Rechercher
Rechercher

Liban - Protestations

« Il est temps que Michel Aoun aille se reposer... »

La plupart des manifestants, à Beyrouth, Zouk et Tripoli expriment leur déception après le discours tant attendu du chef de l’État.

Place Sassine, un écran géant a été installé par les manifestants, en dépit du mauvais temps, pour suivre le discours présidentiel. Photo Michel Sayegh

Dans le centre-ville de Beyrouth, place des Martyrs, les manifestants affichent, en ce jeudi, des mines déconfites. Le discours tant attendu du président Michel Aoun n’a pas répondu aux attentes des centaines de milliers de femmes, d’hommes et de jeunes qui protestent depuis le 17 octobre. Attroupés sur l’esplanade de la mosquée al-Amine, où le discours du chef de l’État était retransmis à 13h30 via des haut-parleurs, les protestataires reprennent leurs slogans sitôt le discours terminé. « Révolution », « Le peuple a faim à cause de vous », crient-ils à l’unisson. « Tout ce discours n’est que mensonges. Michel Aoun et ses alliés ne veulent simplement pas quitter le pouvoir », lance Sawsan, 56 ans, très remontée contre le chef de l’État. « Je suis là depuis huit jours et je ne partirai pas avant que le gouvernement ne démissionne », ajoute-t-elle.

Michel, 39 ans, qui soutient les manifestations depuis le départ, estime que le président est dans un état de « déni total » et qu’il tente de s’approprier le mouvement populaire. « À la fin des années 90, il y a eu des manifestations populaires à Cuba contre Fidel Castro. Ce dernier est alors descendu en tête des manifestations en disant : “Le peuple fait la révolution, je fais la révolution avec mon peuple.” » Une histoire qu’il considère comme une métaphore du déni total. « M. Aoun fait la même chose, il essaie de prétendre que c’est lui le père de la révolution alors que la révolution est contre lui et son gendre (le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil) », analyse Michel.


(Lire aussi : Un discours en deçà des attentes, le commentaire d'Elie FAYAD)


« Ce n’est pas le moment de discuter, affirme à L’Orient-Le Jour Malek Kibrit, du parti Sabaa, qui fait partie du collectif des associations de la société civile. M. Aoun nous demande de lui dire ce que nous voulons, mais on ne va pas discuter avec quelqu’un qui a perdu toute légitimité à nos yeux. Le gouvernement et le mandat Aoun sont tombés dimanche dernier, lorsque les gens ont manifesté de manière massive. Mais si le président nous fait des propositions, on écoutera », souligne l’activiste.

« En principe, quand quelqu’un perd, ce n’est pas lui qui pose les conditions. On lui a dit qu’on voulait qu’il s’en aille, ajoute-t-il. Il vaut mieux que Michel Aoun démissionne, qu’il aille se reposer chez lui, qu’il passe du temps en famille, qu’il passe le reste de ses jours dans le calme. On le remercie pour tout ce qu’il a donné ces dernières années, il est temps qu’il se repose maintenant », lance M. Kibrit.


(Lire aussi : Démission du gouvernement, élections anticipées : que dit la Constitution ?)


« Nous restons ici »
Non loin de la mosquée al-Amine, un groupe d’hommes commentent le discours du président, visiblement déçus. « Il a peur que le pays s’effondre ? Je pense que c’est déjà fait », lance un jeune. Ghada, la cinquantaine, a quant à elle les larmes aux yeux et la gorge serrée. « Ce n’est pas possible de se jeter des fleurs comme il l’a fait. Il aurait mieux fait de ne pas parler. On nous prend pour des idiots », s’indigne-t-elle. « Nous restons ici, nous ne partirons pas. Nous allons descendre ici tous les jours », affirme la manifestante.

Dans l’après-midi, le caractère pacifique des protestations a été perturbé par des échauffourées violentes entre des manifestants et des partisans du Hezbollah. Descendus à Riad el-Solh et place des Martyrs, plusieurs fidèles au parti chiite ont défendu le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, ce qui a tendu l’ambiance. Ces heurts ont nécessité une intervention des forces de sécurité qui ont tiré en l’air pour disperser les manifestants. De nombreuses personnes ont été blessées.


(Lire aussi : À Nabatiyé, la détermination des manifestants n’a pas baissé d’un iota)


Dans plusieurs régions du pays, les réactions sont tout autant violentes. À Zouk, les manifestants étaient déçus. « Il n’a rien dit d’important. C’est comme s’il n’avait pas parlé », déclare un jeune. « C’est seulement maintenant qu’il nous écoute ? C’est trop tard, nous ne bougerons pas », ajoute-t-il, commentant le souhait exprimé par le chef de l’État de rencontrer une délégation des manifestants. « Il ne s’adresse pas à nous, mais aux membres de son parti. Nous n’allons pas bouger, mais c’est assez déprimant, ce sentiment que personne ne nous écoute », renchérit une femme. « C’est un discours qui n’a aucun sens. Il insulte l’intelligence des Libanais. Il n’a rien fait depuis une semaine pour regagner la confiance du peuple », ajoute une autre manifestante.

À Tripoli, les protestataires massés sur la place al-Nour ont dénoncé le fait qu’il ne se soit même pas adressé directement au peuple libanais et que son discours ait été enregistré à l’avance. « Kellon yaani Kellon », « le peuple veut la chute du régime », ont-ils scandé en chœur.



Lire aussi
« Hela Hela Ho »Un peu plus de Médéa Azouri

Déculottage accéléré, le billet de Gaby NASR

Même les peuples ont besoin de rêver !

Aoun brise son silence... mais l’impasse persiste



Dans le centre-ville de Beyrouth, place des Martyrs, les manifestants affichent, en ce jeudi, des mines déconfites. Le discours tant attendu du président Michel Aoun n’a pas répondu aux attentes des centaines de milliers de femmes, d’hommes et de jeunes qui protestent depuis le 17 octobre. Attroupés sur l’esplanade de la mosquée al-Amine, où le discours du chef de l’État était...

commentaires (5)

Difficile et utopique , tu n'as pas vu la nouvelle génération ? Qu'ils commencent d'abord par ne plus jeter leurs poubelles sur les chaussées publiques et dans la nature, qu'il commencent à conduire de façon réfléchie , qu'ils commencent à ne pas souiller leurs plages , a faire la queue etc etc ... ils sont tous corruptibles , les plus petits autant que les plus grands , et on me parle de révolution ! Ce n'est pas un gouvernement qui changera ça . Soyons réalistes , personne n'aura la baguette magique

Chucri Abboud

13 h 42, le 25 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Difficile et utopique , tu n'as pas vu la nouvelle génération ? Qu'ils commencent d'abord par ne plus jeter leurs poubelles sur les chaussées publiques et dans la nature, qu'il commencent à conduire de façon réfléchie , qu'ils commencent à ne pas souiller leurs plages , a faire la queue etc etc ... ils sont tous corruptibles , les plus petits autant que les plus grands , et on me parle de révolution ! Ce n'est pas un gouvernement qui changera ça . Soyons réalistes , personne n'aura la baguette magique

    Chucri Abboud

    13 h 42, le 25 octobre 2019

  • suis sur que meme lui en est decu..... apres tout , qui mieux que lui sait que son entourage sont betes comme ses pieds !

    Gaby SIOUFI

    12 h 09, le 25 octobre 2019

  • dommage pour le general … il aurait pu faire de son mandat le meilleurs parmi tous les autres après la guerre mais le fait est qu'il ai deleguer ses prerogatives a d'autres et des procuration a des partis, l'a mis dans les problèmes

    Bery tus

    01 h 06, le 25 octobre 2019

  • UN CONSEIL TRES AMICAL DU PEUPLE LIBANAIS !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 45, le 25 octobre 2019

  • Il est temps que vous cessiez de publier des articles subversifs ! Vous allez mener le pays au précipice ! La presse devrait être un peu plus décente quand même !

    Chucri Abboud

    00 h 28, le 25 octobre 2019

Retour en haut