X

Liban

La destruction d’un bâtiment, objet d’un bras de fer entre le ministre de la Culture et le mohafez de Beyrouth

Patrimoine

Colère au ministère de la Culture, et pour cause : on détruit les vieux bâtiments sans aviser la DGA et sans le permis de l’autorité compétente.

May MAKAREM | OLJ
15/08/2019

À la fête de l’Adha, on sacrifie les moutons, mais aussi le patrimoine. Dans la nuit de dimanche 11 août à lundi, un vieux bâtiment (lot numéro 575) situé dans le secteur de Ibrine, à Achrafieh, a été démoli. Il datait de la fin du mandat français. Selon une source du ministère de la Culture, la décision de délivrer le permis de démolition a été prise par le mohafez de Beyrouth, Ziyad Chbib, sans l’approbation des services de la Direction générale des antiquités (DGA).

Le bureau de communication du ministre de la Culture Mohammad Daoud s’est empressé d’informer que « cette action vise à accélérer l’érosion du patrimoine architectural », ajoutant que « la destruction du bâtiment n’aurait pas pu avoir lieu sans les mesures prises par un fonctionnaire de l’administration ». Sans nommer explicitement le mohafez de Beyrouth, le communiqué indique que le ministre Daoud a demandé l’ouverture d’une enquête, promettant que le propriétaire du bien démoli et les personnes impliquées devront répondre devant la justice et en assumer les conséquences.

Toujours selon le communiqué, le ministre Daoud avait explicitement demandé de geler le permis de démolir en attendant d’examiner l’intégralité du dossier. Mais il semble que « le fonctionnaire concerné » a profité du week-end de la fête pour faire tomber le couperet, sous le faux prétexte que l’état de la construction est susceptible de compromettre la sécurité publique. Alors que c’est au ministère de la Culture, « seule autorité compétente », que revient le pouvoir de donner l’autorisation.



(Pour mémoire : Joumblatt : Qui a détruit l’immeuble du restaurant Socrate ?)



Dernière ligne de défense
Mohammad Daoud a adressé une lettre au ministère de l’Intérieur lui demandant d’informer tous les départements concernés, y compris la police judiciaire, de l’interdiction de toute démolition de bâtiments avant l’obtention d’un accord direct de son ministère, et ce pour éviter que ne se répète le précédent du lot 1231. En effet, ce lot placé sur la liste des bâtiments à préserver par l’ancien ministre de la Culture Rony Araïji (décret n°116/2016) a été abrogé par son successeur, le ministre Ghattas Khoury, accordant ainsi au propriétaire foncier, un homme d’affaires irakien, l’autorisation de démolir. Selon une source proche de la DGA, le ministre Daoud a demandé au mohafez de geler le permis de démolition, mais il semble que celui-ci « s’était engagé à le délivrer et affirme ne plus pouvoir reculer ».

L’Orient-Le Jour a tenté une dizaine de fois d’entrer en contact avec M. Chbib, mais il était constamment injoignable.



(Pour mémoire : Et vous, comment réagissez-vous à la destruction de votre patrimoine culturel ?)



Pour rappel, le lot 1231, situé face au restaurant l’Entrecôte, à l’angle des deux rues Monnot et Abdel Wahab, à Achrafieh, est connu sous le nom de Bloc Dergham. C’est un complexe de trois immeubles, dont deux datant du mandat français et le troisième remontant à une époque antérieure. Le décret Araïji s’était appuyé sur des critères sérieux pour inscrire les constructions sur la liste du patrimoine. Mais les architectes commissionnés par le ministre Ghattas Khoury ont considéré qu’elles ne présentent aucun intérêt architectural et que leurs fondations branlantes constituent un danger public.

« Il ne faut pas ménager les efforts pour sauvegarder le patrimoine culturel. Cet héritage est une responsabilité nationale. Elle incombe à chacun et à tous, affirme pour sa part le directeur général des antiquités Sarkis el-Khoury. Les responsables ont pour devoir politique de nous armer d’une loi pour préserver les bâtiments tout en offrant des mesures compensatoires aux propriétaires concernés, comme transférer à autrui le coefficient d’exploitation de son terrain. La loi, adoptée en Conseil des ministres le 12 octobre 2017, est notre dernière ligne de défense. Or, elle attend toujours d’être débattue au Parlement. » Et Sarkis el-Khoury de conclure : « S’en prendre au patrimoine revient à détruire l’âme du pays. »



Pour mémoire
Le Lycée Abdel Kader classé bâtiment patrimonial par le ministère de la Culture

A Beyrouth, un décret ministériel sauve 16 bâtiments de la destruction

Le Conseil d’État suspend une décision du ministre de la Culture de démanteler des vestiges à Beyrouth


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Michele

Il faudrait sanctionner le proprietaire du bien-fonds en lui interdisant l'octroie d'un permis de construction.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DETRUIRE EST FACILE. Y A-T-IL UN BOARD D,EXPERTS QUI AVALISE OU REJETTE LES DECISIONS MISES A DOUTE DU MOHAFEZ ?

Eleni Caridopoulou

Quel gâchis !!!

Atalante fugitive

C'est tout ce qu'ils savent faire, détruire.

Cadige William

Tout ce remue menage est de l’hypocrisie pure et dure !
Le mal est deja fait!
Arrêtez ces simulacres !

Henri Najm

Après Eden Bay...encore un exploit du Cher Mohafez ...Beyrouth perd son ame pour des poignées de billets verts...

Marionet

Cette démolition de nuit a dû rapporter gros si j'en juge par la brutalité des moyens employés. En même temps, cette affaire montre que des garde-fous se mettent en place et que les commanditaires d'opérations illégales sont désormais montrés du doigt. L'omerta a vécu et c'est un très bon signe.

Tina Chamoun

En extrapolant, dans le mot "Mohafez" on retrouve le sens de "celui qui garde" et dans ce cas, sauvegarde. Il faudrait peut-être l'expliquer au mohafez de Beyrouth qui baisse souvent la garde dès qu'il s'agit de monument anciens. Ps besoin de faire un dessin pour dire pour quels motifs. C'est monumental!

Ziad Gabriel Habib

C'est triste. Comme d'habitude, cette affaire sera vite classée, comme les égouts de ramlit el baida et d'autres depuis l'origine des temps. Est-ce vraiment sans espoir?

Stes David

Oui je me souviens du reportage https://www.lorientlejour.com/article/1119196/les-immeubles-de-la-rue-monnot-echappent-a-la-destruction-pour-le-moment.html c'est avec le vidéo où le boucher dit "This is Lebanon". Malheureusement on n'a pas pu arrêter la destruction de ce bâtiment.

COURBAN Antoine

Rien ne m'étonne de la part du Mohafez de Beyrouth, Ziyad CHBIB.
La préservation du patrimoine (public) ne semble pas être sa préoccupation primordiale

NAUFAL SORAYA

Si ce n'est pas du concentré de mépris vis-à-vis de la ville dont il est responsable...

Saliba Nouhad

Allez trouver où le bat blesse!
Déjà il y a 2 ans, on avait dénoncé ce scandale sous le ministre Ghattas Khoury en se demandant à qui profite (ou à quelle poche) ce crime contre le patrimoine!
Et voilà, 2 ans plus tard, rebelote, et c’est au tour du mohafez de prétendre qu’il n’avait pas de choix et finit par détruire l’immeuble en catimini sans l’accord du ministère de la culture...
Ah bon, on se fout de qui?
Ça pue les magouilles corrompues à la Libanaise!
Sacrés incorrigibles...
D’aucuns prétendaient faire de la lutte contre la corruption une priorité: à suivre...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Macroéconomie

Plus d'un million de pauvres

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants