Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Les hommages affluent après le décès de Michel Eddé

L'ancien ministre et président d'honneur de L'Orient-Le Jour est décédé dimanche à l'âge de 91 ans.

Michel Eddé, en 2012. Photo Michel Sayegh

Les hommages continuaient d'affluer lundi au lendemain du décès du président d'honneur de L'Orient-Le Jour, l'ancien ministre Michel Eddé, à l'âge de 91 ans.

"Avec le décès de Michel Eddé, le Liban a perdu une personnalité qui s'est distinguée par sa sagesse et sa culture politique qu'il a mises au service du Liban et de la cause palestinienne et qui a donné une plus-value à la bonne gouvernance pendant des décennies", a écrit le Premier ministre sortant Saad Hariri sur Twitter, présentant ses condoléances à la famille, aux amis, aux institutions et aux associations du défunt.

Le leader druze Walid Joumblatt a rendu hommage à Michel Eddé. "Il est l'un des plus grands intellectuels, hommes politiques, hommes d'Etat aux mains propres", a écrit M. Joumblatt sur son compte Twitter. Michel Eddé, poursuit le leader druze, "nous quitte à un moment délicat de l'histoire du Liban, dont la deuxième République se fissure et s'effondre". "Nous avons tellement besoin aujourd'hui de personnes comme lui pour dessiner une feuille de route qui puisse mettre un terme à l'incohérence, la stérilité, la cupidité et l'obsession complotiste de la classe dirigeante", a-t-il ajouté. 

L'ambassade de France au Liban a aussi rendu hommage à Michel Eddé. "Homme d’engagement et grand humaniste, Michel Eddé vient de nous quitter. Homme de dialogue et de concorde entre les communautés et les confessions, il a su établir des ponts avec tous ses compatriotes, cherchant à servir l’idéal qui était le sien, celui d’un Liban indépendant, fort de sa diversité, de son identité culturelle multiple et de son plurilinguisme. Ardent défenseur du vivre-ensemble, son combat résonne d’une manière particulière alors que le Liban connaît aujourd’hui un mouvement citoyen inédit", affirme l'ambassade dans un communiqué.




"Une grande figure maronite, nationale et arabe d'autrefois, dont l'humanité est caractérisée par sa spiritualité orientale et le message du Liban", a de son côté écrit sur son compte Twitter le député Neemat Frem, qui a présidé la Fondation maronite dans le monde, fondée par Michel Eddé, de 2016 à 2018. "C'était un homme unique et rare, exceptionnel par sa bonté et ses élans inhabituels, d'une culture approfondie, d'une humilité parfois gênante. Michel Eddé a transmis le flambeau qu'il a allumé. Il a été noble comme les plus grands et s'en est allé", a-t-il ajouté.

La veille, la Fondation maronite dans le monde avait rendu hommage à l'ancien ministre.

Fady Alamé, député du groupe parlementaire du mouvement Amal, a également réagi. "La nation perd une grande figure nationale, humaniste et culturelle ; une personnalité rare et avant-gardiste, un homme politique qui a traversé les frontières des communautés, animé par son humanisme, sa vision claire et sa croyance au Liban comme symbole de coexistence", a écrit le responsable, ajoutant que M. Eddé était un "résistant par sa pensée et ses écrits qui ont dévoilé les intentions d'Israël".


Le président du syndicat des rédacteurs, Joseph Kosseifi, a également rendu hommage à Michel Eddé. "Avec le départ de Michel Eddé, la page la plus brillante et la plus pure de l'histoire moderne du Liban s'est tournée", indique un communiqué publié dans la journée. 

La Société des membres de la Légion d’honneur, dont Michel Eddé était le président d'honneur, a, elle, salué "un grand homme national de la trempe des grands (...) qui a dédié sa vie au service du Liban".

Le député Jamil Sayed a également réagi au décès de Michel Eddé. "Il n'est pas simple de résumer cette figure nationale en quelques lignes. Ce n'est pas un Libanais ordinaire. Il avait le Liban dans sa chair. Le Liban était sa vie et son amour. Sa boussole ne l'a pas trompé quand il a dit qu'Israël était un ennemi existentiel pour le Liban", a écrit M. Sayed sur son compte Twitter. "Michel Eddé nous a quittés, laissant derrière lui un Etat en morceaux que se disputent des gens qui ne connaissent pas le sens de l'Etat", a-t-il conclu.

L'ancien Premier ministre Fouad Siniora, les anciens ministres Mohammad Safadi et Nicolas Tuéni, ainsi que les professeurs à temps plein de l'Université libanaise ont également rendu hommage à l'ancien ministre.

Dimanche, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, avait réagi au décès de M. Eddé sur son compte Twitter. "Au revoir Michel Eddé... Michel Eddé, son esprit humaniste, ses mains propres et son aide à ceux qui sont dans le besoin", a écrit le leader des FL.



Lire aussi

Jeddol’édito de Michel HELOU

La vie en personne, par Dominique EDDE

Michel Eddé : ses réalisations, ses passions, ses marottes


Les hommages continuaient d'affluer lundi au lendemain du décès du président d'honneur de L'Orient-Le Jour, l'ancien ministre Michel Eddé, à l'âge de 91 ans."Avec le décès de Michel Eddé, le Liban a perdu une personnalité qui s'est distinguée par sa sagesse et sa culture politique qu'il a mises au service du Liban et de la cause palestinienne et qui a donné une plus-value à la...

commentaires (1)

UN GRAND HOMME A DISPARU . UN PATRIOTE AUX MAINS PROPRES QUI S'EST CONSACRÉ AU SERVICE DU LIBAN. UNE ÉSPÈCE RARE EN CES TEMPS. UN GRAND COEUR ET UN CHARITABLE ET AUTHENTIQUE CHRÉTIEN. QU'IL REPOSE EN PAIX DANS LE ROYAUME DES JUSTES.

HUSNY JOSEPH

14 h 59, le 05 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • UN GRAND HOMME A DISPARU . UN PATRIOTE AUX MAINS PROPRES QUI S'EST CONSACRÉ AU SERVICE DU LIBAN. UNE ÉSPÈCE RARE EN CES TEMPS. UN GRAND COEUR ET UN CHARITABLE ET AUTHENTIQUE CHRÉTIEN. QU'IL REPOSE EN PAIX DANS LE ROYAUME DES JUSTES.

    HUSNY JOSEPH

    14 h 59, le 05 novembre 2019

Retour en haut