Liban

Distanciation et dossiers économiques au menu de la réunion Hariri-Macron vendredi

Éclairage
19/09/2019

Depuis que la page de la crise politique née des incidents meurtriers de Qabr Chmoun, fin juin dernier, entre les partisans du leader druze Walid Joumblatt et de son rival Talal Arslane a été tournée, et que l’agence de notation financière américaine Fitch a dégradé la note souveraine du Liban, le chef du gouvernement Saad Hariri multiplie les sessions de travail avec les parties politiques et administratives concernées pour plancher sur les dossiers s’inscrivant au cœur du programme de réformes sur lequel il s’était engagé durant la Conférence de Paris dite CEDRE, en avril 2018. Toutes ces réunions servent à préparer celle que le Premier ministre aura vendredi à 10h au palais de l’Élysée avec le président français, Emmanuel Macron, parrain de la conférence, laquelle avait débouché sur des promesses d’aides internationales de près de 11 milliards de dollars à Beyrouth, et des deux autres conférences internationales de 2018 sur le Liban : celle de Rome, axée sur le soutien à l’armée, et celle de Bruxelles, consacrée au dossier des réfugiés. C’est donc avec un dossier bien chargé, exposant notamment les réformes envisagées pour assainir les finances publiques et réduire principalement le déficit d’EDL, que Saad Hariri s’envolera pour Paris, où il avait été invité par Emmanuel Macron.

Mais les discussions de l’Élysée ne porteront pas que sur les questions économiques et les efforts réalisés par le Liban pour lancer un chantier de réformes indispensable au déblocage des fonds internationaux en sa faveur. Les sujets politiques s’inviteront de facto, après le regain de tension à la frontière sud entre le Hezbollah et Israël, et plus particulièrement après le dernier discours du chef du parti chiite Hassan Nasrallah qui, à l’occasion de la commémoration de la Achoura, avait sans ambages fait part de son allégeance à Téhéran et averti qu’il ne garderait pas les bras croisés si jamais l’Iran, dont la crise avec les États-Unis ne cesse de s’envenimer, était attaqué. Considérés comme une violation de la politique de distanciation à laquelle le gouvernement libanais s’était solennellement engagé lors de la Conférence de Paris, ces propos n’ont suscité aucune réaction de la part des autorités libanaises. Seules les personnalités et les partis souverainistes ont dénoncé une atteinte flagrante à la distanciation et mis en garde contre toute tentative de plonger le Liban dans le brasier régional.


(Pour mémoire : La stabilité du Liban reste prioritaire, l'éclairage de Philippe Abi-Akl)


De sources diplomatiques occidentales, on révèle que le silence officiel libanais, qui a été accueilli avec étonnement dans les capitales directement concernées par les aides économiques au Liban, a suscité nombre d’interrogations, notamment sur la capacité de Beyrouth à honorer ses engagements, au moment où le Hezbollah continue de s’imposer comme seul maître à bord, en ce qui concerne notamment des décisions de guerre et de paix.

Pour Paris en particulier, qui avait initié le mouvement de soutien international en faveur du Liban après l’épisode de la démission forcée de Saad Hariri depuis Riyad en novembre 2017, ce développement met à mal l’engagement pris par Emmanuel Macron auprès des bailleurs de fonds internationaux en faveur du Liban. Paris considère aujourd’hui que sa crédibilité est en jeu, et ce sont toutes ces questions qui devraient être abordées vendredi à l’Élysée. Selon ces mêmes sources, certaines capitales ont déjà fait savoir qu’elles pourraient revoir leurs options par rapport au Liban en estimant qu’il sera impossible de venir en aide à ce pays tant que le Hezbollah continue d’y tenir, en pratique, les rênes de la vie politique. Dans les milieux souverainistes, on s’interroge d’ores et déjà sur ce que sera la réponse du Premier ministre aux questions qui pourraient lui être posées sur la politique de distanciation et le rôle du Hezbollah à ce niveau.


Lire aussi

Le gouvernement poursuit l'examen de l'avant-projet de budget 2020

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HARIRI ET MACRON DISCUTERONT SERIEUSEMENT L,AIDE DE LA CEDRE AU LIBAN ET LE MAINTIENT DE LA SECURITE REGIONALE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE DE DIVAGATIONS AU MENU !

BOSS QUI BOSSE

Si on doit se baser sur ce que macron ( une variante d'une politique lobbyiste allégée ) dit, évidemment que les crédules de "l'impressionné et de l'ébahi" y trouvent leur compte . Sinon à quoi servirait les milliards dépensés en propagande pour atteindre les cervelles impressionnées, prêtes à gober autre chose que des huîtres, mais des couleuvres .

On fait feu de tout bois , pour empêcher une résistance de se faire respecter par sa dignité et son courage .

Faisons la courte , pour pas larguer les neurones atteintes à moitié, Zarif vient de déclarer qu'en cas d'attaques sur L'IRAN NPR , un conflit généralisé et total verra le jour.

Il semble être prêt pour une chose au moins , QUE CELUI QUI LEMPORTERA MILITAIRMENT PRENNE TOUT ET CELUI QUI CONNAÎTRA LA DÉFAITE PERDE TOUT .

Est ce que les poltrons usurpateurs sont prêts pour le match ?
Je pense que non .

Et qu'en pensent le reste du Liban non chiites, Afrique de l'Ouest non comprise, évidemment et heureusement .

Thawra-LB

bah oui evidemment. LE fric il est des capitales occidentales, pas en Iran. Tant que le Hzbollah nous cassea les oreilles avec des medicaments iraniens de 4eme classe, les occidentaux ne sont pas content.

Les Iraniens essayent de trouver de nouvelles deboucher pour leurs produits mais il n y a pas acheteur au liban.

Quand au Hezbollah, un jour il rendra ses armes, de gré ou de force, it's a waiting game. slow and steady wins the race. Pour leurs pies sur le terrain qui ne cessent de jacasser que le Hezbollah est le salut du Liban. je leurs suggere de faire un tour dans les regions non-chiites libanaise pour voir quelle image ils ont. L'afrique de l'ouest ne compte pas

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le sort des consultations parlementaires tributaire de Hariri... et de la rue

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants