ou bien va-t-il nous suggérer d'immigrer car il n'a pas le courage de répondre aux iraniens!???? Vivement un nouveau pouvoir patriotique, libanais qui soit vraiment AOUWI!!!

    Wlek Sanferlou

    16 h 15, le 10 décembre 2019

  • C'est çà! C'est çà! Cool Story Bro! Cet énergumène veut nous faire croire que si l'Iran pouvait le faire elle ne l'aurait pas déjà fait? D'autre ont essayer avant et tout ce qu'ils ont récolté est qu'a ce jours ils n'ont toujours rien a boire et a manger alors qu’Israël, elle, vit, travail, chante, danse et passe du bon temps a se développer et progresser de quelques années lumières tous les jours. Quand au Hezbollah, s'il pensent pouvoir arrêter la révolution en provoquant une guerre avec Israël, je penses que lui comme ses sous fifres peuvent commencer a déménager en Syrie ou en Iran car après la tempête et la catastrophe le peuple Libanais se fera un devoir de lui apprendre les bonnes manières et le respect des autres 85% de la populace qui n'en veulent plus.

    Pierre Hadjigeorgiou

    16 h 07, le 10 décembre 2019

  • Thank you next. Detruis Tel Aviv depuis la Syrie. 3asoufrein b7ajar wahad.

    Toni Pantaloni

    16 h 04, le 10 décembre 2019

  • DES FANFARONS ! UN ADAGE DIT : IL EST NE A LA MOUCHE UN DERRIERE ET ELLE CROIT POUVOIR PETER SUR TOUT LE MONDE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 02, le 10 décembre 2019

  • Il faut qu’il se rappelle la mère de toutes les batailles de Saddam.... En tous cas ces déclarations montrent et l’emprise et le mépris avec lesquels les dirigeants iraniens traitent leurs alliés libanais , comme de simples exécutants à leur solde...Et confirment ainsi la réalité de la situation libanaise, dixit Mgr Audi.

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 54, le 10 décembre 2019

  • qui a peur? J.P

    Petmezakis Jacqueline

    15 h 51, le 10 décembre 2019

  • Et bien faites le si vous pouvez le faire…allez y ça fait 20 ans qu’on entend le même refrain…par contre on m’avait pas dit que la population désarmée et affamée par vos soins à Beyrouth, Baghdâd ou Téhéran faisait partie d’Israël.

    Liban Libre

    15 h 42, le 10 décembre 2019