tensions

Attaques en Arabie : Pompeo pour une "solution pacifique" avec l'Iran

La chaîne américaine CBS News a cité un responsable américain anonyme selon lequel le guide suprême iranien avait lui-même approuvé l'attaque, à condition qu'elle soit menée de manière à nier l'implication de Téhéran.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et le représentant spécial américain pour l'Iran Brian Hook arrivent à la base aérienne al-Bateen d'Abou Dhabi, le 19 septembre 2019. Mandel Ngan / Pool via REUTERS

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, en tournée dans le Golfe, a assuré jeudi à Abou Dhabi que les Etats-Unis privilégiaient une "solution pacifique" avec l'Iran, qu'il accuse d'être à l'origine de la récente attaque contre des installations pétrolières en Arabie saoudite.

M. Pompeo a rencontré le puissant prince héritier d'Abou Dhabi, Mohammad ben Zayed Al-Nahyane. A l'issue de leur entretien, il a évoqué devant des journalistes l'existence d'un "consensus" dans le Golfe sur la responsabilité de l'Iran dans les attaques.

"Nous sommes ici pour bâtir une coalition destinée à parvenir à la paix et à une solution pacifique", a déclaré le chef de la diplomatie américaine avant de s'envoler pour Washington, disant espérer que l'Iran voit les choses "de la même manière". Le président américain Donald Trump avait dépêché mardi M. Pompeo à Jeddah pour discuter de la réponse à apporter aux attaques contre le royaume allié.

Interrogé par la télévision américaine CNN, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a déclaré qu'une frappe américaine ou saoudienne déclencherait "une guerre totale", ajoutant que son pays ne voulait "pas la guerre" mais ne tremblerait pas s'il s'agissait de "se défendre".

Accusés "à tort" 
Le récent durcissement de la position américaine a fait craindre une escalade armée, après les frappes ayant visé le 14 septembre le coeur de l'industrie pétrolière saoudienne et entraîné une réduction de moitié de la production d'or noir du premier exportateur mondial.

Lors de la visite de M. Pompeo en Arabie saoudite, les deux parties "ont convenu que le régime iranien doit être tenu responsable de son comportement agressif, imprudent et menaçant", a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Morgan Ortagus. Le même jour, Riyad a dévoilé de nouveaux résultats de son enquête et assuré que l'attaque avait été "incontestablement parrainée par l'Iran".

Soutenus par Téhéran, les rebelles du Yémen, ont revendiqué cette attaque, menaçant également de cibler les Emirats arabes unis, un membre clé de la coalition anti-houthis qui intervient depuis 2015 au Yémen pour soutenir le gouvernement reconnu par la communauté internationale. Mais selon Riyad, l'attaque venait "du Nord".  

Les houthis ont déjà atteint des douzaines de cibles en Arabie saoudite. Leur arsenal, en expansion, a révélé la vulnérabilité du royaume malgré ses importantes dépenses militaires. Mais la double attaque de samedi est d'une autre ampleur que les précédentes. Mercredi, la chaîne américaine CBS News a cité un responsable américain anonyme selon lequel le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, aurait lui-même approuvé l'attaque, à condition qu'elle soit menée de manière à nier l'implication iranienne.
Le commandant des gardiens de la révolution iraniens, le général de division Hossein Salami, a reproché jeudi aux Etats-Unis de les "accuser à tort d'être derrière tout incident" dans la région.
L'ONU a annoncé jeudi l'arrivée d'experts à Riyad pour démarrer une enquête internationale "à l'invitation des autorités" du pays.



(Lire aussi : Les Iraniens sont-ils allés trop loin ?, le commentaire d'Anthony Samrani)


Cibles en Iran 
Selon le New York Times, l'armée américaine a dressé une liste de cibles iraniennes, y compris la raffinerie de pétrole d'Abadan, l'une des plus grandes au monde, ou l'île de Khark, la plus importante installation d'exportation de pétrole du pays. Parmi les autres cibles potentielles figurent les sites de lancement de missiles et d'autres actifs des gardiens de la révolution, ainsi que des bases du sud-ouest où des activités inhabituelles laissent à penser qu'ils ont joué un rôle dans les frappes. Selon Cinzia Bianco, analyste au Conseil européen des relations internationales, "la pensée dominante (en Arabie saoudite) veut que les Etats-Unis ciblent les infrastructures sensibles en Iran afin de minimiser ou d'exclure tout coût humain". 

Pour Washington, l'attaque en Arabie saoudite impliquait des missiles de croisière en provenance d'Iran, a confié à l'AFP un responsable américain s'exprimant sous couvert de l'anonymat.
Il a ajouté que des preuves seraient présentées à l'Assemblée générale de l'ONU à New York la semaine prochaine. M. Zarif quitte l'Iran vendredi matin pour participer à cette AG, selon la diplomatie iranienne.

Le président iranien Hassan Rohani devrait également se rendre à New York et pourrait rencontrer son homologue français Emmanuel Macron qui avait évoqué fin août une éventuelle rencontre entre MM. Rohani et Trump. Jeudi, l'Elysée a estimé qu'il restait cependant "encore beaucoup de choses à vérifier" avant une telle rencontre.
M. Trump, qui a déjà imposé des sanctions qui ont paralysé l'économie iranienne, a promis mercredi de durcir de manière "substantielle" ces mesures.

Les tensions entre l'Iran et les Etats-Unis sont fortes depuis que l'administration Trump s'est retirée unilatéralement en mai 2018 de l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien avant de rétablir des sanctions croissantes à l'encontre de la République islamique.


Lire aussi

Cette fois-ci, Trump frappera-t-il l'Iran ?

L’alliance américano-saoudienne dans la tourmente

Choc et colère après les attaques contre Aramco

Scénarios de guerrel'édito de Michel TOUMA

Téhéran et Riyad au bord d’un conflit ?


Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, en tournée dans le Golfe, a assuré jeudi à Abou Dhabi que les Etats-Unis privilégiaient une "solution pacifique" avec l'Iran, qu'il accuse d'être à l'origine de la récente attaque...

commentaires (4)

De la part d'un faucon qui a parlé d'actes de guerre , c'est soit un fanfaron soit un poltron. On va pas venir nous dire que les sionistes sont de mèche avec les perses contre les arabes . Ce serait trop facile. Pourquoi les houtis diraient l'avoir fait si ce nest pas eux ? Et de surcroit que cela serait fait par les usurpateurs ?

FRIK-A-FRAK

22 h 41, le 19 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • De la part d'un faucon qui a parlé d'actes de guerre , c'est soit un fanfaron soit un poltron. On va pas venir nous dire que les sionistes sont de mèche avec les perses contre les arabes . Ce serait trop facile. Pourquoi les houtis diraient l'avoir fait si ce nest pas eux ? Et de surcroit que cela serait fait par les usurpateurs ?

    FRIK-A-FRAK

    22 h 41, le 19 septembre 2019

  • Une chance pour la paix au moyen orient... L'apparent laxisme de Mr Trump..."dealmaker" ...qui veut être réélu...ce qui serait difficile s'il lançait les USA dans une aventure iranienne Aussi qu'Israel soit embourbe politiquement ...avec 2 prétendants... Une action militaire sérieuse de leur part (cachée ou déclarée) ne semble pas possible dans cette instabilité politique intérieure Peut être aussi les cris d'orfraie des vrais grands... ( Chine, Russie ) si les USA faisaient autre chose que de serrer la vis économique et societale Pourvu que ça dure jusqu'au grand chambardement possible en Iran. .. Qui reste à craindre ...si le Grand Ayatollah venait à décéder...son grand âge demeure un risque

    Chammas frederico

    20 h 34, le 19 septembre 2019

  • Soit les enquêteurs ont trouvé (ou ont de bonnes chances de trouver) dans les restes des missiles des poussières microscopiques traçables jusqu’en israel, soit les russes leur ont mis sous le nez les preuves que ces missiles ont été lançés depuis des F35 furtifs israéliens... Alors ils font machine arrière comme ils peuvent, en essayant de ne pas perdre la face, ce qui est de bonne guerre. C’est mon opinion en tout cas.

    Gros Gnon

    19 h 56, le 19 septembre 2019

  • Les US ferait mieu de ne pas attaquer et juste laisser les sanctions faire effets. Un tigre blessé est le plus aggressif. Les Iraniens commencent a le sentir et deviennent de plus en plus eratiques, comme un enfant qui commet des co....rie uniquement pour se faire remarquer. L’iran est dans une impasse, l’arabie aussi, laissons ces 2 régler leurs problèmes entre eux meme en espérant que les moutons belleura de chez nous resterons silencieux et n’entraineront pas le liban dans un piege régionale. POUR UNE FOIS QU’ILS SOIENT PATRIOTES ET PENSENT A TOUT LE LIBAN ET NON AUX CHIITES UNIQUEMENT. Vive le changement. Le vrai. Celui qui balaiera tout radicale, fanatique et autres forme d'extrémisme du liban

    Thawra-LB

    19 h 37, le 19 septembre 2019