X

À La Une

Comment a émergé le nom de Mohammad Safadi

Éclairage

Bassil annonce déjà que les consultations parlementaires commenceront lundi, s’attirant une verte réponse des milieux de Hariri qui l’accusent d’outrepasser ses prérogatives.

Acil TABBARA | OLJ
15/11/2019

Saad Hariri avait prévenu les forces politiques qu’il n’accepterait de présider un nouveau gouvernement qu’à condition qu’il s’agisse d’un cabinet d’experts. Devant le refus par ses partenaires, notamment le tandem chiite Hezbollah/Amal, de cette option, le Premier ministre sortant n’a eu d’autre choix que de céder la place à un autre candidat sunnite.

C’est hier soir, à l’issue d’une réunion à la Maison du Centre entre le Premier ministre démissionnaire et deux représentants du tandem chiite, Hussein Khalil, bras droit du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, et Ali Hassan Khalil, ministre sortant des Finances et membre du mouvement Amal, que le nom du député de Tripoli et ancien ministre des Finances Mohammad Safadi a émergé.

Qui a décidé du nom du milliardaire sunnite, déjà conspué par les manifestants dans la rue avant même qu’il ne soit officiellement désigné ?

Une source politique indique à l’OLJ que M. Hariri, pressé par le Courant patriotique libre et le tandem chiite, qui avaient mal accueilli sa démission le 29 octobre, de revenir à la tête du prochain gouvernement, avait bien précisé qu’il n’accepterait qu’à condition qu’il s’agisse d’un cabinet exclusivement composé d’experts, nécessaire pour relever les défis de la phase actuelle.

Pour tenter de sortir de l’impasse, les trois parties lui ont demandé de suggérer des noms de personnalités sunnites qui pourraient présider le prochain gouvernement. Il a alors suggéré celui de Nawaf Salam, l’ancien ambassadeur du Liban aux Nations unies, actuellement juge à la Cour internationale de justice. « Ce nom s’est heurté à un refus », ajoute la même source qui a requis l’anonymat. Des discussions ont suivi au cours des derniers jours et plusieurs autres noms ont été évoqués, dont celui de M. Safadi. Finalement, jeudi soir, les ministres du tandem chiite « ont officiellement informé Saad Hariri que le nom de Mohammad Safadi avait été décidé », a poursuivi cette source.

M. Hariri a alors répondu qu’il n’avait aucune objection, d’autant que Mohammad Safadi a soutenu, aux dernières législatives, le courant du Futur à Tripoli, et que son épouse, Violette, est considérée comme proche de cette formation au sein du gouvernement.



(Portrait : Mohammad Safadi, homme d'affaires et figure politique traditionnelle de Tripoli)



Les consultations lundi ?
Interrogé par l'OLJ, le bureau de presse de M. Safadi a indiqué que ce dernier serait prêt à accepter de présider le prochain gouvernement s'il est désigné à la suite des consultations parlementaires (contraignantes du chef de l’État avec les blocs parlementaires), à condition qu'on lui donne « les moyens de répondre aux revendications des Libanais ».

Le chef du CPL Gebran Bassil a, pour sa part, indiqué aujourd'hui à la MTV être en contact avec le ministre Safadi « qui a accepté de présider le prochain gouvernement, s’il obtient l’accord des principales parties politiques faisant partie du gouvernement ». « Si les choses vont dans le bon sens, les consultations devraient commencer lundi », a ajouté M. Bassil.

Des propos qui lui ont valu une verte réaction de la part du courant du Futur : « Le ministre Bassil a fixé la date des consultations parlementaires avant même qu’elles ne soient fixées par le président de la République », s'est insurgée une source proche de la Maison du Centre, citée par le site web de la formation, Mustaqbal web. « Il a aussi annoncé que la formation du gouvernement aurait lieu rapidement. S’il veut rendre service au pouvoir et à la présidence de la République, il devrait s’abstenir de faire des déclarations ».
Le bureau de presse de M. Bassil a par la suite publié une mise au point, précisant que le ministre sortant des Affaires étrangères avait juste eu une conversation à bâtons rompus avec les journalistes, et que ses propos n’avaient pas été rapportés fidèlement.



(Lire aussi : Cabinet-cocktail, double provocation, l'édito de Issa GORAIEB)



Quant au palais présidentiel, il a, selon des sources citées par la MTV, indiqué qu'aucune date n'avait encore été fixée pour les consultations parlementaires.


Les trois anciens Premiers ministres Tamam Salam, Nagib Mikati et Fouad Siniora ont réagi pour leur part en renouvelant leur soutien à Saad Hariri. "Depuis le début de la crise politique, nous insistions et nous rappelons notre position centrale qui consiste à (soutenir) la désignation à nouveau de Saad Hariri pour former un nouveau gouvernement, à la lumière des développements actuels, et toutes les forces politiques doivent faciliter sa tâche", ont dit les trois anciens chefs du cabinet.

Selon des sources politiques, l’ancien ministre Safadi est assuré d’obtenir l’assentiment des blocs parlementaires du CPL, d’Amal, du Hezbollah et du Futur, qui constituent réunis la majorité des voix au Parlement. Par contre, la formation du Premier ministre démissionnaire n’acceptera pas de faire partie de son gouvernement, selon les mêmes sources.

Quant à la rue, elle n’a pas encore dit son dernier mot. Dès que le nom de M. Safadi a filtré hier soir, des manifestants à Tripoli, Beyrouth et Saïda l’ont conspué, l’accusant de symboliser la corruption, et des rassemblements hostiles à sa nomination sont prévus aujourd’hui, même s’ils risquent d’être compromis par la pluie battante.


Lire aussi
La solution doit venir des Libanais eux-mêmes, affirme l’émissaire français

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Aboumatta

Ils doivent tenir quelque chose de très très fort sur ce M Safadi pour le forcer à prendre ce poste ... le pauvre!

Wlek Sanferlou

On dirait que le bassil nomme les gens juste pour les couler!!??

BOSS QUI BOSSE

Cherchons plus à comprendre, la confusion s'empare des esprits " embrouillés" des rêve-illusionnaires , la situation semble s'acheminer vers plus de sagesse.

Cet article comme écrit, témoigne de cette confusion .

Antoine Sabbagha

La rue encore une fois refusera ce prochain gouvernement .

Gebran Eid

Stes David A BIEN RAISON. OÙ EST L'ERREUR, HARIRI 1ER OU HARIRI 2ÈME ?
DONC LE HEZBOLLAH A TROUVÉ UN SUNNITE PRÊT A EXÉCUTER LES ORDRES....ON DIRAIT QU'ILS N'ON RIEN COMPRIS ENCORE. KOULLON YAANI KOULLON.

Stes David

L'alliance du 14 mars (https://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_du_14-Mars) est possiblement "la formation du Premier ministre démissionnaire" dont on parle, car cette alliance est plus grande que le courant du Futur, mais ce n'est pas clair dans ces deux phrases.

Stes David

Tiens je ne comprends pas la phrase "la formation du Premier ministre démissionnaire n’acceptera pas de faire partie de son gouvernement", car en haut "l’ancien ministre Safadi est assuré d’obtenir l’assentiment ... du Futur". Je pensais que la formation du premier ministre c'est le Futur non ? Sur Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Courant_du_futur on dit que le chef du "Courant du Futur" c'est Saad Hariri. Donc il y a une contradiction dans l'article, si Safadi est assuré d’obtenir l’assentiment ... du Futur alors donc la formation du Premier ministre démissionnaire accepte d'en faire partie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOMINATION VOUEE A L,ECHEC. CA NE VA PAS PASSER.

Sissi zayyat

Dans ce poulailler où il ne manque pas de coqs.
Chacun chante à l’heure qu’il veut.
Ils ont la merde jusqu’aux oreilles mais ils chantent quand même.
Im ( Bassil) veut prendre de l’avance sur tout le monde et n’attend même pas l’aube.
Quant aux autres coqs. Que quelqu’un m’explique pourquoi le représentant de HB de Amal et du courant machin sont là pour choisir le premier ministre puisqu’on a été très clair pas de politicien ni de représentant d'aucun courant ni même des connaissances lointaines des ces voleurs. Il faut le répéter pendant combien de mois pour que ça rentre.
Arrêtez de vous démenez ça va faire PCHIT tout comme vos anciens gouvernement.

Sissi zayyat

Non mais quel poulailler!
On croit cauchemarder. On se dit on va se réveiller. Ils vont se réveiller. Mais non ça va de catastrophe en mascarade.
Un mot à Monsieur SAFADi:
À peine votre nom prononcé que la foudre de dieu vous est tombé dessus. Imaginez quand ça sera officiel. Chose qui n’arrivera pas. Parce que vous allez refuser tout comme Monsieur Hariri l’a fait si le gouvernement est mixé. C’est un conseil gratuit et par ce simple fait vous serez consacré HERO de la nation. Puisque vous aurez, vous, comme tous les autres qu’ils vont nommés dans mêmes conditions entendu les cris du peuple.
C’est ça le patriotisme. Savoir dire non quand il faut.
Chose qui a manqué beaucoup de nos politiciens.

Wlek Sanferlou

Dans le temps, les systèmes radio et phonographes de la marque "La voix de son maitre" étaient bien populaires et appréciés jusqu'au jour où cette marque fût vendue et est devenu de la camelote sans valeur...
On dirait que certains politiciens sont pris au même jeux en changeant de maitre watani à maitre irani.

Honneur et Patrie

GEBRAN bassil est-il le ministre de Michel Aoun ou de l'Etat ?
Gebran Bassil est-il le ministre des Affaires étrangères du Liban, de la Syrie, de l'Iran ou de l'armée supplétive des Pasdaran ?
Gebran Bassil s'occupe de tout et de rien comme la mouche du coche. Qui lui a accordé toutes ses prérogatives qui ne concernent ni son ministère ni ses capacités ?

Le Point du Jour.

De quoi se mêle le gendre ?
Est-il le porte parole de la Présidence ?
Ou est-il devenu calif à la place du calif ?
A part ministre démissionnaire et gendre du Président qu’elle titre a-t-il ?
A méditer…

Bustros Mitri

Bassil se croit deja president !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants