Diplomatie

À New York, Bassil s’efforce de promouvoir la distanciation

Le Hezbollah juge ce positionnement « normal » de la part d’un ministre des Affaires étrangères.

Gebran Bassil s’exprimant lors de la rencontre au club de l’université de Harvard. Photo ANI

À l’heure où l’administration Trump semble plus que jamais déterminée à resserrer l’étau sur l’Iran en lui infligeant des sanctions sévères qui n’épargneraient pas ses satellites locaux et régionaux, le Liban déploie des efforts pour affirmer son attachement à la politique de distanciation par rapport aux conflits des axes, à laquelle le gouvernement reste attaché.

C’est sous cet angle qu’il convient d’analyser les propos tenus par le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil aux États-Unis. En dépit de sa qualité de chef du Courant patriotique libre – allié de longue date du Hezbollah –, le chef de la diplomatie n’a pas manqué de faire savoir que le gouvernement libanais n’approuve pas les récents propos du secrétaire général du parti chiite Hassan Nasrallah, qui dans son discours à l’occasion de la commémoration de la Achoura avait affirmé en substance que sa formation ne restera pas les bras croisés si l’Iran était attaqué.

Dans une interview accordée lundi soir à la LBCI, Gebran Bassil avait déclaré sans détour : « En tant que gouvernement, nous ne sommes pas d’accord avec les propos de Nasrallah sur l’Iran. Nous sommes clairs à ce sujet et il le sait. » Et le ministre des AE de renchérir : « Nous ne voulons pas que le Liban soit aligné sur un axe quelconque, iranien ou autre. Au ministère des Affaires étrangères, nous appliquons la politique de distanciation ». Il devait rebondir en affirmant dans une autre déclaration à la presse : « Je ne peux pas condamner l’attaque perpétrée contre (le géant pétrolier saoudien) Aramco (et dont l’Iran est tenu pour responsable), sans stigmatiser les bombardements (saoudiens) contre des hôpitaux au Yémen », a-t-il dit.

Lors d’une conversation à bâtons rompus avec les journalistes accompagnant le président de la République Michel Aoun à New York, M. Bassil a pris soin de préciser que cette position « reflète concrètement la politique de distanciation que le Liban respecte ». « Je me suis inspiré de Donald Trump, qui dans son discours à l’Assemblée générale de l’ONU a exhorté les États à agir conformément aux intérêts de leurs peuples », a-t-il indiqué.

Cette position, M. Bassil l’avait développée dans un entretien accordé un peu plus tôt à la chaîne britannique BBC. « Nous avons une politique de distanciation indépendante qui garantit nos intérêts », a-t-il lancé, affirmant que le Liban n’est pas d’accord avec les accusations de « terrorisme » lancées par Washington contre le Hezbollah. « C’est un parti présent au gouvernement, doté de quatorze députés, et qui représente une bonne part de la population libanaise. Nous ne pouvons donc accepter qu’il soit considéré comme terroriste », a-t-il expliqué tout en insistant, en revanche, sur « les bons rapports entre le Liban et Washington ». Et de préciser que les États-Unis fournissent des aides à l’armée libanaise, en dépit de ce désaccord au sujet des sanctions.


(Lire aussi : « Les sanctions US frapperont aussi les alliés du Hezbollah »)


Rassurer le Hezbollah

À travers ce genre de propos, M. Bassil, qui avait été dans le passé critiqué pour avoir exprimé à certaines occasions des points de vue qui ne reflétaient pas ceux du gouvernement, s’est réapproprié son rôle de ministre des Affaires étrangères. Il n’en reste pas moins qu’il a tenu à rassurer son grand allié traditionnel, en reprenant à son compte la position du chef de l’État concernant le droit du Liban à l’autodéfense face à l’État hébreu.

Gebran Bassil a donc reconnu, quoique implicitement, le droit du Hezbollah à défendre le Liban face aux agressions israéliennes. « Nous respectons notre droit à nous défendre face aux attaques israéliennes », a-t-il souligné lors d’une rencontre organisée au club de l’université de Harvard à New York, appelant à « convaincre Tel-Aviv de mettre un terme à ses agressions contre le Liban ».

Quoi qu’il en soit et bien au-delà de cette position traditionnelle du chef du CPL, ce sont surtout ses propos sur la distanciation qui sont notables. Et pour cause : il s’agit de la toute première réaction officielle au discours de Hassan Nasrallah à l’occasion de la Achoura. Réuni à deux reprises depuis le 10 septembre, le Conseil des ministres avait complètement occulté la question, préférant accorder la priorité à l’économie, conformément à la volonté du Premier ministre Saad Hariri.

C’est d’ailleurs sous ce même angle que les milieux de la Maison du Centre abordent les déclarations du chef de la diplomatie à New York. Joint par L’Orient-Le Jour, un proche de Saad Hariri se félicite du discours du ministre et affirme que le gouvernement « n’approuve pas, effectivement, les propos de Hassan Nasrallah, mais que, pour le moment, la priorité est bien évidemment d’ordre économique », précise-t-il.

Dans les milieux du Premier ministre, certains avis sont néanmoins plus nuancés. Ainsi, Moustapha Allouche, membre du bureau politique du Futur, estime que « les propos de M. Bassil ne sont qu’un discours de circonstance dicté par sa présence à New York, à l’heure où l’administration Trump entend infliger des sanctions aux alliés du Hezbollah ». « S’il était sérieux, le ministre des Affaires étrangères aurait dû tenir ce même discours en Conseil des ministres devant les représentants du Hezbollah », ajoute l’ancien député de Tripoli.

Quant au parti chiite, il reste rassuré du maintien de l’alliance solide avec le ministre des Affaires étrangères et son parti et minimise la dimension politique de ses prises de position à New York. Citées par l’agence locale al-Markaziya, des sources proches du Hezbollah assurent que « les déclarations de Gebran Bassil, notamment en ce qui concerne la distanciation, ne sont pas de nature à perturber les rapports entre les deux formations ». « Ce genre de déclaration est normal et s’inscrit dans le cadre de son rôle de ministre des Affaires étrangères », ajoute-t-on dans les mêmes milieux.



Lire aussi

Mutisme officiel face à Nasrallah : le compromis d’abord

Nasrallah : En cas de guerre avec l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats seront détruits

Geagea : Il est inconcevable que la décision de guerre et de paix soit entre les mains d'un parti

Pour mémoire

Distanciation et dossiers économiques au menu de la réunion Hariri-Macron vendredi


À l’heure où l’administration Trump semble plus que jamais déterminée à resserrer l’étau sur l’Iran en lui infligeant des sanctions sévères qui n’épargneraient pas ses satellites locaux et régionaux, le Liban déploie des efforts pour affirmer son attachement à la politique de distanciation par rapport aux conflits des axes, à laquelle le gouvernement reste attaché....

commentaires (10)

Une déclaration caméléonienne loin du Liban débitée selon ceux à qui elle est destinée... Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà... Il est préférable qu'il change de métier, le Liban éternel de 1920 doit être loin de ce climat conflictuel et de guerre permanents.

Honneur et Patrie

16 h 11, le 25 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Une déclaration caméléonienne loin du Liban débitée selon ceux à qui elle est destinée... Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà... Il est préférable qu'il change de métier, le Liban éternel de 1920 doit être loin de ce climat conflictuel et de guerre permanents.

    Honneur et Patrie

    16 h 11, le 25 septembre 2019

  • A un certain stade, la maladie de prétention et d'ignorance devient incurable, et son virus se transmet partout...malheureusement ! Pauvre Liban ! Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 11, le 25 septembre 2019

  • En tant que gouvernement, nous ne sommes pas d’accord avec les propos de Nasrallah sur l’Iran. Nous sommes clairs à ce sujet et il le sait. » PEUT ETRE IL AURAIT FALLU LE DIRE IMMEDIATEMENT EN CONSEIL DE MINISTRES ET PAS A NEW YORK ET EN FAIRE UN COMMUNIQUE OFFICIEL Je ne peux pas condamner l’attaque perpétrée contre (le géant pétrolier saoudien) Aramco (et dont l’Iran est tenu pour responsable), sans stigmatiser les bombardements (saoudiens) contre des hôpitaux au Yémen », a-t-il dit. STIGMATISEZ CE QUE VOUS VOULEZ MAIS VOUS N'AVEZ PAS LE DROIT DE DIRE QUE VOUS NE COMDANNEZ PAS L'AGRESSION IRANIENNE SUR L' ARAMCO. QUEL RAPPORT Y A T IL ENTRE LE YEMEN ET L'IRAN? VOUS VENEZ DE DIRE EXPLICITEMENT QUE C'EST L'IRAN QUI A DECLANCHE L'INSURRECTION AU YEMEN ( un gosse le sait deja ) DANS LE MEME SENS VOUS DIREZ QUE SI CERTAINS PAYS ATTAQUE L'IRAN EN REPRISAILLES, VOUS NE POURREZ PAS CONDAMNER HB S'IL ATTAQUE ISRAEL ( excusez moi, ca n'a pas de sens ) MONSIEUR LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES POUVEZ VOUS UNIQUEMENT VOUS ABSTENIR DE PARLER AUSSI (……..) ET NE PAS PARAITRE UN ENFANT DEVANT UN PUBLIC INTERNATIONAL OU SONT DONC NOE EMINENTS MINISTRES DES AFFAIRES ETRANGERES DU TEMPS DE LA SPENDEUR DU LIBAN QUE NOUS AIMONS?

    LA VERITE

    13 h 40, le 25 septembre 2019

  • Il faudra qu'à son retour il passe voir l'ayatollah qui insiste que le hezb au Liban c'est l'Iran. En termes de distanciation cest plutôt proche comme distance

    Wlek Sanferlou

    13 h 21, le 25 septembre 2019

  • De là à la proclamation de notre NEUTRALITÉ POSITIVE, il n'y a qu'un pas , bravo , mille fois bravo !

    Chucri Abboud

    12 h 56, le 25 septembre 2019

  • HAHAHA... QUELLE RIGOLADE... LA DISTANCIATION !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 32, le 25 septembre 2019

  • Il a bien raison. La majorité des libanais est contre le Hezbollah au liban, mais étant donné qu’ils sont devenu trop puissant, c’est une solutiom régionale qu’il faut vu que le hezb ne rendra jamais ses armes de son plein gré. Faudra attendre que les sanctions fassent effet.

    Thawra-LB

    12 h 29, le 25 septembre 2019

  • VOUS VOUS RENDEZ COMPTE COMBIEN NOTRE MAE EST IMPORTANT ! UN PETIT PAYS COMME LE NÔTRE QU'ON REGARDAIT PAS DESSOUS LA JAMBE , QUI EST ECOUTE ET CONSIDERE ! MAIS JE ME DEMANDE POURQUOI CELA , SUBITEMENT . DINAMONIAQUE ET MISSILES OBLIGE !

    FRIK-A-FRAK

    12 h 23, le 25 septembre 2019

  • ET QUI SONT LES IMBECILES QUI VONT LA GOBER ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 07, le 25 septembre 2019

  • "le droit du Liban à l’autodéfense", ne signifie pas le droit de chaque libanais, sinon il n'existe plus, ni armée, ni police, ni justice, et par conséquent, ni Etat.

    Yves Prevost

    08 h 09, le 25 septembre 2019