X

À La Une

Des associations portent plainte contre Bassil et d'autres personnalités pour incitation aux dissensions sectaires

Liban

Le député et membre du CPL Ziad Assouad, le président de la municipalité de Hadeth Georges Aoun, l'activiste politique et membre du CPL Naji Hayek, l'ancien député et ancien ministre Elie Marouni (Kataëb), l'activiste politique Rachid Joumblatt, ainsi que le chanteur Ali Barakat sont également visés par la plainte collective.

OLJ
22/08/2019

Plusieurs associations libanaises ont porté plainte jeudi contre le chef du Courant patriotique libre et ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, ainsi que d'autres personnalités, pour incitation aux dissensions sectaires.

Parmi les sept organisations plaignantes, figure le centre de documentation et de recherche UMAM, fondé par le chercheur et activiste Lokman Slim et son épouse, la réalisatrice Monika Borgmann.
Ces ONG ont ainsi porté plainte devant le parquet général de la Cour de cassation contre Gebran Bassil, le député et membre du CPL Ziad Assouad, le président de la municipalité de Hadeth Georges Aoun, l'activiste politique et membre du CPL Naji Hayek, l'ancien député et ancien ministre Elie Marouni (Kataëb), l'activiste politique Rachid Joumblatt, ainsi que le chanteur Ali Barakat.

Les plaignants accusent ces personnes de "susciter des dissensions sectaires et civiles" et rappellent que cela est un crime en vertu de l'article 317 du code pénal libanais. L'article en question dispose que "tout acte, écrit ou discours qui a pour but ou qui débouche sur des dissensions confessionnelles ou raciales ou des incitations au conflit entre les communautés et les différentes composantes de la nation, est punissable d'un à trois ans d'emprisonnement et d'une amende de 100.000 à 800.000 livres libanaises (...)".

Dans leur plainte de 23 pages, les organisations citent un tweet de M. Bassil écrit récemment. "La Libanité est supérieure à toute autre appartenance, elle est génétique. Il s'agit de la seule explication à nos ressemblances et nos particularités, notre résilience et notre flexibilité, de notre capacité à nous mêler entre nous tout en refusant tout réfugié et déplacé", écrivait Gebran Bassil le 7 juin.




Des accusations d'incitations aux dissensions sectaires avaient également été portées contre M. Bassil dans le cadre des affrontements de Qabr Chmoun. Le 30 juin, des affrontements armés avaient éclaté à Qabr Chmoun (caza de Aley) entre des partisans des rivaux druzes Walid Joumblatt et Talal Arslane, alors que Gebran Bassil effectuait une tournée partisane dans la région ce jour-là. Ces affrontements ont fait deux morts et provoqué une crise politique qui a paralysé le gouvernement pendant 40 jours, avant qu'une réconciliation inter-druze ne soit scellée sous les auspices du chef de l'Etat, Michel Aoun, le chef du gouvernement, Saad Hariri, et le président du Parlement, Nabih Berry. Walid Joumblatt ainsi que ses alliés avaient alors accusé Gebran Bassil de tenir un discours sectaire et d'inciter à la dissension entre chrétiens et druzes.

Quant au député Ziad Assouad, il est coutumier des joutes verbales violentes contre ses adversaires politiques. Il avait ainsi apporté son soutien au président de la municipalité de Hadeth qui prône l'application d'une loi qui interdit la vente ou la location de biens immobiliers à des non-chrétiens dans sa localité.

En ce qui concerne l'activiste aouniste Naji Hayek, celui-ci est également coutumier des sorties violentes sur les réseaux sociaux. Les plaignants pointent du doigt un tweet de M. Hayek dans lequel il critique, en des termes insultants, la mort de Libanais durant la guerre civile, notamment lors des combats de Souk el-Ghareb (caza de Aley) en 1989. Naji Hayek avait également fait parler de lui récemment en menaçant publiquement sur les réseaux sociaux le groupe de rock libanais Mashrou' Leila, dont le concert a finalement été annulé à Jbeil dans le cadre du festival de Byblos. Des accusations d'atteinte à la religion (non reconnues par la justice), avaient été portées contre le groupe.

Les plaignants rappellent par ailleurs que le député Elie Marouni avait appelé à soutenir la vente des biens chrétiens à des chrétiens, en citant un tweet de l'ancien député qui date de 9 janvier 2017. Ils soulignent ensuite que l'activiste Rachid Joumblatt avait pour sa part incité au meurtre du président de la République, Michel Aoun, ainsi que de M. Bassil, dans un message sur les réseaux sociaux en date du 20 juillet 2018.

Enfin, les organisations rappellent que Ali Barakat, proche du Hezbollah, avait appelé à rebaptiser la mosquée Mohammad el-Amine, édifiée à initiative de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, en mosquée Moustapha Badreddine, l'accusé principal dans l'assassinat de Rafic Hariri, tué dans un attentat à la bombe le 14 février 2005, alors que des membres du Hezbollah sont accusés de ce meurtre par le Tribunal spécial pour le Liban.


Pour mémoire

Des intellectuels libanais expriment leur "dégoût face à l'hystérie raciste" de Gebran Bassil

Le chef de la municipalité de Hadeth défend l’appel à ne pas vendre à des non-chrétiens

Ces petites phrases de Gebran Bassil qui ont engendré des polémiques

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chucri Abboud

Il est bien évident que la justice libanaise ne suivra pas . Elle a d'autres chats a fouetter

Gros Gnon

"tout acte, écrit ou discours qui a pour but ou qui débouche sur des dissensions confessionnelles ou raciales ou des incitations au conflit entre les communautés et les différentes composantes de la nation, est punissable d'un à trois ans d'emprisonnement et d'une amende de 100.000 à 800.000 livres libanaises (...)".

Ah oui? Qui est-ce qui décide des tarifs?
Si c’est moi qui tient un tel discours, je risque d’impacter de une à, allez disons dix personnes dans un bon jour.
Si c’est un homme politique qui le fait, il impactera des centaines de milliers de personnes, ne serait-ce que grâce à la couverture médiatique qu’il aura... ces montants devraient s’exprimer en dollars dans son cas pour que ça aie du sens...

L'Orient-Le Jour

En effet, merci pour votre commentaire. L'erreur a été corrigée.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OLJ, JE CROIS QUE LE PRESIDENT DE LA MUNICIPALITE DE HADETH PARLE DE LA NON VENTE OU LOCATION DE TERRAINS AU NON CHRETIENS ET NON AU NON MUSULMANS. AI-JE RAISON ?

ON DIT QUOI ?

Ils font samusse....

Irene Said

Il y a une volonté évidente de semer la discorde dans ce pays...au profit de qui ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FALLAIT BIEN QUE QUELQU,UN S,OCCUPE DES INCITATIONS SECTAIRES GENDRISSIMALES QUI INCITENT EN RAVIVANT LES PLAIES DU PASSE HONNI A LA HAINE ET AUX DISSENSSIONS.

Antoine Sabbagha

Une plainte qui ne portera jamais ses fruits . Et les associations sociales ne peuvent jamais gagner le défi contre les chefs de tribus .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants