X

Liban

Boutros Harb à « L’OLJ » : Certains veulent se transformer en leaders sans avoir le fond et la culture pour le faire

Grand entretien

C’est un mélange de colère tranquille et d’exaspération paroxystique qui émane de Boutros Harb. Après un demi-siècle d’action politique aux premières loges de la République, l’ancien ministre et ancien député de Batroun observe avec beaucoup d’inquiétude la plongée du Liban dans les abîmes de la médiocrité, du populisme et de la perte de sens, avec le spectre de nouvelles catastrophes économique, financière, politique, sociale et culturelle qui pointent à l’horizon.

15/08/2019

Pour Boutros Harb, qui a concédé pour la première fois depuis 1972 son siège de député lors des législatives de l’an dernier, le plus révoltant au sein de l’équipe dirigeante actuelle est sans doute « l’insouciance, l’irresponsabilité et l’inconscience » dont elle fait montre face aux défis actuels.

Il en veut pour preuve l’épisode des derniers incidents de Bassatine-Qabr Chmoun (caza de Aley), le 30 juin dernier, où la visite contestée du chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil dans la région avait débouché sur une rixe interdruze meurtrière entre les alliés de M. Bassil au sein du Parti démocratique libanais et le Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt.

Au-delà des faits stricto sensu et de la réconciliation qui a été scellée entre les belligérants au palais de Baabda, Boutros Harb insiste sur le climat qui a ouvert la voie à cette crise, qui a paralysé le pays et ses institutions pendant près de deux mois, alors qu’il a grand besoin de revitalisation afin de faire face aux dangers d’effondrement économiques et financiers qui le menacent.

« Ce qui s’est produit est l’expression d’un style nouveau de la part de certains, qui veulent tout faire pour se transformer en leaders, mais qui n’ont ni le fond ni la culture pour le faire », affirme d’emblée M. Harb, dans une allusion à peine voilée à M. Bassil. « Ces derniers croient qu’en excitant les sentiments confessionnels, ils pourront bâtir leur « za’amate » (leadership), mais cela dénote un manque de culture et de connaissance de l’histoire du Liban et de la constitution politico-confessionnelle de la société libanaise », estime l’ancien député de Batroun.

Selon lui, Gebran Bassil, à travers son langage tendu et controversé, et ses déplacements avec une invincible armada à l’appui, joue aux apprentis sorciers ou aux pyromanes, c’est selon, sans conscience du danger de la dynamique vicieuse et destructrice qu’il est en train de mettre en branle. « Où qu’il aille, le chef du CPL est en train de réveiller les blessures et les drames du passé, le spectre de la violence et la mémoire des victimes, pour ce qui apparaît être de simples enjeux de pouvoir. Or, nul n’a intérêt à jouer ce jeu, compte tenu d’une multitude de données internes et externes », précise-t-il.

« Celui qui ne connaît pas l’histoire du Liban et les causes de la guerre ne peut pas réaliser la gravité de ce qu’il est en train de faire, comment il reproduit les mêmes schèmes avec des résultats qui seront encore plus catastrophiques qu’auparavant, estime Boutros Harb. Pour moi, il s’agit de provocation pure et simple. Gebran Bassil considère que l’histoire commence avec lui. C’est précisément là qu’il se trompe le plus. Cette méconnaissance délibérée du passé augure de sinistres évènements si les mêmes comportements continuent de se reproduire », précise-t-il.


Une capacité de nuisance
L’affaire de Bassatine-Qabr Chmoun constitue, en ce sens, un cas pratique de cette capacité de nuisance conférée par le mélange d’ignorance, d’amnésie volontaire et de provocation opportuniste. « Gebran Bassil considère que la réconciliation menée par le patriarche Sfeir avec Walid

Joumblatt en août 2001 n’a jamais existé, dans la mesure où l’histoire passe exclusivement par son beau-père et lui, relève Boutros Harb. Quand bien même tous les gestes positifs ont été faits du côté du PSP, notamment lors de la messe de Deir el-Qamar cette année, pour consolider cette réconciliation, notamment avec le CPL, la réponse de la part du camp aouniste a été l’instauration d’une ambiance d’animosité politique et confessionnelle, au point que cela a poussé un parti politique largement représentatif à se sentir ciblé et menacé », explique Boutros Harb.

Pourtant, à trop vouloir jouer le matamore, le chef du CPL est en train de se tirer une balle dans le pied, estime l’ancien député de Tannourine. Et ce même s’il se trouve prétendument en campagne électorale. « Comment tout cet insupportable chaos peut-il entrer dans le cadre des prochaines législatives ? Le comportement du gendre, qui est le candidat de Baabda, ne saurait conduire à ce qu’il soit accepté ultérieurement comme président. Son comportement est provocateur et désunificateur, alors qu’il devrait en principe se poser en rassembleur. Du reste, le candidat précipite sa campagne électorale comme si le président Aoun était en fin de règne. Cela est anormal », note-t-il.

Pour Boutros Harb, l’affaire de Bassatine-Qabr Chmoun – ainsi que le cadre général dans lequel elle se situe – n’est pas sans soulever une série de problématiques.

D’abord, il y a cette question des « droits des chrétiens », supposément perdus avec la réforme constitutionnelle post-Taëf, et que le mandat Aoun et Gebran Bassil se sont engagés à recouvrer.

S’il reconnaît que les chrétiens ont faibli sur la scène politique après 1990, Boutros Harb, qui était présent à Taëf, refuse de jeter la pierre aux seules prérogatives constitutionnelles, même s’il formule des critiques sur la Loi fondamentale.


Les prérogatives du président
Au plan constitutionnel, M. Harb dissipe d’abord l’idée selon laquelle le président de la République se comportait en monarque absolu compte tenu des vastes attributions dont il disposait depuis la Constitution de 1926-1927 et jusqu’en 1990. S’il possédait des prérogatives extraordinaires semblables à celles du président des États-Unis, il ne les a jamais exercées dans la pratique, dans la mesure où la pratique constitutionnelle après 1943, usages et coutumes, a modifié les textes implicitement, limitant les prérogatives du président au profit des ministres et du Conseil des ministres.

Preuve en est : dans la Constitution de 1926, explique Boutros Harb, le président nommait les ministres et en désignait un parmi eux qu’il nommait chef du gouvernement, sans consultations. À partir de 1943, le président nommait un Premier ministre après des consultations parlementaires facultatives et le chargeait de former un cabinet. Il s’entendait ensuite avec lui sur la composition du gouvernement – et les deux signaient de concert le décret de formation. Par ailleurs, ayant le pouvoir de révoquer le cabinet, le chef de l’État ne l’a jamais fait.

Partant, le président ne se comportait pas en monarque et, surtout, il gouvernait dans la concorde et la collaboration, avec une volonté de faire sentir aux musulmans qu’ils étaient partie prenante et importante du régime politique.

Pour Boutros Harb, cette focalisation sur le passé vise spécifiquement à mobiliser l’esprit de corps communautaire chez les chrétiens sur base du ressentiment et de l’amertume. Au nom de la « force », elle joue sur le « ihbâte », la frustration de larges composantes chrétiennes d’avoir été écartées du pouvoir sous la tutelle syrienne après la débâcle de 1990.

Or, ce qu’il y a de pervers dans cette démarche, à ses yeux, c’est que ce genre de surenchère hasardeuse risque de jeter les chrétiens dans la gueule du loup, sans prendre en compte les nouvelles données démographiques du pays. Et ce alors que les musulmans sont attachés à la parité et ont mis fin à toute velléité d’application de la démocratie numérique. « À trop vouloir attirer l’attention, ce sont les vieux démons de 1975 que l’on réveille », dit-il.

C’est au contraire par la modération et la sagesse qu’il convient de remédier à la démission progressive des chrétiens dans leur participation à la fonction publique et les déséquilibres que cela engendre du point de vue de la parité, estime ainsi Boutros Harb concernant le débat sur l’article 95. « À travers les comportements populistes, nous sommes en train d’ouvrir les portes de l’enfer. Il faudrait essayer de parvenir à un certain équilibre en trouvant des solutions pratiques, sans populisme et dans un esprit de collaboration, pas de confrontation », souligne-t-il.

Sur le plan stratégique, l’affaire de Bassatine-Qabr Chmoun constitue pour M. Harb un indice clair d’une volonté de l’axe syro-iranien, à travers ses alliés, de « liquider politiquement Walid Joumblatt et, au-delà, ce qu’il représente ». Une trajectoire claire depuis le compromis présidentiel d’octobre 2016. L’ancien député met l’accent dans ce cadre sur la gravité des accusations concernant l’ingérence dans le cours de la justice et l’exploitation de cette dernière à des fins politiques pour modifier le cours de l’enquête.

Et de préciser : « En août 2001, le patriarche Nasrallah Sfeir voulait jeter les bases d’un retour à la concorde, la paix et la souveraineté. Quelle dynamique M. Bassil est-il en train de mettre en place ? Pour le compte de qui ? Il est impossible d’oublier que la décision aujourd’hui n’est pas à Baabda, mais entre les mains d’une milice qui préside un système tribal et oligarchique. Car le citoyen libanais est désormais prisonnier d’un système plus féodal que jamais, sous des oripeaux de “changement” et de “force”. »

In fine, cet ébranlement des assises de Taëf sous le couvert des « droits des chrétiens » conduirait alors à une remise en question de la parité au profit d’un nouveau système de partage des pouvoirs et à un changement du visage politique et culturel du Liban. « Il ne faut pas négliger le fait que le président assure aujourd’hui une légitmité aux armes du Hezbollah. Il légitime la force de fait et de son propre gré », relève M. Harb.

Pour éviter l’effondrement généralisé et la volonté d’en finir avec « toutes les parties politiques qui s’opposent encore à la politique du régime », il est indispensable de repenser la répartition des forces politiques, estime Boutros Harb. « Le jour où nous nous sommes résignés, en tant que forces souverainistes, au fait accompli, c’était fini. La plupart de ceux qui ont élu Aoun ont aujourd’hui reconsidéré leur position. Ils ont payé le prix de leur choix. Tout le monde ressent le besoin de créer un front pour défendre ce qui reste du système démocratique et des libertés », souligne-t-il.

« Le président Aoun aurait dû changer de cap après son élection et se comporter en président de tous les Libanais, sans discrimination entre ses proches et ses alliés, d’une part, et le reste, de l’autre. Le président de la République est l’arbitre des forces politiques dans le pays. Il ne saurait prendre parti contre d’autres forces », ajoute M. Harb.

Et d’adresser l’appel suivant au chef de l’État : « Monsieur le Président, sortez des tranchées. Cela diminue de votre prestance, de votre influence et de votre capacité de mener le pays à bon port. Les deux premières années du mandat étaient meilleures que la troisième. Ce sentiment d’échec que nous avons est très révélateur. Éloignez de votre entourage tous ceux qui vous portent atteinte, tous les Raspoutine qui torpillent votre mandat. Certains affirment qu’ils veulent faire oublier aux chrétiens Camille Chamoun et Bachir Gemayel. Prenez garde, Monsieur le Président, à ce qu’ils ne contribuent pas plutôt à plonger votre mandat dans l’oubli. »


Dans la même rubrique
Joumblatt à « L’OLJ » : « Le dialogue ? Oui. La capitulation ? Jamais ! »

Hollande à « L’OLJ » : Le Liban est l’exemple même qu’après les déchirements, il est possible de se retrouver

Geagea à L’OLJ : Il n’y a pas de come-back de l’influence syrienne au Liban


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

"Certains veulent se transformer en leaders sans avoir le fond et la culture pour le faire"

Certains?

Citez-moi trois contre-exemples.
Deux?
Un?

Vous voyez? Il aurait fallu dire tous, pas certains...

Tina Chamoun

Il en a toujours rêvé (la présidence de la République), Aoun l'a fait lol.

Irene Said

Un jour, les Libanais (mais...sont-ils vraiment libanais...?) qui se croient au-dessus du commun des mortels, et ne cessent de mépriser les autres, auront inmanquablement un retour de manivelle qui risque d'être cuisant pour eux...
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES BON ARTICLE DE MICHEL HAJJI GEORGIOU ET LES AVIS FRANCS DE BOUTROS HARB. ON DEDUIT QUE LE MALHEUR DU PAYS ACTUEL ET FUTUR NE VIENT QUE DES PROVOCATIONS ET DES REVES GENDRISSIMAUX AVEC LA BENEDICTION BEAUPERIENNE. ET CA DIT TOUT.

Eleni Caridopoulou

Ne vous disputez pas le prochain Président de la République est Gebran Bassil, il se prepare

Antoine Sabbagha

En bref le président doit bien gouverner et avoir plus de prérogatives pour bien diriger le pays .

Honneur et Patrie

Cher Boutros,
Des étourneaux qui se prennent pour des faucons pèlerins, sans se rendre compte qu'ils ne sont que des étourneaux.

ON DIT QUOI ?

Le manque de culture ne concerne pas Bassil tout court , mais bien une bonne partie des libanais et libanaises surtout, qui composent notre société.

On entend leur sous-culture s'exprimer tous les jours. Lol.

Remy Martin

La sagesse d'un chef d'Etat.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA CORRUPTION, L,IGNORANCE, L,INCOMPETENCE ET LE M,ENFOUTISME SONT LES CARACTERISTIQUES DE TOUS LES ABRUTIS ALIBABISTES QUI GOUVERNEMT SUR TOUTES LES ECHELLES CE PAUVRE PAYS. A QUAND LE BON DEBARRAS ?

Lecteurs OLJ

M. Harb était à Taef, il sait très bien en bon juriste qu’il est, qu’un accord ne peut se transformer en constitution. Il l’a accepté en se disant que demain pourquoi pas pas...
M. Harb fut l’un des ténors du 14 mars, mort et enterré par ses propres amis politiques, qui l’on ensuite jeté par dessus-bord et abandonné comme un malpropre.
M. Harb a fait copain copain avec tout le monde, cela ne lui a servi à rien.
M. Harb critique Iznogoud, il n’est pas le seul à trouver qu’il en fait trop, à ne pas le porter dans son cœur, et penser qu’en déplaçant l’air il devient potentiellement dangereux et pour sa communauté et pour son pays.
Enfin je dois reconnaître à M. Harb une très belle chose au niveau national, la fête du drapeau qu’il instaurée. Elle sensibilise les jeunes à l’amour du pays.
Merci M.Harb, sans vous excommunier, je vous pardonne vos errements.
Georges Tyan

Yves Prevost

"Certains veulent se transformer en leaders sans avoir le fond et la culture pour le faire".
"Certains", ou, à tout le moins, "certain".
On peut avoir passé des années au gouvernement et rester novice en politique.
"Malheur à la ville dont le prince est un enfant!

Saliba Nouhad

Qu’on le veuille ou pas, que l’on aime le personnage ou pas, mais il faut avouer que c’est l’un des politiciens Libanais le plus intègre, le plus éduqué et le plus nationaliste au milieu de cette grotte d’Ali Baba et ce, depuis plus de 40 ans de vie politique...
On a pu entendre beaucoup de critiques et de médisance à son égard, mais il ne s’est jamais acoquiné avec un parti politique, ni créé sa propre milice féodale, ni participé aux massacres et la folie de la guerre civile et n’a aucun mort sur la conscience...
Il avait et a toujours le respect de citoyens de toutes les confessions et a toujours tenu des discours nationalistes purs et durs, loin des surenchères et a dénoncé tous les abus de tous bords: il s’était même mis à dos feu Rafic Hariri car il le considérait l’homme qui vendait le pays aux Saoudiens mais a rejoint les rangs de la résistance nationale après son assassinat qui avait mis fin à la tutelle syrienne et critiqué par la suite tout haut la mainmise du Hezbollah qu’il dérangeait et qui avait bien essayé de l’éliminer lors d’un attentat manqué...
C’est dans ce contexte qu’il faudrait comprendre la portée de votre entrevue avec lui et prendre bien au sérieux ses propos alarmistes sur les amateurs inconscients et dangereux qui nous gouvernent et qui mènent le pays vers l’inconnu!

Homsy Christian

Le genre de politicien qui nous honore. Malheureusement une espèce en voie de disparition.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants