crise

Au Liban, des stations-service en rupture de stock contraintes de fermer et de rationner le carburant

Réunion lundi des acteurs du secteur avec le ministre sortant des Finances, Ali Hassan Khalil.

Des barrières devant une station-service fermée à Beyrouth, le 9 novembre 2019. AFP / ANWAR AMRO

Plusieurs stations-service en rupture de stock ont dû fermer et d'autres ont commencé à rationner le carburant, a prévenu samedi le représentant des sociétés de distribution des carburants, Fady Abou Chakra, alors que les acteurs du secteur souffrent notamment de la limitation de la circulation du dollar.

"En ce moment, les stations-service ferment les unes après les autres en raison de la rupture des stocks", a affirmé M. Abou Chakra lors d'une intervention sur la chaîne locale LBCI, ajoutant que les propriétaires de stations ont du mal à avoir accès au dollar.

Par ailleurs, le représentant des sociétés de distribution des carburants a indiqué s'être entretenu avec le ministre sortant des Finances, Ali Hassan Khalil, annonçant que ce dernier recevra lundi les différents acteurs du secteur du carburant "afin de régler le problème le plus rapidement possible".

Vendredi, la ministre sortante de l’Énergie, Nada Boustani, avait réaffirmé son opposition à toute augmentation du prix de l'essence, deux jours après avoir refusé d’ajuster les prix du carburant pour tenir compte des coûts supplémentaires auxquels les distributeurs affirment devoir faire face suite à la hausse du cours du dollar dans les bureaux de change.

Jeudi, les propriétaires de stations-service, de camions-citernes et autres distributeurs intermédiaires avaient annoncé qu’ils allaient continuer de vendre le carburant déjà stocké au prix imposé par l’État, mais qu’ils allaient suspendre les nouvelles commandes jusqu’à ce qu’une réponse positive à leurs revendications soit apportée par les responsables concernés. Les représentants du secteur n’ont pas précisé la quantité des stocks disponibles. Selon une source proche du dossier, les sociétés importatrices de carburant ne seraient en effet pas alignées sur cette position et devraient continuer à alimenter les stations-service dépendant directement d’elles.

En soirée, ces sociétés ont publié un communiqué dans lequel elles "répondent aux rumeurs selon lesquelles les importateurs ont arrêté d'importer de l'essence et du diesel". Elles ont précisé avoir importé des quantités de ces matières "durant les derniers jours" et que "des navires déchargeront leur marchandise au profit de quatre compagnies aujourd'hui, demain et après-demain". Elles soulignent enfin que d'autres navires transportant des hydrocarbures devront arriver dans les prochains jours et que les importations se font en coordination avec les banques. 

Les distributeurs de carburant dénoncent depuis mercredi les modifications apportées à la circulaire n° 530 par le BDL pour assurer, sous certaines conditions, aux importateurs de carburant (essence, mazout et gaz), de farine et de médicaments, l’accès à des liquidités en dollars au taux officiel pour les nouvelles commandes. La livre est fixée au dollar depuis 1997, mais son cours fluctue sur le marché secondaire depuis que la BDL a décidé de limiter sa circulation à la fin de l’été pour des raisons liées à la précarité de la stabilité financière du pays.



Lire aussi

Les distributeurs libanais de carburant suspendent les nouvelles commandes

Pourquoi les distributeurs de carburant veulent ajuster les prix



Plusieurs stations-service en rupture de stock ont dû fermer et d'autres ont commencé à rationner le carburant, a prévenu samedi le représentant des sociétés de distribution des carburants, Fady Abou Chakra, alors que les acteurs du secteur souffrent notamment de la limitation de la circulation du dollar.

"En ce moment, les stations-service ferment les unes après les autres en...

commentaires (3)

On aimerait savoir dans quel délai , Madame Boustani, pourrait parer à la pénurie de carburants. Elle qui affirmé que l'état peut remplacer les importateurs en la matière. Est-elle sûre de ce qu'elle propose? Et quand arrive la première cargaison? Un peu de sérieux s'il vous plait.

Ô Liban

19 h 39, le 09 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • On aimerait savoir dans quel délai , Madame Boustani, pourrait parer à la pénurie de carburants. Elle qui affirmé que l'état peut remplacer les importateurs en la matière. Est-elle sûre de ce qu'elle propose? Et quand arrive la première cargaison? Un peu de sérieux s'il vous plait.

    Ô Liban

    19 h 39, le 09 novembre 2019

  • QUI BLOQUE LA FORMATION D,UN GOUVERNEMENT DE TECHNOCRATES INDEPENDANTS POUR SATISFAIRE LA REVENDICATION DE LA CONTESTATION ET DESAMORCER LA CRISE ? LA REPONSE VIENT TOUTE SEULE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 48, le 09 novembre 2019

  • Somalisation du pays. Au plus grand bonheur des " révolutionnaires " sans "leader" local . Ils attendront de recevoir de l'essence de l'étranger , comme leurs parapluies et sandwichs, peut-être.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 29, le 09 novembre 2019