X

Liban

Les femmes de Aïn el-Remmaneh et de Chiyah unies contre la violence

Reportage

Des mères des deux quartiers voisins se sont rassemblées hier après-midi en banlieue de Beyrouth pour affirmer un message de paix.

28/11/2019

À Aïn el-Remmaneh, Sannine est un nom bien connu, presque une institution. Cela tient moins à la qualité des pistaches et des amandes qui y sont vendues qu’au fait que cette épicerie est située en haut de la rue Maroun, où la guerre civile a commencé le 13 avril 1975. C’est d’ailleurs sur ce carrefour qu’a été établi le tout premier barrage de la guerre, à 100 mètres à peine de la rue Assaad el-Assaad qui sépare les quartiers chrétien de Aïn el-Remmaneh et musulman de Chiyah.

Ce n’est donc pas un hasard si les mères de ces deux quartiers voisins se sont donné rendez-vous en ce lieu symbolique hier après-midi. Le communiqué officiel, non signé mais initié par des femmes engagées pour les droits civils, avait pour mot d’ordre de dénoncer les tentatives d’intimidation et de division et de délivrer un message pacifique après les incidents de la veille.

Dans la soirée de mardi, des jeunes des deux quartiers se sont brièvement affrontés à coups de pierres et de cocktails Molotov. L’armée est très vite intervenue pour séparer les belligérants, mais cela a suffi à raviver de part et d’autre de douloureux souvenirs.

La chronologie des événements étant difficile à établir, chacun se renvoie la balle. « Tout le monde est sur les nerfs depuis des semaines et encore plus depuis trois jours, les rumeurs circulent dans tous les sens, c’était évident que ça allait éclater », note Élie, qui a récemment ouvert une épicerie à Aïn el-Remmaneh. À ses yeux, les incidents de la veille n’ont rien à voir avec la révolution, cette mobilisation populaire qui traverse le Liban depuis le 17 octobre, ou la politique, mais relèvent d’une logique de communauté et d’une rivalité de quartiers. « Dans les années 1990 et 2000, c’était beaucoup plus fréquent et plus violent », relativise celui qui, dans sa jeunesse, au cours d’un affrontement de ce type, s’est pris une pierre sur le crâne qui lui a valu quatorze points de suture. Côté musulman, plusieurs jeunes employés d’un garage cherchent, eux aussi, à se montrer rassurants : « C’était juste un petit clash et ça n’a duré que 10 minutes. Il ne faut pas y donner trop d’importance, c’est déjà du passé. »


(Lire aussi : À Tripoli aussi, les femmes ont manifesté)


« La violence ne mène à rien »

Hier, profitant d’une brève et heureuse éclaircie, quelques centaines de personnes ont pris part au rassemblement. Parmi elles, une grande majorité de femmes, certaines de Aïn el-Remmaneh, d’autres de Chiyah, la plupart venues d’autres quartiers de Beyrouth, mais aussi quelques hommes, pour une fois en retrait. De nombreux journalistes, locaux et étrangers, étaient également présents pour couvrir l’événement. Zeina, mère et grand-mère, se réjouissait de l’initiative : « Ceux qui se sont battus sont des jeunes qui n’ont pas connu la guerre, notre rôle est de leur rappeler que la violence ne mène jamais à rien. » « Si nous sommes toutes dans la rue, c’est aussi pour qu’ils comprennent que ceux qu’ils pensent être leurs ennemis ont une mère qui ressemble à la leur. S’ils pensent à ça, ils réfléchiront peut-être à deux fois avant de frapper », poursuivait-elle. Drapeaux libanais en nombre, roses blanches tendues vers le ciel, slogans fédérateurs, il n’était question que d’unité et de réconciliation hier. « Nous sommes les mères de ce pays », « Pas de balles mais des fleurs », « Nous sommes pacifiques, la guerre civile est finie », ou encore « Musulmans, chrétiens, nous ne voulons pas de confessionnalisme », ont scandé les manifestants qui, sous escorte policière, ont traversé le carrefour et se sont rendus du côté musulman du boulevard où, depuis les balcons, les habitants de Chiyah les ont applaudis en leur jetant du riz.

« C’est beau, c’est ça qu’on aime voir, un Liban uni. On en a assez de la guerre et des divisions. Il y a une semaine, j’étais déprimée par les tensions, aujourd’hui, je retrouve le sourire », s’enthousiasmait une jeune mère de famille. « J’ai vécu toute ma vie à Aïn el-Remmaneh et je n’ai jamais osé franchir le boulevard, c’est une grande première pour moi », confiait pour sa part, avec une émotion palpable, une dame d’une soixantaine d’années. Myriam, une autre manifestante, se montrait plus nuancée : « C’est très bien qu’il y ait des actions de ce type, le symbole est beau mais il y a un petit côté vieillot. J’ai l’impression d’être revenue avant la révolution, comme si on pouvait seulement dire des choses consensuelles sans oser porter des revendications vraiment politiques. C’est peut-être une étape nécessaire... »


Lire aussi

La plus belle des réponses, l'impression de Fifi ABOU DIB

Avec ou sans Saad Hariri? Tel est le problème des négociations politiques, le décryptage de Scarlett HADDAD

Les consultations parlementaires compromises avant même de commencer

Émergeant comme d’un mauvais rêve, Bickfaya dénonce une « provocation » flagrante

Devant la BDL, c’est « haircut » gratuit pour tous

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jack Gardner

ce que femme veut, Dieu le veut

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TANDEM CHIITE ET CPL TENTENT EN VAIN DE FORMER UNE DEUXIEME RUE PROVOCATRICE, BATONS, PIERRES, COUTEAUX ET MITRAILLEUSES A LA MAIN. LES CONTESTATAIRES PACIFIQUES RESTENT MAINS NUES ET NE REPONDENT PAS AUX AGRESSIONS. LEURS TENTATIVES ECHOUENT PARTOUT, DE TYR A BAALBECK, A BEKFAYA A BEYROUTH ET A TRIPOLI ET AILLEURS.

Eddy

Superbe initiative, bravo mamans.

C- F- Contributions et Interprétations

Des mères courages !!!!!!!!!!!!

Liberté de Penser

On revit le très beau film de Nadine Labaki

Wlek Sanferlou

On l'appelle bien Mère Patrie pour une bonne raison! Grand merci à ces Dames!

Le Point du Jour.

Bravo et merci aux femmes Libanaises qui n'hésitent pas à braver le danger en descendant dans la rue clamer leur opposition à la guerre civile .
Chez le sphinx de Baabda c’est motus et bouche cousue!
Jusqu’à quand restera sourd et muet?

Bery tus

Bravo MILLE FOIS BRAVO POUR VOTRE COURAGE QUE CE MOUVEMENT ENSEIGNE LES MOUTONS QUI SUIVENT ET QUI IDOLATRE UNE PERSONNE MEME SI CETTE PERSONNE EST UNE ICONE !!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants