X

Culture

Farouk Mardam Bey : Le monde arabe, avec ses 400 millions d’habitants, est la région du monde où on lit le moins

Le grand entretien du mois

Né à Damas en 1944, Farouk Mardam Bey fait des études de droit avant de poursuivre en sciences politiques à Paris. Il devient bibliothécaire à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), avant de diriger la bibliothèque de l’Institut du monde arabe (IMA), où il est également conseiller culturel. C’est en 1995 qu’il devient directeur des éditions Sindbad, lors de leur rachat par Actes Sud.Il est l’auteur de plusieurs essais sur le Maghreb et le Proche-Orient, comme « Jérusalem : le sacré et le politique » (Babel, Actes Sud, 2000), ou « Être arabe » (Actes Sud, 2005), et d’une « Anthologie de la poésie arabe contemporaine » (Actes Sud, 2007). En octobre 2019, deux de ses ouvrages sont réédités chez Actes Sud, « Traité du pois chiche » (avec Robert Bistolfi, 1998) et « La cuisine de Zyriâb » (illustré par Odile Alliet, 1999).

Le parcours riche de ce grand connaisseur de la culture et de la littérature arabes lui permet d’aborder les problématiques culturelles de la région avec une certaine hauteur, qui ne se départit jamais d’un goût prononcé pour la précision, la modération et la tempérance. Rencontre avec un humaniste, qui offre au lectorat francophone la possibilité de découvrir des auteurs arabes contemporains.

02/12/2019

Quel est votre premier souvenir de lecture ?

Jusqu’à mes dix ans, toutes mes lectures étaient en arabe, essentiellement les albums et les livres de l’écrivain égyptien Kamel al-Kilani, aux éditions de Dar al-Maaref du Caire. Parmi ces publications, je me souviens surtout de la série destinée aux enfants de 10 à 14 ans, qui consistait en des adaptations de la littérature mondiale, du Roi Lear et La Tempête de Shakespeare à Robinson Crusoé et Les Voyages de Gulliver, en passant par Les Contes des Mille et Une Nuits. La même maison d’édition a commencé à publier en 1952 un magazine pour la jeunesse qui a bénéficié d’une large diffusion à travers le monde arabe. Ma mère m’y a abonné dès le premier numéro. Il s’intitulait, comme par hasard… Sindbad.

Avant d’intégrer le monde de l’édition, quelles ont été vos fonctions au sein de l’Inalco puis de l’IMA ?

J’ai été bibliothécaire à l’Inalco, chargé des acquisitions des monographies et des périodiques en langue arabe. Cela a duré de 1972 à 1986, et m’a permis d’avoir une bonne connaissance des milieux de l’édition dans le monde arabe et de côtoyer les chercheurs dans le domaine des études arabes et islamiques. En 1981, j’ai contribué à la fondation de la Revue d’études palestiniennes, et j’en suis resté l’un des principaux animateurs, jusqu’à sa disparition en 2008. À l’IMA, entre 1989 et 2008, j’ai été conseiller culturel et pendant quatre ans directeur de la bibliothèque.

Pourquoi et comment êtes-vous entré chez Actes Sud ?

Actes Sud a lancé en 1992 une collection « Mondes arabes », que dirigeait mon ami Yves Gonzalez-Quijano. Je l’ai relayé deux ans plus tard et, en 1995, le patron d’Actes Sud, Hubert Nyssen, m’a chargé de diriger aussi les éditions Sindbad qu’il venait de racheter après la mort de leur fondateur, Pierre Bernard. Je connaissais bien les publications de cette petite mais valeureuse maison d’édition, créée en 1972, et qui avait fait paraître jusqu’alors un peu plus de 160 titres, dont des traductions de la littérature arabe classique et contemporaine. En plus, nous avions été, Pierre Bernard et moi, co-commissaires du Salon euro-arabe du livre organisé par l’IMA et par Sindbad de 1990 à 1995. Et c’est ainsi qu’on a pensé à moi pour la direction de ce nouveau département d’Actes Sud.

En quoi consiste précisément votre rôle de directeur des éditions Sindbad ?

Il fallait d’abord que je poursuive le travail de Pierre Bernard en enrichissant les principales séries qu’il avait lancées : « Les Classiques »,« Les Littératures contemporaines », « Hommes et sociétés », « La Bibliothèque persane », « La Bibliothèque de l’islam », « L’Actuel »… Et il me tenait à cœur d’en créer de nouvelles, ce qui a été fait avec « La Bibliothèque turque », portant exclusivement sur la littérature ottomane, et « L’Orient gourmand ». Avec le temps, c’est la littérature arabe traduite qui a prévalu sur tout le reste, avec huit ou neuf romans chaque année, un ou deux recueils de poèmes et un ou deux textes classiques. Diriger Sindbad, c’est à la fois choisir les livres à traduire, ainsi que les traducteurs appropriés, et suivre de près le processus d’édition depuis la signature des contrats jusqu’à la mise en vente. Je contribue ensuite assez activement, autant par obligation professionnelle que par engagement personnel, à la promotion médiatique et commerciale de ces livres.

Comment s’effectue le choix des auteurs que vous sélectionnez ?

Il y a toujours, surtout dans le domaine classique, des œuvres que je considère comme indispensables : des anthologies d’une époque ou d’un grand poète et des écrits en prose qui n’ont pas encore été traduits en français ou qui méritent une nouvelle traduction. Le choix est bien plus difficile en littérature contemporaine. D’abord, évidemment, en raison d’une production éditoriale de plus en plus abondante, et qui malheureusement ne suscite pas l’intérêt des éditeurs français ; ensuite, à cause de mon souci d’un minimum d’équilibre entre les différents pays arabes ; enfin, du fait du partage obligé des huit ou neuf romans que je suis en mesure d’éditer chaque année entre les « anciens », qui figurent déjà sur notre catalogue et dont je suis fidèlement les publications, et les nouveaux. Pour choisir parmi ces derniers, je me réfère à la réception de la critique et du public dans le monde arabe, ainsi qu’aux conseils de lecteurs de confiance. Et forcément, après lecture, à mes préférences personnelles. En poésie, étant donné que je ne peux éditer qu’un nombre très limité de titres, ma démarche consiste à constituer une bibliothèque des œuvres reconnues unanimement comme les plus marquantes.

La traduction d’un ouvrage est-elle l’ultime preuve de sa valeur littéraire et esthétique ?

Certainement pas, même si la plupart des auteurs arabes, et pas seulement arabes, le pensent ! La traduction de leurs œuvres, autant que leur distinction par des prix prestigieux, leur donne une plus grande visibilité et leur apporte parfois des droits d’auteurs substantiels, mais seuls les chefs-d’œuvre résistent à l’épreuve du temps, et ils sont très rares dans toutes les langues.

Quel bilan dressez-vous du mouvement de traduction de l’arabe en français ?

Sur le plan quantitatif d’abord, la France occupe la première place dans le monde, avec près de 10 % des traductions. Cependant, les traductions de l’arabe se situent, bon an mal an, entre 0,6 et 0,9 % de l’ensemble des traductions vers le français. Les traductions littéraires dépassent nettement toutes les autres réunies, et près de la moitié d’entre elles sont publiées chez Actes Sud.

Il va sans dire que beaucoup de livres qui méritaient d’être traduits ne l’ont pas été. Sans doute aussi certains des livres traduits ne le méritaient-ils pas. Je pense quand même que le lecteur français et francophone, grâce aux centaines de titres publiés depuis le lancement du mouvement de traduction au début des années 1970, dispose d’échantillons très représentatifs de la production littéraire arabe, classique et contemporaine, en vers et en prose.

Auteur de plusieurs ouvrages, vous rééditez en octobre 2019 le « Traité du pois chiche » et « La Cuisine de Ziryâb ». En quoi ces deux textes mettent-ils en valeur une dimension déterminante du monde arabe ?

L’alimentation est un aspect fondamental de la civilisation matérielle. Dans La Cuisine de Ziryâb, j’ai cherché à le dire sous la forme assez plaisante de « propos de table ». Dans le Traité du pois chiche, j’ai voulu, avec Robert Bistolfi, montrer, avec le sourire, qu’une modeste légumineuse peut nous informer sur bien des activités et des mentalités humaines. Ces deux livres n’avaient pas d’autres prétentions. Il existe dans le monde arabe un nombre considérable de livres de recettes culinaires, parfois de grande qualité, mais l’histoire de l’alimentation, de la cuisine et de la gastronomie demeure en friche.

Quelle est la place et la spécificité de la littérature arabe au sein de la littérature contemporaine internationale ?

Il faut reconnaître que très peu d’écrivains arabes ont acquis une renommée mondiale plus ou moins durable : Naguib Mahfouz, grâce au prix Nobel, Adonis, Mahmoud Darwiche… Qui d’autre, même si l’on ne manque pas d’auteurs de grand talent, et même s’il arrive à certains d’entre eux d’être traduits dans plusieurs langues étrangères ? C’est qu’on continue généralement à les lire, quelle que soit leur diversité thématique et leur excellence proprement littéraire, comme les témoins d’un continent en pleins bouleversements politiques et sociaux, et non comme des poètes et des romanciers.

Comment expliquer le succès de certains auteurs arabophones traduits auprès du lectorat français et francophone ?

Il est très difficile, voire impossible, d’expliquer le succès commercial de tel roman et pas de tel autre, parfois d’un même auteur. On croit connaître leurs ingrédients mais leur combinaison relève d’une obscure alchimie ! Il me semble a priori que les lecteurs français ne veulent pas qu’on leur revende leur propre marchandise. Ce qu’ils recherchent dans un roman arabe traduit, c’est un peu de dépaysement, mais pas trop sinon ils s’y perdent. Or si cette condition d’équilibre entre le local et l’universel qu’on nous répète depuis des lustres est nécessaire pour réussir en librairie, je constate chaque jour qu’elle n’est pas suffisante…

Existe-t-il un déclin de l’intérêt pour la littérature arabe traduite ?

Oui, incontestablement. La littérature étrangère en général se vend moins bien en ce moment, mais cela est particulièrement le cas de la littérature arabe. Le monde arabe est massivement présent dans les moyens de communication, et sous l’aspect le moins attrayant : tyrannie, jihadisme, haines confessionnelles, discrimination de toutes sortes, corruption… Non seulement les gens ne comprennent rien à ce qui s’y passe, ils n’ont pas ou plus envie de comprendre, se contentant d’un certain nombre d’idées reçues.

Les auteurs arabes appréciés dans le monde francophone le sont-ils également dans leurs pays d’origine ?

C’est souvent le cas mais pas toujours. Il arrive que des auteurs, parce qu’ils sont mieux diffusés et médiatisés en France que dans leur pays, et parce que le lectorat français est bien plus large, se vendent plus en français qu’en arabe. Pour ce qui est d’Actes Sud, Sindbad en particulier, la question ne se pose pas. Comme je l’ai déjà dit, mon principal critère de sélection d’une œuvre est sa réception par la critique et par le public dans le monde arabe. Mais je peux inverser votre question et répondre que certains textes très appréciés localement perdraient beaucoup de leur attrait s’ils étaient traduits en français.

Quelle est la place de la lecture dans le monde arabe ?

On ne peut se fier à ce propos aux chiffres publiés par les diverses institutions régionales car ils varient, tous pays et toutes catégories sociales réunis, entre 6 minutes et 35 heures de lecture par an ! Il est cependant certain que le monde arabe, avec ses 400 millions d’habitants, est la région du monde où on lit le moins.

Cela n’est évidemment pas étranger à l’état déplorable de l’édition et au manque flagrant de librairies.

Il est rare que le tirage d’un livre de culture générale ou de littérature dépasse les 2 000 exemplaires, et les éditeurs sont devenus des marchands ambulants qui font le tour des Salons du livre pour vendre leurs publications.

Quelles lectures récentes vous ont bouleversé ?

La relecture des poèmes du Péruvien Cesar Vallejo, dans la traduction de François Maspero, et la lecture de Mamlakat Adam (Le Royaume d’Adam) du poète jordanien Amjad Nasser.

Comment se porte la lecture en français dans les pays arabes ? Et comment ressentez-vous le lectorat libanais francophone, lors de vos visites régulières au Salon du livre de Beyrouth ?

Malgré le recul constant de la francophonie, l’édition maghrébine et libanaise en français résiste courageusement. Au Maroc, par exemple, elle a produit l’année dernière un peu plus de 16 % des livres et 11 % des périodiques. Les lecteurs exclusivement francophones appartiennent dans leur grande majorité aux catégories sociales aisées, ayant des habitudes culturelles occidentales, qui lisent donc et, surtout, qui achètent des livres. S’agissant du Salon du livre francophone de Beyrouth, on est toujours agréablement surpris aussi bien par le nombre et la bonne tenue des maisons d’édition locales que par l’affluence du public, et cela dans un pays de quatre millions d’habitants. Il n’est pas indifférent – je le dis en toute sincérité – que L’Orient-Le Jour soit de loin le meilleur journal du pays, ou que L’Orient littéraire rivalise brillamment avec les suppléments des grands quotidiens français.

Quelles ont été vos premières impressions lorsque les manifestations populaires ont commencé, au Liban, le 17 octobre dernier ? Au fur et à mesure qu’elles prenaient de l’ampleur, comment les avez-vous envisagées ?

La surprise, d’abord, non de voir les Libanais se révolter, ils ont tant de raisons économiques, politiques et sociales de le faire, mais par l’extension soudaine de la révolte à tout le pays. Ensuite, jour après jour, le bonheur d’assister enfin à la fusion des forces vives du Liban, au-delà des frontières confessionnelles, en une seule communauté, une communauté nationale, un peuple.

Ces centaines de milliers de manifestants ne contestent pas, ou pas uniquement, la « classe politique », comme le laisse penser le slogan « Tous, cela veut dire tous », mais le système de domination oligarchique dans son ensemble, qui combine capitalisme sauvage, communautarisme, patrimonialisme, patriarcat, abandon des services publics aux intérêts privés... À quoi s’ajoute, évidemment, depuis au moins une quinzaine d’années, la prise en otage de tous les Libanais par le Hezbollah, assujetti à l’Iran.

Le Liban semble donc être à un tournant décisif de son histoire. Selon vous, que nous est-il permis de craindre... et d’espérer ?

Toute révolution s’ouvre forcément sur l’inconnu, on le sait depuis la révolution française, et son destin n’est écrit nulle part. Ce qu’on peut craindre pour le moment, en premier lieu, c’est la réussite de la manœuvre qui consiste à soulever le vieux Liban contre le nouveau en gestation, à opposer une « rue » à une autre, à ressusciter l’ancien clivage entre le 8 et le 14 Mars… Par ailleurs, les divergences stratégiques ou tactiques sont inévitables au sein d’un mouvement populaire aussi large, d’autant plus qu’il est spontané, décentralisé et qu’aucun groupe politique ne peut prétendre le diriger ou le représenter.

Le pouvoir en place ne manquera pas d’en tirer profit. Toujours est-il que les classes et les catégories sociales ayant intérêt au changement ont creusé leur sillon. L’une des raisons d’espérer est le profond désir qui les anime – et qui ne peut plus être durablement réprimé – d’une République démocratique, laïque et sociale.

Cet élan démocratique s’inscrit-il dans une tendance plus générale du monde arabe ?

Cela est évident, malgré toutes les différences que nous connaissons bien entre les pays arabes quant à leurs expériences historiques, leurs structures sociales et leurs régimes politiques. Les peuples, partout, n’en peuvent plus.

Au chômage massif, à la précarité, au pillage systématique des richesses nationales, s’ajoute, selon les pays, la privatisation de l’État par un clan familial, une clique de généraux ou une oligarchie financière, avec dans la plupart des cas une féroce répression des opposants.

Le soulèvement libanais a ses caractéristiques propres mais, on le voit bien, les manifestants sont tout à fait conscients qu’ils participent d’un mouvement général, que leurs revendications s’apparentent dans une large mesure à celles des autres, qu’il s’agisse en ce moment des Irakiens ou des Algériens, en proie comme eux à des pouvoirs prédateurs.



Dans la même rubrique

Gabriel Boustany : L’anglais est une langue, et le français, une culture

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige : savoirs croisés, faits et fictions...

Abdel Rahman el-Bacha : La vie est une leçon d’humilité

Adonis : Ma préférence, dans le monde arabe, c’est Beyrouth, projet ouvert à l’infini...

Rafic Ali Ahmad : Depuis que je suis né, je cherche une patrie


À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Un grand de chez les grands !!

Stes David

Le monde arabe ... est la région du monde où on lit le moins. On peut en philosopher longtemps et je ne suis pas certainement pas expert, mais je me mefie toujours de ce concept de "monde arabe". Il faudrait d'abord diviser les livres d'apres les langues differentes, comme le maltais, le libanais, le syrien, l'egyptien, le tunisien, l'algerien etc. au lieu de faire l'amalgame et la langue "arabe" litteraire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA REGION DU MONDE OU LES MOEURS ARCHAIQUES ET LES FANATISMES RACISTES ET RELIGIEUX AGITENT LES ESPRITS.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Les changeurs, nouveaux rois des dollars

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants