X

À La Une

L'EI n'a jamais été vraiment vaincu, estiment officiels et experts

jihadisme

Dans un rapport, le Conseil de sécurité de l'ONU estime que Daech "s'adapte, se consolide et crée les conditions d'une éventuelle résurgence dans ses bastions en Irak et en Syrie".

OLJ/AFP/Michel MOUTOT
14/08/2019

Le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie n'a pas été vraiment vaincu et sa résurgence, sous cette appellation ou une autre, n'est qu'une question de temps, préviennent officiels et experts.

Contredisant l'affirmation du président Donald Trump selon laquelle l'organisation jihadiste avait été défaite, de récents rapports de groupes de réflexion, des Nations Unies mais aussi du Pentagone décrivent une organisation, certes privée d'assise territoriale et passée dans la clandestinité, mais toujours active, disposant de milliers de combattants, de millions de dollars et d'un réseau de propagande et de soutien mondial.

Dans un rapport intitulé "Ne parlez pas d'un retour : la persistance de l'État islamique", le cabinet d'analyse Soufan Center estime que "l'EI est bien vivant et en bonne santé en Irak et en Syrie". "Il est clair que l'EI est en mesure de maintenir son insurrection dans un avenir prévisible", écrit le Soufan Center. "Il n'est pas question de son retour en Irak et en Syrie : le groupe et ses membres n'en sont jamais partis".
La perte progressive des territoires qu'il contrôlait, face à une coalition internationale surpuissante, ne s'est pas accompagnée d'une fuite ou d'une démobilisation de ses combattants mais d'une dispersion, d'un passage à la clandestinité favorisés par la mauvaise gouvernance des zones libérées, le retrait partiel des forces américaines et les dissensions au sein de ses adversaires.

Dans un rapport rendu public mardi, l'Inspecteur général du Pentagone estime que "même s'il a perdu son +califat+ territorial, l'EI a renforcé ses capacités insurrectionnelles en Irak et a repris ses activités en Syrie ce trimestre". L'EI a pu "regrouper et soutenir des opérations" dans ces deux pays en partie parce que les forces locales "restent incapables de maintenir des opérations à long terme, de conduire des opérations simultanément, ou de garder le territoire qu'elles ont libéré", ajoute-t-il.


(Lire aussi : Dans une vidéo, l'EI promet d'intensifier ses attentats contre la coalition et les kurdes de Syrie)



Saper l'autorité 
Dans un rapport datant de la mi-juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU estime lui aussi que "l'EI s'adapte, se consolide et crée les conditions d'une éventuelle résurgence dans ses bastions en Irak et en Syrie". "Le processus est plus avancé en Irak, où son chef Abou Bakr al-Baghdadi et la plupart de ses dirigeants sont désormais basés", ajoutent les experts des Nations unies.

Il y a en Irak comme en Syrie des zones grises, mal contrôlées par les autorités dans lesquelles des cellules de l'EI ont pu se reconstituer, notent les auteurs de ces rapports. Ailleurs, des cellules clandestines ont recours aux assassinats ciblés, aux attentats, aux embuscades, au racket, aux menaces pour affaiblir leurs ennemis.

Une campagne de mise à feu des récoltes s'est déroulée cet été dans plusieurs régions, afin de miner l'autorité des pouvoirs locaux et de démontrer leur incapacité à contrôler et reconstruire les zones ravagées par la guerre.

Détournant le slogan de l'EI, "Se maintenir et s'étendre", le groupe de réflexion Rand Corp. a titré son rapport, paru la semaine dernière, "Revenir et s'étendre ?". Selon les experts de la Rand, qui ont étudié "les finances et les perspectives de l'État islamique après le Califat", le groupe pourrait encore disposer d'un trésor de guerre de plus de 400 millions de dollars, dissimulé sous une multitude de formes différentes et clandestines, en Syrie, en Irak et dans les pays voisins. "Si l'EI prévoit un retour, comme nous pensons que c'est le cas, le groupe va s'en tenir aux recettes qui marchent : diversifier son portefeuille financier afin de disposer de financements fiables et stables", estime la Rand. "Le groupe a déjà été donné pour vaincu", ajoutent ses experts. "Son talent pour se financer par des activités criminelles va se révéler utile : ses membres vont racketter, kidnapper, tuer, voler, trafiquer pour se procurer l'argent nécessaire à leur survie".

Dans une vidéo postée dimanche par son organe de propagande, la deuxième depuis sa défaite militaire en mars, l'EI a promis d'intensifier le "combat" contre la coalition dirigée par les Etats-Unis et ses alliés kurdes. "Le feu de la bataille entre nous et eux a été rallumé et va s'intensifier" menace l'EI, sur des images d'exécutions.



Lire aussi
Un tribunal « hybride » en Irak pourrait-il être la solution pour juger les étrangers de l’État islamique ? (2/2)

Vers un « Nuremberg » pour l'État islamique ? (1/2)

Le Pentagone constate une "résurgence" de l'EI en Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

"s'adapte, se consolide et crée les conditions d'une éventuelle résurgence dans ses bastions en Irak et en Syrie".

Des terroristes enclavés hais par tout le monde ne peuvent survivre plus d'un mois.

Seulement voilà depuis toujours ils ont un soutien de taille.

UN SEUL PAYS RESPONSABLE : LA TURQUIE

ouvrez les yeux et regardez bien où se trouvent ces terroristes et qui les financent et arment ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,E.I. A ETE MENAGEE PAR TOUS, CHACUN POUR DES RAISONS SPECIFIQUES A LUI. IL N,Y A PAS DE DECISION GENERALE POUR EN FINIR. ON EN A ENCORE BESOIN SUR LE TERRAIN.

MIROIR ET ALOUETTE

On va voir al baghdadi, agent israelien, ressortir du chapeau du clown américain .

Il fallait être idiot pour croire que cet état wahabite bis ait pu être éradiqué par ses concepteurs yanky.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La visite du ministre des AE turc à Beyrouth, un timing sensible

Un peu plus de Médéa AZOURI

Les ami(e)s de mes ami(e)s

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants