Repère

Ces sportifs libanais qui ont refusé d'affronter des Israéliens depuis le début de l'année 2019

Le forfait du lutteur libanais Domenic Abounader avant son combat contre un adversaire israélien est le dernier exemple en date.

Le lutteur libanais Domenic Abounader et le judoka libanais Nacif Elias. Photos Wikipedia

La politique de non-reconnaissance par le Liban de l'Etat d'Israël s'applique également sur le terrain du sport. Le forfait d'un lutteur libanais, sur décision de la fédération libanaise de lutte, avant son combat contre un adversaire israélien lors des championnats du monde de lutte libre qui se sont achevés dimanche à Nur Sultan, au Kazakhstan, en est le dernier exemple en date.

Le Liban prohibe tout contact avec des ressortissants israéliens, en vertu d'une loi de boycott d'Israël datant de 1955, interdisant à toute personne physique ou morale d'entrer en contact avec des Israéliens ou des personnes résidant en Israël.

En avril dernier, le ministre libanais de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich (Hezbollah), avait insisté sur la nécessité de "refuser toute normalisation avec l'ennemi israélien à travers le sport", saluant "les champions libanais et arabes qui refusent cette normalisation et décident de perdre pour éviter d'affronter les Israéliens".


La décision du lutteur libanais n'est pas la première du genre cette année. Retour sur ces sportifs libanais qui ont soit déclaré forfait, soit volontairement perdu, pour éviter de se retrouver face à des Israéliens.


Lutte libre


Domenic Abounader. Photo Wikipedia


Samedi, le président de la fédération libanaise de lutte, Omr Eskandarani, a annoncé que la fédération avait refusé que le lutteur libanais vivant aux Etats-Unis, Domenic Abounader, affronte le lutteur israélien Uri Kalashnikov lors des seizièmes de finale des championnats du monde de lutte pour la catégorie des 86 kg. Expliquant que le lutteur libanais a déclaré forfait et refusé de serrer la main à son adversaire, M. Eskerandarani a déclaré dans un communiqué que sa fédération "refuse toute normalisation avec Israël".

Une décision que M. Abounader a semblé regretter. "J'aime la compétition et je respecte mes adversaires (...) Je suis fier de mon héritage familial, raison pour laquelle j'ai choisi de lutter sous les couleurs du Liban, et j'ai encore de la famille là-bas. Mais je ne représenterai plus le Liban à l'avenir", a écrit le jour même le lutteur né dans l'Ohio et âgé de 24 ans sur son compte Twitter.


Dans un deuxième message, posté le lendemain, le lutteur clarifie ses propos. "Je suis reconnaissant d'avoir eu l’opportunité de représenter le Liban. En tant que citoyen libanais, je respecte toutes les lois", écrit le lutteur, remerciant le comité olympique libanais et le ministère libanais des Sports de "l'avoir soutenu et d''avoir cru (en lui)".



Dans son communiqué, le président de la fédération de lutte a rappelé que l'arbitre international libanais Fadi Kebbi avait refusé dans le courant de l'année d'arbitrer un combat mettant aux prises un lutteur israélien, lors d'une compétition de lutte en Roumanie. Un refus pour lequel l'arbitre avait été sanctionné.


Basket-ball

Le 12 avril dernier, Heraklion, capitale de l'île grecque de Crête, accueillait les championnats du monde scolaire de basket-ball, organisés par la Fédération internationale du sport scolaire, auxquels participait l'équipe féminine du Liban, et les équipes garçons et filles d'Israël.
A l'occasion de la cérémonie d'ouverture de la compétition et de la présentation des équipes, l'ordre alphabétique avait placé, côte à côte, l'équipe du Liban et les équipes d'Israël. Les joueuses libanaises ont protesté et ont demandé de changer de place, ce que les organisateurs ont d'abord refusé. Sur demande du responsable de la délégation libanaise pour cette compétition, Imad el-Achkar, la responsable de l'équipe de basket-ball, Sandy Hawa, est descendue sur le terrain où se déroulait la cérémonie, et a fait changer de place l'équipe libanaise. L'équipe féminine du Liban a terminé à la 23ème place de la compétition à laquelle 26 équipes ont participé.



Tennis de table


Bassam Safadieh et l'entraîneur de la sélection libanaise, Moustapha Habache. Photo tirée de la page Facebook de l'école Iman à Saïda.


En mars, à l'occasion du championnat méditerranéen de tennis de table des moins de 15 ans, organisés par l’Association méditerranéenne de tennis de table dans la ville italienne de Lignano Sabbiadoro, le jeune pongiste Bassam Safadieh s'est retiré de la compétition avant d'affronter un Israélien. Le jeune joueur de ping-pong, originaire de Saïda (Liban-Sud), a même quitté la salle où se déroulait la compétition, avec l'entraîneur de la sélection libanaise, Moustapha el-Habache, afin de ne pas se trouver au même endroit que son adversaire israélien tiré au sort.


Judo


Le judoka Nacif Elias, lors des Jeux olympiques de Rio, en 2016. Photo Wikipedia


En février, le judoka libanais, Nacif Elias, qui fait aujourd'hui partie des 40 meilleurs au monde dans la catégorie des moins de 90 kilos, avait une vraie chance de remporter une médaille pour le Liban dans le cadre du Grand Slam de Paris, l'un des tournois les plus relevés de la discipline. Dans sa partie de tableau, il a battu un judoka ukrainien et un Slovaque, avant de devoir affronter un judoka représentant la Mongolie. S'il remportait ce dernier match, il se qualifiait pour l'équivalent des quarts de finale, et s'offrait la possibilité de concourir pour l'une des médailles en jeu. Mais dans l'autre moitié de tableau, c'est l'Israélien Li Kochman qui s'était qualifié pour ce quart de finale décisif. Dans cette discipline sportive, tout judoka déclarant forfait sans raison médicale est lourdement sanctionné. Pour éviter de se retrouver sur le même dojo que Kochman, Nacif Elias a dès lors volontairement perdu son match contre son adversaire mongol, Altanbagana Gantluga.

Taekwondo

Quelques jours plus tôt, le jeune taekwondoïste libanais Ezzeddine Faraj s'était retiré d'une compétition régionale junior à Chypre pour éviter d'affronter un adversaire israélien qui se trouvait dans son groupe.

 


Pour mémoire
JO de Rio : les délégations libanaise et israélienne se disputent un bus

"Les lois régissant les contacts entre Libanais et Israéliens sont problématiques à plusieurs niveaux"


La politique de non-reconnaissance par le Liban de l'Etat d'Israël s'applique également sur le terrain du sport. Le forfait d'un lutteur libanais, sur décision de la fédération libanaise de lutte, avant son combat...

commentaires (9)

Chats échaudés craignent l'eau froide... Des Libanais/Libanaises avant eux ont payé le prix en critiques et en condamnations de leur ouverture d'esprit... Il faudrait une garantie solide et éternelle qu'ils seraient maintenus à l'écart des conflits régionaux, en cas de participation...

NAUFAL SORAYA

12 h 51, le 24 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Chats échaudés craignent l'eau froide... Des Libanais/Libanaises avant eux ont payé le prix en critiques et en condamnations de leur ouverture d'esprit... Il faudrait une garantie solide et éternelle qu'ils seraient maintenus à l'écart des conflits régionaux, en cas de participation...

    NAUFAL SORAYA

    12 h 51, le 24 septembre 2019

  • Mêler la politique au sport est contre productif !!

    Bery tus

    05 h 57, le 24 septembre 2019

  • L'obscurantisme, les drogues et les jeux du hazard doivent être interdits dans le sport! Jeux du hazard? Des athlètes qui parient de tomber sur un Israélien pour éviter de se faire tabasser ...

    Wlek Sanferlou

    04 h 34, le 24 septembre 2019

  • ATTENTION CE NE SONT PAS LES SPORTIFS EM GENERAL QUI NE VEULENT PAS COMBATRE C'EST LEURS RESPONSABLES QUI LEUR DEMANDENT DE NE PAS COMBATRE C'EST AUSSI POUR CELA QUE LES FEDERATIONS INTERNATIONALES INTERDISENT SOUVENT LES JOUEURS QUI ONT FAIT SEMBLANT DE NE PAS COMBATRE DE PARTICIPER A L'AVENIR DANS DES COMBATS AINSI QUE LES PAYS AU FAIT IL FAUDRAIT CHANGER LA LOI EXCEPTIONELEMENT POUR LA COUPE DU MONDE AU QUATAR QUI VIENT DE DECLARER QUE TOUT ISRAELIEN AURA LE DROIT DE VENIR AU QUATAR ET D'ASSISTER A TOUS LES MATCHS PEUT ETRE UN LIBANAIS SERA A COTE D'UN ISRAELIEN ET A SON RETOUR AU LIBAN DEVRA PASSER EN JUSTICE CAR ON AURA UNE PHOTO DANS LES MEDIAS OU A LA TELEVISION COMME PREUVE QUAND LE RIDICULE NE TUE PAS RESTER AVEC DES LOIS DESUETES DE 1955 C'EST ABSURDE LIBAN FORT SVP AMENDER LA LOI :BATTRE L'ADVERSAIRE DANS UN COMBAT LOYAL DONNERA PLUS D'IMPACTE AU LIBAN QUE DE REFUSER UN COMBAT ET LE GAGNER EVENTUELEMENT CETTE MENTALITE DATE DE 64 ANS A SON ORIGINE DANS LE BOYCOTTE D'ISRAEL QUI N'EST PLUS APPLIQUE PAR PRESQUE TOUS LES PAYS ARABES, C'ETAIT DU TEMPS OU COCA COLA ETAIT BOYCOTTE VOUS VOUS RAPPELER ?

    LA VERITE

    03 h 15, le 24 septembre 2019

  • Pourquoi ne pas profiter de ces rencontres sportives (et non pas politiques...!!!) pour apprendre à se connaître tout simplement et...humainement ??? Est-ce que le monde avance mieux sous le règne de la haine et du rejet de l'autre...inconnu ??? Irène Saïd

    Irene Said

    21 h 35, le 23 septembre 2019

  • Perdre intentionnellement est totalement contraire à l'esprit du sport. Ces sportifs devraient jouer... Et gagner.

    Marionet

    20 h 26, le 23 septembre 2019

  • Il faudrait les faire passer en cours martiale. La perte pour le liban est énorrrrmmmmeee lol.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 01, le 23 septembre 2019

  • TRES REGRETTABLE ! DANS LE SPORT LE FANATISME ET LA HAINE NE DEVRAIENT PAS AVOIR DE PLACE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 46, le 23 septembre 2019

  • C'est triste de voir des sportifs libanais finir ainsi, moi je pense qu'ils font exprès pour faire passer les sionistes

    Eleni Caridopoulou

    17 h 11, le 23 septembre 2019