X

À La Une

Depuis 2013, la fragile autonomie des Kurdes de Syrie

repère

Les Kurdes, essentiellement sunnites avec des minorités non musulmanes et des formations politiques souvent laïques, représentent 15% de la population syrienne.



OLJ/AFP
09/10/2019

Les Kurdes de Syrie, dont une milice est ciblée mercredi par une opération militaire turque, ont instauré une autonomie fragile sur les territoires qu'ils contrôlent dans le nord du pays en guerre, et qui abritent d'importants champs pétroliers et représentent près de 30% du territoire syrien.

Après deux précédentes opérations, Ankara a lancé mercredi une offensive en Syrie contre la milice des Unités de protection du peuple (YPG), qu'elle considère comme un groupe "terroriste" mais qui est soutenue par les pays occidentaux.

- Discrimination -

Installés surtout dans le nord de la Syrie, les Kurdes, essentiellement sunnites avec des minorités non musulmanes et des formations politiques souvent laïques, représentent 15% de la population syrienne, selon les estimations. Ils ont souffert de décennies de marginalisation et d'oppression, et n'ont cessé de réclamer la reconnaissance de leurs droits culturels et politiques.

- Neutralité -

Dès le début du conflit déclenché en 2011 avec la répression sanglante par l'armée de manifestations prodémocratie pacifiques, le régime fait un geste envers les Kurdes. Le président Bachar el-Assad naturalise 300.000 Kurdes "apatrides" après un demi-siècle d'attente et de protestations. Ces Kurdes de Syrie s'étaient vus retirer leur nationalité après un recensement controversé en 1962.

Les Kurdes tentent ensuite de rester à l'écart du conflit. Ils adoptent une position "neutre" envers le pouvoir et la rébellion, essayant d'empêcher les rebelles de pénétrer dans leurs régions pour éviter des représailles du régime. A la mi-2012, les forces gouvernementales quittent des positions dans le nord et l'est du pays, prises par les Kurdes. Ce retrait est perçu comme destiné essentiellement à encourager les Kurdes à ne pas s'allier aux rebelles.


(Lire aussi : Opération turque en Syrie : quels enjeux politiques et sécuritaires ?)


- "Région fédérale" -

En 2013, le Parti de l'Union démocratique kurde (PYD, principal parti kurde syrien) proclame une semi-autonomie.

En 2016 est annoncée la création d'une "région fédérale" composée de trois cantons: Afrine (nord-ouest) dans la province d'Alep, Euphrate (nord) sur une partie des provinces d'Alep et de Raqqa et Jaziré (nord-est) qui correspond à la province de Hassaké. Cette initiative s'apparente à une autonomie de facto, qui reste fragile. Les Kurdes vont alors s'attirer l'inimitié des forces de l'opposition, en plus de l'hostilité de la Turquie voisine. Ils se dotent d'un "contrat social", sorte de Constitution. En 2017, les habitants des régions kurdes élisent leurs conseils municipaux.

- Antijihadistes -

L'aile armée du PYD, les Unités de protection du peuple (YPG) a été dès 2014 l'une des principales forces combattant le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Début 2015, les forces kurdes, soutenues par les frappes de la coalition conduite par les Etats-Unis, chassent l'EI de Kobané, à la frontière turque, après plus de quatre mois de violents combats. En octobre 2015, les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de 25.000 Kurdes et 5.000 Arabes, tous Syriens, sont créées. Dominées par les YPG, les FDS vont recevoir une aide conséquente des Etats-Unis, en armement et en formations mais aussi en soutien aérien.

En octobre 2017, les FDS chassent l'EI de son fief de Raqqa. En mars 2019, elles s'emparent de son ultime bastion syrien, Baghouz.


(Lire aussi : "L'abandon des Kurdes sera une tache sur l'honneur de l'Amérique")


- Opérations turques -

Début 2018, la Turquie lance une offensive terrestre et aérienne contre les YPG dans la région d'Afrine. Elle considère ces milices comme la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une rébellion dans le sud-est de la Turquie depuis plus de 30 ans.

L'offensive intervient après l'annonce par la coalition antijihadistes de la création d'une "force frontalière" composée notamment de combattants kurdes, projet qui a suscité la colère d'Ankara. Déjà, en août 2016, la Turquie avait mené une offensive dans le nord de la Syrie, officiellement pour repousser à la fois les milices kurdes et l'EI.

- Lâchés par Trump -

Fin 2018, Donald Trump annonce le retrait des militaires américains de Syrie. Les Kurdes préviennent qu'ils ne pourront mener à bien leur lutte contre l'EI s'ils doivent combattre la Turquie, qui a menacé à plusieurs reprises de lancer une offensive contre les milices YPG.

Mais le 6 octobre 2019, Washington annonce que les troupes américaines vont se retirer des abords de la frontière turque car la Turquie va "bientôt" mettre en œuvre une "opération prévue de longue date" dans le nord du pays. Le lendemain, Donald Trump réoriente son discours, assurant ne pas avoir "abandonné" les Kurdes et menaçant d'anéantir l'économie de la Turquie si celle-ci "dépassait les bornes".



Lire aussi

La doctrine du jetable, l'éditorial de Issa GORAIEB

En Syrie, les Kurdes décrètent une "mobilisation générale" face à la Turquie

La Turquie lance son offensive en Syrie contre la milice kurde des YPG

L'offensive turque en Syrie suscite une vague de condamnations à travers le monde

"Zone de sécurité" en Syrie : un objectif réaliste ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

HABIBI FRANCAIS

La marionnette Bashar est contente....Erdogan fait le sale boulot pour lui ....apres les russes et iraniens....toute la Syrie sera nettoyee....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE SUR LA CONSCIENCE ETC... MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,HONNEUR ET LA CONFIANCE EN L,AMERIQUE... DANS LA BOUE !

Amère Ri(s)que et péril.

Peuple pris entre 2 feux, les kurdes ont été avertis par l'état syrien du héros bashar, ils ne l'ont pas écouté.

Mais même s'ils l'avaient écouté les yankys de toutes les façons les auraient fait massacrer par leurs mercenaires wahabites.

Mais au moins ils auraient sauvé leur dignité et Poutine ne les aurait pas vendu.

Vous avez joué, vous avez perdu.
Revoyez votre copie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE NOUVEAU GENOCIDE CONTRE LES KURDES PAR L,APPRENTI MINI SULTAN ERDO L,OTTOMAN VIENT DE COMMENCER SOUS LES YEUX DU MONDE QUI PROTESTE SANS REAGIR.
UNE CHARGE SUR LE CONSCIENCE AVANT TOUT DE L,AMERIQUE MAIS AUSSI DU MONDE DANS SA TOTALITE.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants