Social

La société civile sera-t-elle de nouveau dans la rue dimanche ?

Le CPL dément avoir appelé à une contre-manifestation.


Dimanche dernier, des centaines de manifestants avaient investi le centre-ville. Photo Hassan Assal

Le Liban sera-t-il, ce dimanche, le théâtre de manifestations similaires à celles de dimanche dernier quand des centaines de Libanais s’étaient rassemblés, dans le centre de Beyrouth et dans d’autres villes du pays, pour crier leur ras-le-bol et dénoncer une situation économique de plus en plus difficile, sur fond de craintes concernant la stabilité de la livre libanaise ?

Hier, les informations n’étaient pas concluantes. Certains militants, pour la plupart indépendants, ont, de fait, appelé à des rassemblements sur les réseaux sociaux. Il semble qu’il y aura donc un mouvement de rue. Mais la réponse à ces appels à la mobilisation reste incertaine, surtout que le mouvement semble ne pas avoir d’organisation centrale. Dimanche dernier, ces centaines de Libanais s’étaient, dans un premier temps, rassemblés de manière pacifique. Mais dans l’après-midi, des groupes de jeunes avaient provoqué des incidents avec les forces de l’ordre. Sur l’ensemble du territoire, de nombreuses routes avaient été coupées.

Interrogé par L’Orient-Le Jour sur d’éventuelles manifestations ce dimanche, Jad Dagher, secrétaire général du parti Sabaa, qui avait participé aux manifestations du week-end dernier, affirme « être toujours en pourparlers concernant ce dimanche ». « Nous étudions les différentes options », ajoute-t-il. M. Dagher estime qu’« il n’y a pas, cette semaine, le même niveau de mobilisation que la semaine dernière, peut-être en raison des mesures prises par la Banque du Liban pour remédier aux craintes concernant la stabilité monétaire, ou en raison de rumeurs sur des contre-manifestations de partis au pouvoir ». « Mais nous pensons que le niveau de mobilisation ne devrait pas faiblir, car quelles que soient les mesures prises par les autorités, le fond du problème reste le même, souligne-t-il. En tant que parti, nous avons prévu des mesures d’escalade, mais nous discutons toujours de la possibilité de notre participation ce dimanche. »

Selon lui, les bruits qui courent sur une potentielle contre-manifestation organisée le même jour par le Courant patriotique libre pourrait avoir une influence sur la mobilisation, ce dimanche. Le fondateur de ce parti, le président de la République Michel Aoun, avait déclaré en début de semaine dans une interview accordée au journal al-Joumhouriya, qu’il pourrait envisager d’appeler ses partisans à manifester face à ceux qui tentent de nuire à l’image de son mandat.

Face aux rumeurs de contre-manifestation, une source du CPL assure toutefois à L’OLJ qu’« aucune manifestation du parti n’est prévue ce dimanche », affirmant que « les rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux n’ont aucun fondement ». « Le seul mouvement auquel nous avons appelé est la grande manifestation prévue le 13 octobre, selon cette source. La mobilisation sera très forte ce jour-là, pour célébrer une date hautement symbolique, notamment pour le fondateur du CPL. »

Le 13 octobre 1990, l’armée syrienne avait pris d’assaut le palais présidentiel et obligé Michel Aoun, alors Premier ministre, à entamer un exil en France qui durera 15 ans. Il semble donc que cette journée du 13 octobre 2019 sera une occasion de montrer l’ampleur du soutien populaire au régime du président Aoun et qu’elle sera organisée différemment des années précédentes, compte tenu des circonstances et alors que le président de la République arrive à mi-mandat.




Lire aussi 

La stratégie du rien, le billet de Gaby NASR

Les « mesures drastiques » au centre des discussions sur le budget 2020

Pour Salamé, la récente hausse du prix du dollar pourrait être liée à une augmentation des importations

Liberté de la presse, offenses au président et sécurité soulevées en Conseil des ministres

Importations de blé, de carburant et de médicaments : mode d’emploi du mécanisme de la BDL

Importations de blé : les minotiers critiques vis-à-vis de la circulaire de la BDL

Moody’s adresse un ultimatum aux dirigeants libanais

Manifestations : Baabda dénonce une campagne orchestrée


Le Liban sera-t-il, ce dimanche, le théâtre de manifestations similaires à celles de dimanche dernier quand des centaines de Libanais s’étaient rassemblés, dans le centre de Beyrouth et dans d’autres villes du pays, pour crier leur ras-le-bol et dénoncer une situation économique de plus en plus difficile, sur fond de craintes concernant la stabilité de la livre libanaise ?...

commentaires (0)

Commentaires (0)