Rechercher
Rechercher

Liban - Gouvernement

Bassil reçoit Khatib, l’impasse persiste

« Nous sommes attachés à Saad Hariri à la tête du cabinet », affirme le ministre hezbollahi Mahmoud Qmati.

Le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil s’est entretenu pendant le week-end avec le vice-PDG de Khatib & Alami, Samir Khatib, dont le nom avait émergé la semaine dernière pour former le prochain gouvernement. Une source proche de M. Bassil s’est bornée à confirmer, à L’Orient-Le Jour, la rencontre, mais n’a donné aucun autre détail, soulignant que les deux hommes ne souhaitent pas communiquer au sujet de leurs discussions articulées autour de la future équipe ministérielle. La source souligne toutefois que le CPL continue de faciliter le processus gouvernemental, dans la mesure où il lui importe que « voie le jour un cabinet qui répondrait aux demandes du peuple, redresserait le pays et lutterait contre le fléau de la corruption ».

Il reste qu’entre-temps le blocage persiste et le président de la République Michel Aoun n’a toujours pas fixé de date pour les consultations parlementaires contraignantes en vue de désigner un nouveau Premier ministre, plus d’un mois après la démission de Saad Hariri sous la pression de la rue.

De son côté, le Hezbollah a de nouveau répété qu’il était pour que Saad Hariri dirige un gouvernement techno-politique, c’est-à-dire mêlant spécialistes et politiques. Or, M. Hariri exige pour revenir à la tête du gouvernement de former un cabinet de spécialistes non affiliés politiquement. « Nous tenons à former un cabinet dans lequel toutes les composantes seront représentées », a affirmé le chef du groupe parlementaire du Hezbollah Mohammad Raad, hier lors d’une cérémonie à Nabatiyé. « Nous sommes maintenant dans une phase d’élaboration d’un nouveau gouvernement qui devra mettre en œuvre de nouvelles méthodes pour traiter avec les lois, les gens et les intérêts de la nation. » Le ministre d’État sortant pour les Affaires du Parlement Mahmoud Qmati, également responsable au sein du Hezbollah, a lui aussi réitéré l’attachement de sa formation à la reconduction de Saad Hariri à son poste. « Nous sommes attachés à Saad Hariri pour la formation du gouvernement, au vu de sa représentativité dans la rue sunnite et du rôle qu’il joue en assumant la responsabilité de la crise actuelle », a affirmé M. Qmati, dans un entretien à la radio Sawt al-Mada. « Sachant qu’à chaque fois que le processus de formation du gouvernement est lancé, il est aussitôt bloqué, nous ne pourrons pas fixer la date de la formation du cabinet », a-t-il souligné, avant de se poser la question de savoir s’il y a « une volonté sérieuse de former le gouvernement avec à sa tête quelqu’un d’autre que Saad Hariri ».



Lire aussi

La révolution de la dignité, l'édito d’Émilie SUEUR

Le mouvement de protestation et les pièges de la politisation, le décryptage de Scarlett HADDAD

Un dimanche de clarté pour « remettre les pendules à l’heure »

À Beyrouth et ailleurs, le Liban de demain se pense et se rêve sous des tentes

Aounistes et contestataires se défient sur la route du palais présidentiel

A Khandak el-Ghamik, des femmes font entendre leur voix contre la violence

Face à la violence du Hezbollah, l’intifada libanaise doit garder son cap

La révolution libanaise à travers le regard d’étudiants étrangers

Le droit à la ville, cet autre acquis de la « thaoura »


Le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil s’est entretenu pendant le week-end avec le vice-PDG de Khatib & Alami, Samir Khatib, dont le nom avait émergé la semaine dernière pour former le prochain gouvernement. Une source proche de M. Bassil s’est bornée à confirmer, à L’Orient-Le Jour, la rencontre, mais n’a donné aucun autre détail, soulignant que les deux hommes...

commentaires (4)

A quel titre, Gebran Bassil, le touche-à-tout du système des signataires de l'Accord de Chiyah, reçoit-il une personne qui répond au nom de Samir Khatib pour discuter, entre autres, du fléau de la corruption ? Quelle est la fonction de Samir Khatib dans l'organigramme de l'Etat CPL/Hezbollah ? Gebran Bassil, ministre démissionnaire va, aux frais de l'argent public, sans l'accord de ses supérieurs à Budapest (Hongrie) chez Victor Orban afin d'assister au nom des chrétiens du Liban (sic) sur le sort des chrétiens d'Orient(resic) puis il envoie ses partisans radicalisés pour parader à Bikfaya, la ville de la famille Gemayel qui a offert deux héros-martyrs sur l'autel de la Patrie. Qui gouverne quoi dans notre République topinambourienne ?

Un Libanais

11 h 33, le 02 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • A quel titre, Gebran Bassil, le touche-à-tout du système des signataires de l'Accord de Chiyah, reçoit-il une personne qui répond au nom de Samir Khatib pour discuter, entre autres, du fléau de la corruption ? Quelle est la fonction de Samir Khatib dans l'organigramme de l'Etat CPL/Hezbollah ? Gebran Bassil, ministre démissionnaire va, aux frais de l'argent public, sans l'accord de ses supérieurs à Budapest (Hongrie) chez Victor Orban afin d'assister au nom des chrétiens du Liban (sic) sur le sort des chrétiens d'Orient(resic) puis il envoie ses partisans radicalisés pour parader à Bikfaya, la ville de la famille Gemayel qui a offert deux héros-martyrs sur l'autel de la Patrie. Qui gouverne quoi dans notre République topinambourienne ?

    Un Libanais

    11 h 33, le 02 décembre 2019

  • Un vassal du Hezbollah qui reçoit un Palestinien naturalise Libanais entretenant des relations d'affaires avec le clan Berri. Ça promet !

    Tabet Ibrahim

    09 h 12, le 02 décembre 2019

  • IL S,ARROGE LE ROLE PRESIDENTIEL LE GENDRE... C,EST TROP !

    LA LIBRE EXPRESSION

    07 h 46, le 02 décembre 2019

  • " Nous tenons à former un cabinet dans lequel toutes les composantes seront représentées". L'exact contraire de ce que demande le peuple : un cabinet où AUCUNE force politique n'est représentée. Sont-ils vraiment stupides ou font-ils seulement semblant ?

    Yves Prevost

    07 h 39, le 02 décembre 2019

Retour en haut