X

À La Une

Loi d’amnistie : plusieurs députés vont boycotter la séance de demain

Liban

Appels à boucler les entrées du Parlement mardi matin.

OLJ
18/11/2019

Des appels à bloquer les entrées du Parlement libanais mardi matin, dès 7 heures, ont été lancés lundi par le mouvement de contestation sur ses réseaux sociaux, alors que les députés doivent se réunir à 11 heures pour l'élection du bureau du Parlement et des membres des commissions parlementaires et ensuite passer au vote de plusieurs textes de loi sur la lutte contre la corruption, mais aussi sur l'amnistie générale. Cette loi est controversée en raison du flou entourant les crimes pouvant en bénéficier, notamment les crimes financiers. Face à la polémique que suscite la tenue de cette séance, plusieurs députés ont annoncé leur intention de la boycotter.

Appelés à se rassembler sur 17 points afin de former une chaîne humaine autour du siège du Parlement, les manifestants sont invités à s'asseoir dans la rue, à chanter, à apporter des drapeaux libanais et des casseroles pour faire le maximum de bruit. "Nous devons être 100 000", souligne cet appel.



Nabih Berry a par ailleurs reçu aujourd'hui du mouvement civil des remarques concernant la proposition de loi sur la création d'un tribunal spécial pour juger les crimes financiers, qui figure elle aussi à l'ordre du jour de la séance de mardi. Il a promis de les étudier et de les prendre en considération.

Sous la pression de la rue, qui refuse en majorité une loi qui permettrait aux responsables politiques d'échapper aux sanctions pour leur éventuelle implication dans des affaires de corruption, la séance parlementaire de mardi dernier, au cours de laquelle la loi sur l'amnistie aurait dû être adoptée, avait été reportée d'une semaine.


Boycotts en série
"Le président du Parlement Nabih Berry soumettra le texte à caractère de double urgence sur l’amnistie générale aux députés. Ce texte sera renvoyé en commission si un député venait à demander son réexamen", a déclaré dans la journée le vice-président du Parlement, Élie Ferzli. Il a dans ce cadre démenti le fait que le texte sur l’amnistie englobe ceux qui ont tué des militaires ou les contrevenants dans le dossier des biens publics. "Il y a une opinion publique qui demande que des propositions et des projets de lois soient rapidement adoptés", a-t-il ajouté. Par ailleurs, le numéro deux du Parlement a fait savoir qu'une nouvelle loi électorale "qui prendra en considération la volonté du peuple et le moyen de mettre le Liban sur les rails de l’Etat civil" sera prochainement examinée.

Face à la polémique que suscite la tenue de cette séance, plusieurs députés ont affiché leur opposition à sa tenue. Les Kataëb (3 députés) ont ainsi indiqué qu'ils allaient boycotter la séance parce qu'elle aura lieu à huis clos et que les médias ne seront pas autorisés de couvrir et parce que l'ordre du jour ne contient aucune loi réclamée par la rue.

Le bloc parlementaire de La République forte (Forces libanaises de Samir Geagea, 15 députés ) a lui aussi annoncé qu'il allait boycotter la séance de demain dont l'ordre du jour n'est pas "convenable" au vu de la situation actuelle. Le bloc s'est dit prêt à prendre part à toute séance consacrée à l'élection des membres des commissions parlementaires. 

Le groupe parlementaire de la Rencontre démocratique du chef druze Walid Joumblatt (9 députés) va lui aussi boycotter la séance. Pareil pour le chef de l’Organisation populaire nassérienne (OPN), Oussama Saad, et le député Fouad Makhzoumi. 

La députée indépendante Paula Yacoubian a elle aussi annoncé qu'elle boycottera la séance. Un peu plus tard, le chef du Mouvement de l’indépendance, Michel Moawad, a fait une déclaration dans le même sens. 

Le bloc du Futur de Saad Hariri (21 députés), va, lui, assister à la séance consacrée à l'élection du bureau du Parlement et des membres des commissions parlementaires et non à la séance législative. Le bloc de la Solidarité de Nagib Mikati (3 députés) fera de même.


Dix-huit dossiers de corruption déférés par Aoun
L'ordre du jour de la séance de demain comprend également la loi encadrant la lutte contre la corruption, qui avait été adoptée préalablement par la Chambre, mais rejetée par le chef de l’État, Michel Aoun, qui l'estimait incomplète. 

Lundi, le bureau de presse de la présidence de la République a publié un rapport sur les procédures judiciaires concernant 18 dossiers sur les affaires de corruption, gaspillage et blanchiment d'argent déférés par le président Aoun. Parmi ces dossiers, le dossier de l'égout de Ramlet el-Baïda a été transmis au Procureur général de Beyrouth qui n'a toujours pas statué. L'enquête sur le gaspillage de l'argent public au port de Beyrouth a été élargi. L'enquête sur l'affaire des contrats avantageux au profit de la compagnie publique de téléphone Ogero a été lancée. L'enquête sur l'affaire des infractions concernant la fibre optique se poursuit. L'enquête sur la zone franche de l'aéroport international de Beyrouth est en cours. Le dossier concernant les appels d'offres à l'AIB a été transmis au procureur financier, le juge Ali Ibrahim. Le dossier sur le Casino du Liban a été transmis à un juge d'instruction du Mont-Liban. Le dossier de l'achat de diplômes universitaires par des étudiants de l’École militaire qui tentaient d’obtenir une promotion a été transmis à l'Inspection centrale. Le premier juge d'instruction de Beyrouth, Georges Rizk, planche sur l'affaire des médicaments pour le cancer à l'hôpital Rafic Hariri de Beyrouth. Le dossier des infractions commises par des propriétaires de générateurs électriques a été transmis aux parquets dans les régions concernées.


"La reddition des comptes ne peut se traduire qu'à travers des mesures législatives", a déclaré dans la journée Hassan Fadlallah, député du Hezbollah spécialisé dans les dossiers de corruption et des comptes publics. "Nous sommes allés devant la justice à laquelle nous avons transmis nos dossiers, mais malheureusement aucun corrompu n'a été mis sous les verrous", a déploré M. Fadlallah. "C'est la justice qui va restaurer la confiance du peuple libanais en son État", a-t-il ajouté.



Lire aussi

À Baalbeck, « le trône du Hezbollah a enfin été secoué »

Raisons et horizons du sursaut libanais

Révolte populaire : un mois déjà et tant d’acquis, en attendant le projet politique

Les zones grises et inquiétantes de la proposition de loi d’amnistie

Dans les dédales de la proposition de loi d’amnistie et de ses exemptions


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MGMTR

Ce n'est pas intelligent de boycotter puisque de toute façon le quorum sera atteint demain. Il faut qu'un député demande le renvoi de la loi en commission pour empêcher un vote et son adoption. Qui va faire la demande? personne. On dit quoi? de plus.

MGMTR

Il servirait à quoi le tribunal spécial pour les crimes financiers si tout le monde est amnistié en même temps! c'est un peu bizarre, non?

Marionet

Pourquoi ces députés boycottent-ils la séance? Ils devraient y assister et voter contre ce projet de loi. À quoi ça rime de boycotter sinon à faire voter une loi derrière leur dos?

Bery tus

Ce qui est sure c’est que les député FL VOTERONT CONTRE CETTE LOI !!

Sissi zayyat

Aucun corrompu n'a été mis sous les verrous.

OH. C'est vrai?

On ne peut pas commencer par les voleurs de pacotilles et laisser les gros poissons sous prétexte d'aider la justice impotente ( d'après eux) continuer à racler les restes en attendant leur tour.
Non on commence par les plus gros qui ont mis la main sur toutes les richesses du pays et les ont spoliés en saccageant le pays a coup de guerre brèves mais destructrice pour atteindre leur but d'anéantir ce pays et son peuple.
Ca n'est pas celui crie plus fort à son innocence pour brouiller les pistes qui sera cru non, il ya des preuves irréfutables.
Alors CALME. Et laissez la justice faire son travail, votre tour arrivera.
J'imagine la tête des partisans de ces gens qui jusqu'à maintenant les croient honnêtes et irréprochables malgré toutes les alertes déclenchées par plus d'un pour arrêter le pillage puisant la force de leurs armes et de ces quelques naïfs, ils se pensaient intouchables.

Assoun F

Mais où on va ??? Amnistie pour les criminels, assassins et les voleurs ?? C'est une blague ??? C'est une honte de penser pouvoir mettre un tel truc à débattre en séance parlementaire.

Bien sûr ils vont tous voter oui car ils sont tous concernés par la destruction, l’assassinat et le vol du pays!!!

N'y a t'il pas autre chose plus important à adopter: un nouveau premier ministre et un gouvernement, par hasard ???

Bustros Mitri


La triple urgence ( pas la double!) est de faire faire un audit des finances publiques, 25 ans en arriêre, par un cabinet d' audit international.
Il permettra de détricoter les bas de laine, pour arriver au bout du fil, et découvrir, qui s'était mis les orteils au chaud ses années durant...

Evariste

"Le président du Parlement Nabih Berry soumettra le texte à caractère de double urgence sur l’amnistie générale AUX députés.“

C’est plutôt :

"Le président du Parlement Nabih Berry soumettra le texte à caractère de double urgence sur l’amnistie générale DES députés.”

PS De par notre constitution, ou ce qui en reste, le budget passe impérativement, avant tout autre texte. Mais que dire au porteur des clefs de la place de l’Etoile? Pas de constitution qui tienne, l’État c’est moi!

Attention, l’État se meurt, et devinez de quoi....

Jack Gardner

Ils ont pas froid au yeux!

Besoin d’un Putsch par notre Armée, appuyé par la rue, jusqu’à la mise en place d’un gouvernement transitoire…(si le Putsh est appuyé par la rue le Hezb et ses Zbirs n’y pourront rien)

Malech...Laissez-moi rêver un peut

Antoine Sabbagha

La séance du Parlement n'est pas aussi urgente que la formation du gouvernement . Tout peut attendre .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS REVENT ENCORE D,AMNISTIE GENERALE SUR LEURS CORRUPTIONS ET VOLS

Yves Prevost

Non seulement, cette loi d'amnistie ne présente aucun caractère d'urgence, mais aucune justification.
Par contre, il est indispensable de voter le budget, après seulement, le parlement sera autorisé à légiférer.

Honneur et Patrie

"Le texte de loi controversé sur l'amnistie générale sera renvoyé en commission si un député demande son réexamen" Elie Ferzli.
Dans le langage politicardien, renvoyer une loi en commission, cela veut dire la renvoyer vers un comité Théodule ou sine die.
La prison pour un voleur de poules.
L'amnistie pour les assassins de soldats et pour les pilleurs de l'argent public.

Stes David

Si j'ai bien compris il y a des manifestations POUR et CONTRE l'amnistie. Quoique les libanais assurent qu'ils sont "unis" mon impression c'est honnetement que c'est un peuple tres divise, ou mieux dit "plusieurs peuples". Ceci n'est pas une critique ni contre les libanais, mais il me semble une realite qu'on doit accepter que certains manifestent pour cette amnistie et des autres manifestent contre.

Bustros Mitri

Une séance du parlement, à considérer comme un aveu dans le vrai sens juridique, pénal du terme, face au pillage du pays et de ses ressources.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants