X

Liban

À Tripoli aussi, les femmes ont manifesté

Contestation
OLJ
28/11/2019

Plusieurs centaines de personnes, dont une majorité de femmes, ont manifesté hier à Tripoli, en signe de solidarité avec les mères de Aïn el-Remmaneh et Chiyah, et pour dénoncer les actes de vandalisme qui se sont produits la veille dans la capitale du Liban-Nord. La manifestation, conduite par les femmes alors que les hommes marchaient derrière elles, a sillonné les rues de la ville, notamment les lieux où des violences se sont produites mardi soir. Scandant des slogans répétant que le mouvement de contestation est pacifique, les manifestants, qui brandissaient des drapeaux libanais et des ballons, ont offert des roses blanches aux soldats déployés, avant de revenir vers la place al-Nour où se rassemblent les protestataires chaque jour.

Mardi soir, des groupes d’hommes avaient commis des actes de vandalisme contre deux banques, des commerces et la permanence du Courant patriotique libre (CPL), qui était vide, près de la place al-Nour et s’étaient violemment opposés à l’armée. La branche de la SGBL avait notamment été incendiée. Après un bref retour au calme, des échauffourées avaient de nouveau éclaté dans la nuit et l’armée avait dû faire usage de gaz lacrymogène pour disperser les fauteurs de troubles. Selon la Croix-Rouge, sept personnes ont été transportées à l’hôpital et 17 autres soignées sur place.

Plusieurs témoins ont assuré à notre correspondante Ornella Antar que les personnes qui se sont livrées à des actes de vandalisme n’étaient en aucun cas liées aux protestataires qui se rassemblent sur la place al-Nour. Une partie de ces fauteurs de troubles avaient le visage masqué, et les autres étaient inconnus et venaient probablement de l’extérieur de Tripoli, selon ces témoins.

C’est la première fois que de tels incidents se produisent à Tripoli depuis le début du mouvement de contestation. Les rassemblements quotidiens sur la place al-Nour étaient toujours pacifiques, de même que les débats qui se déroulent dans les tentes installées près de la place.Lors d’une conférence de presse, l’ancien député Misbah Ahdab a affirmé que « ce qui s’est produit hier (mardi) est l’œuvre d’une cinquième colonne », assurant que « les manifestants pacifiques n’ont rien à voir avec cette affaire ».


Lire aussi

La plus belle des réponses, l'impression de Fifi ABOU DIB

Avec ou sans Saad Hariri? Tel est le problème des négociations politiques, le décryptage de Scarlett HADDAD

Les consultations parlementaires compromises avant même de commencer

Les femmes de Aïn el-Remmaneh et de Chiyah unies contre la violence

Émergeant comme d’un mauvais rêve, Bickfaya dénonce une « provocation » flagrante

Devant la BDL, c’est « haircut » gratuit pour tous

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants