Syrie

Assad prononce une nouvelle amnistie de prisonniers

L'amnistie concerne certains détenus accusés de crimes figurant dans une loi de juillet 2012 sur le "terrorisme", terminologie habituellement utilisée par les autorités contre les rebelles et les militants anti-régime. 

Le président syrien Bachar el-Assad. Photo d'archives AFP.

Le président syrien Bachar el-Assad a prononcé dimanche une nouvelle amnistie qui s'applique à la fois à des détenus de droit commun, des personnes accusées de complicité de "terrorisme", et des déserteurs de l'armée. Cette "amnistie générale" n'est pas la première décrétée par le chef de l'Etat depuis le début du conflit en Syrie, déclenché en 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie.

Dimanche, le président Assad "a promulgué un décret-loi (....) accordant une amnistie générale pour les crimes commis avant le 14 septembre 2019", selon l'agence officielle Sana, qui a publié le texte de la loi. Elle concerne notamment certains détenus accusés de crimes figurant dans une loi de juillet 2012 sur le "terrorisme", terminologie habituellement utilisée par les autorités contre les rebelles et les militants anti-régime. Le décret prévoit de gracier ceux accusés de participation à un "complot" ou la non-dénonciation d'un acte "terroriste", selon les termes de cette loi.


(Lire aussi : Moustapha el-Khatib, un « miraculé » des prisons d’Assad)


L'amnistie concerne aussi les déserteurs de l'armée qui se rendraient à la justice après l'adoption du décret --d'ici trois mois s'ils sont en Syrie, six mois s'ils vivent à l'étranger. Les auteurs de kidnappings, s'ils libèrent sans contrepartie leur victime d'ici un mois, seront aussi graciés.

La loi prévoit aussi des réductions de peine, sauf certaines exceptions: la peine capitale peut être transformée en travaux forcés à vie, les travaux forcés à vie en 20 ans de travaux forcés, et la perpétuité en peine de 20 ans de prison, selon le texte. Les condamnés qui souffrent d'une maladie incurable et sont âgés de plus de 75 ans peuvent bénéficier d'une amnistie.

Par contre, les personnes condamnées à mort dont les actions ont entraîné la mort d'une ou plusieurs personnes, ne peuvent bénéficier de cette amnistie. La dernière remonte à octobre 2018 et n'avait concerné que les déserteurs de l'armée et les conscrits n'ayant pas accompli leur service obligatoire.

Le président syrien avait annoncé en juin 2014 une autre amnistie, la plus large depuis le début du conflit, qui a fait plus de 370.000 morts.


Pour mémoire

Le régime syrien poursuit les arrestations arbitraires, dénonce HRW

Syrie: des ONG appellent à déterminer le sort de milliers de disparus

Les habitants pris au piège dans la province d’Idleb

Le long chemin vers la fin de l’impunité des criminels syriens

Quand sept anciens détenus de Tadmor désarçonnent le public

Tadmor, le royaume de la mort et de la folie

Damas doit rendre des comptes sur les détenus morts en prison, exige l'ONU

"Trois de mes frères sont morts à Saydnaya" : le calvaire d'une famille d'activistes syriens


Le président syrien Bachar el-Assad a prononcé dimanche une nouvelle amnistie qui s'applique à la fois à des détenus de droit commun, des personnes accusées de complicité de "terrorisme", et des déserteurs de l'armée. Cette "amnistie générale" n'est pas la première décrétée par le chef de l'Etat depuis le début du conflit en Syrie, déclenché en 2011 avec la répression de...

commentaires (7)

Comme si les "amnistiés" allaient le croire, quelle sinistre farce....

Je partage mon avis

21 h 56, le 16 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Comme si les "amnistiés" allaient le croire, quelle sinistre farce....

    Je partage mon avis

    21 h 56, le 16 septembre 2019

  • Le héros de Damas se sentirait-il seul, tout à coup ? Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 34, le 16 septembre 2019

  • D'où mon appel aux libanais de bonne intention d'aller chercher les prisonniers libanais des geôles syriennes , COMME LA FAIT LE HEZB LIBANAIS DE LA RSISTANCE AVEC LE PAYS DE L'USURPATION ET DE SES MILICES . DEMANDEZ LE MODE D'EMPLOI, IL EST GRATUIT .

    FRIK-A-FRAK

    17 h 03, le 16 septembre 2019

  • Et l'amnistie pour les Libanais encore vivants et enfermes dans les geoles Syriennes depuis plus de 40 ans? Ou meme le retour des corps? Oh j'oubliais , l'amnistie ne touche que les Syriens , TOUS les Libanais doivent d'abord faire la courbette avant d'etre entendu ET IL Y EN A ENCORE QUELQUES UNS QUI REFUSENT SURTOUT LES FAMILLES DE CEUX QUE LE REGIME A MASSACRE PAR DES ATTENTATS IGNOBLES POURQUOI HN N'A PAS PRESSE BACHAR DE LIBERER SES COMPATRIOTES LIBANAIS AVANT DE L'AIDER A SE DEBARRASSER DE SES OPPOSANTS? De toute facon sa credibilite est telleemnt entachee que tres peu de personnes voudront y croire ET RETOURNERONT AU PAYS MALHEUREUSEMENT

    LA VERITE

    13 h 48, le 16 septembre 2019

  • Tous les dictateurs appellent leurs oposants terroristes....syrie,turquie,cuba,venezuela,chine,regime du marechal petain ....

    HABIBI FRANCAIS

    22 h 34, le 15 septembre 2019

  • Un grand cœur enveloppé dans une intelligence rare. L'étoffe même du héros.

    FRIK-A-FRAK

    21 h 40, le 15 septembre 2019

  • DE LA BLAGUE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 39, le 15 septembre 2019