Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

A New York, Aoun remercie Macron pour le soutien de la France au Liban

Réformes économiques et réfugiés syriens au menu des discussions entre les deux chefs d’État.

Le président libanais Michel Aoun serrant la main à son homologue français Emmanuel Macron, le 23 septembre 2019 à New York. Photo Dalati et Nohra

Le président libanais Michel Aoun s'est entretenu mardi à New York avec son homologue français Emmanuel Macron, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU devant laquelle le chef de l’État devra prononcer un discours mercredi.

Selon notre correspondante Hoda Chedid, M. Macron a réaffirmé le soutien de la France au Liban, ajoutant qu'il se rendra au pays du Cèdre dans le courant de 2020, à l'occasion du centenaire de la proclamation du Grand-Liban. De son côté, Michel Aoun a remercié son interlocuteur pour ce soutien, insistant sur l'importance de renforcer la coordination et la coopération entre les deux pays pour accélérer le relèvement de l'économie libanaise.

Selon des sources de la délégation libanaise à New York, citées par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), les discussions se sont concentrées sur la nécessité de mettre en œuvre les recommandations de la conférence de Paris d'avril 2018. Dans ce contexte, le président français a discuté avec son homologue libanais de son récent entretien avec le Premier ministre, Saad Hariri, au cours duquel ont été évoquées les réformes structurelles que le Liban devra mettre en place dans les mois qui viennent. Sur ce plan, Michel Aoun a insisté sur l'importance de ces réformes, rappelant que leur adoption est l'une des priorités de son mandat.

Toujours selon ces sources, les présidents Aoun et Macron ont évoqué le dossier des réfugiés syriens installés au Liban et les obstacles empêchant leur retour dans leur pays. Après avoir listé les conséquences négatives de leur présence, le chef de l’État libanais a rappelé qu'environ 360.000 ressortissants syriens étaient revenus volontairement dans leur pays mais que ce nombre était trop limité pour régler la crise, ajoutant qu'aucune enquête internationale n'a démontré qu'ils avaient été victimes de quelque forme que ce soit d'incident de sécurité à leur retour. Sur ce plan, M. Macron a déclaré qu'il comprenait la position du Liban et les conséquences sur l'économie du pays, exprimant l'espoir que la création d'un Comité constitutionnel constituera une avancée pour la crise politique en Syrie. Le président français a également estimé que les raisons du non-retour des réfugiés syriens ne sont peut-être pas qu'économiques, mais aussi politiques et sécuritaires.

Les présidents Aoun et Macron ont par ailleurs évoqué les festivités prévues pour le centenaire de la proclamation du Grand-Liban. Sur ce plan, les deux hommes se sont accordés sur la nécessité que les armées libanaise et française soient associées à ces festivités.
En outre, Emmanuel Macron a salué l'approbation par les Nations unies la semaine dernière du projet d'"Académie de l'homme pour le dialogue", porté par le Liban.


Ont assisté à cette réunion, côté libanais, le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, le ministre d’État pour les Affaires présidentielles Salim Jreissati, la représentante permanente du Liban aux Nations Unies Amal Moudallali, l'ambassadeur du Liban aux États-Unis Gaby Issa, ainsi que la conseillère du chef de l’État, Mireille Aoun-Hachem.
Côté français, Emmanuel Macron était accompagné du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, du chef d'état-major particulier du président français l'amiral Bernard Rogel, de la conseillère du président Macron pour l'Asie et les réfugiés Alice Rufo, et du directeur de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient au Quai d'Orsay Christophe Farnaud.


Photo Dalati et Nohra


Les deux présidents s’étaient rencontrés pour la dernière fois dans la capitale arménienne Erevan, le 13 octobre 2018, pour un entretien d’une vingtaine de minutes en marge du sommet de la francophonie qui avait eu lieu dans ce pays.


Avant son entretien avec Emmanuel Macron, Michel Aoun s'était exprimé devant une délégation du Conseil libano-américain pour la démocratie (LACD). "Nous allons prendre des mesures réformatrices qui ne viseront que ceux qui profitent de l'argent public pour leur intérêt personnel", a-t-il déclaré, ajoutant que "les institutions publiques doivent être contrôlées par l'Inspection centrale et la Cour des comptes". "Il y a un problème de gestion, du gaspillage et du vol d'argent public. Ces problèmes se résolvent grâce à des mesures et des lois réformatrices, la lutte contre la corruption et l'adoption du budget de l’État", a-t-il souligné.



Lire aussi

Aoun à New York : La situation économique au Liban est "délicate"

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Aoun à l’ONU où il prononcera son discours mercredi

De Paris, Hariri affirme "l'attachement du Liban" à la 1701




Le président libanais Michel Aoun s'est entretenu mardi à New York avec son homologue français Emmanuel Macron, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU devant laquelle le chef de l’État devra prononcer un discours mercredi.Selon notre correspondante Hoda Chedid, M. Macron a réaffirmé le soutien de la France au Liban, ajoutant qu'il se rendra au pays du Cèdre dans le courant de...

commentaires (5)

Le Grand Liban De Gaulle quelle différence avec le présent , les Ayatollahs , le Hezbollah et le reste.

Eleni Caridopoulou

19 h 32, le 24 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Le Grand Liban De Gaulle quelle différence avec le présent , les Ayatollahs , le Hezbollah et le reste.

    Eleni Caridopoulou

    19 h 32, le 24 septembre 2019

  • "...Les présidents Aoun et Macron ont par ailleurs évoqué les festivités prévues por le centenaire de la proclamation du Grand-Liban..." Nous, ici-bas, en attendant, nous nous régalons des festivités du méga-groupe en voyage à New York, en admirant les nombreux selfies et autres photos qui innondent les réseaux sociaux ! Et nous sommes très fiers de ce morceau du Grand-Liban ainsi que de ses nombreux "responsables" qui ont fait l'impossible pour qu'il brille aux yeux du monde à tous points de vue: politique économique écologique social sécuritaire Y'en a point comme eux nulle-part ailleurs !!! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 41, le 24 septembre 2019

  • TREVE DE PAROLES ! PASSONS AUX ACTES MONSIEUR LE PRESIDENT. PAS SEULEMENT AUX PROBLEMES ECONOMIQUES ET FINANCIERS MAIS AUSSI AUX INEPTIES PROFEREES PAR LA MILICE ET L,IRAN QUI CONSIDERENT NOTRE PAYS PARTIE DE LA PERSE.

    CENSURE CRIMINELLE. NI ABONNEMENT NI SOUTIEN.

    12 h 54, le 24 septembre 2019

  • Voici deux présidents sur qui on peut compter. Monsieur le président Macron a toujours un clin d'oeil amical pour le Liban et Monsieur le président Aoun a vécu en France et sait qu'on peu toujours compter sur l'amitié de notre (Im Hanoune) comme on a toujours dit.

    SABBAGH IMAD

    11 h 39, le 24 septembre 2019

  • Mon cher Phare Aoun , ne vous extasiez pas trop sur le procédé lite des mêmes recettes pour mieux vous "manger mon enfant" . I know you'r not fool .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 27, le 24 septembre 2019

Retour en haut