Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Qabr Chmoun : les négociations désormais centrées autour d'une réconciliation Joumblatt-Arslane

Nabih Berry et Saad Hariri refusent catégoriquement le vote en Conseil des ministres sur la saisine de la Cour de justice, qui risque selon eux, de diviser le pays. 

Les deux leaders druzes libanais Walid Joumblatt (d) et Talal Arslane. Photo Archives/OLJ

Les efforts de règlement des incidents de la Montagne, ayant fait deux morts il y a un mois et qui paralysent depuis la tenue d'une réunion gouvernementale, sont revenus à la case départ et les protagonistes vont désormais se pencher sur une nouvelle proposition pour sortir de la crise, rapporte notre correspondante à Baabda, Hoda Chedid, qui cite des sources proches des négociations. Cette nouvelle proposition serait basée sur une réconciliation totale entre les rivaux druzes, le chef du Parti démocrate libanais Talal Arslane et le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt. 

Selon ces sources, la proposition qui était jusque là discutée par les différents médiateurs, notamment le directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, et le président de la Chambre, Nabih Berry, consistait en un vote, au sein du Conseil des ministres, concernant la saisine de l'affaire par la Cour de justice.


(Lire aussi : Qabr Chmoun : optimisme prudent... En attendant les actes concrets)



Le recours à ce tribunal d'exception est la revendication principale de Talal Arslane. Cette revendication est catégoriquement rejetée, non seulement par Walid Joumblatt, mais également par M. Berry et le Premier ministre, Saad Hariri, qui craignent qu'un vote sur la saisine de la Cour de justice ne divise le pays.

Une nouvelle proposition a dès lors été faite, basée sur une réconciliation complète entre les deux rivaux druzes avant convocation du gouvernement à la table du Conseil. Selon les sources de notre correspondante, cette résolution nécessite encore du temps, mais la plupart des responsables politiques estiment que la réconciliation est la seule issue possible à la crise. 

Suite aux incidents du 30 juin dans le village de Qabr Chmoun (caza de Aley), au cours desquels des tirs ont opposé des partisans du Parti démocrate libanais de Talal Arslane à ceux de M. Joumblatt, le chef du gouvernement a pris l'initiative de ne pas convoquer le Conseil des ministres afin d'éviter d'attiser les tensions entre les différentes parties impliquées dans l'affaire. Après l'échec de toutes les tentatives de médiations entreprises jusque-là, les contacts politiques en vue de redynamiser l'action du gouvernement avaient repris en début de semaine, et avaient culminé avec une réunion élargie, mercredi à Baabda. 



Lire aussi 
Qabr Chmoun : face à l’impasse, rebelote pour un nouveau round de tractations...

Redynamiser le gouvernement, la mission plus difficile que jamais de Saad Hariri

« Nasrallah ne peut pas décider du cours de la justice », martèle Joumblatt

Mises en garde occidentales contre une chute du cabinet Hariri

Nasrallah : Dire que le Hezbollah contrôle le Liban est un mensonge

Geagea à « L’OLJ » : Le scénario de Saydet el-Najate se répète avec Walid Joumblatt

Joumblatt à « L’OLJ » : « Le dialogue ? Oui. La capitulation ? Jamais ! »




Les efforts de règlement des incidents de la Montagne, ayant fait deux morts il y a un mois et qui paralysent depuis la tenue d'une réunion gouvernementale, sont revenus à la case départ et les protagonistes vont désormais se pencher sur une nouvelle proposition pour sortir de la crise, rapporte notre correspondante à Baabda, Hoda Chedid, qui cite des sources proches des négociations....

commentaires (3)

C'est bien dommage que joumgirouette s'en sorte à si bon compte. On aurait dû le neutraliser. Il ne perd rien pour attendre le prochain round qui le verra définitivement mis sur la touche.

FRIK-A-FRAK

23 h 32, le 01 août 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • C'est bien dommage que joumgirouette s'en sorte à si bon compte. On aurait dû le neutraliser. Il ne perd rien pour attendre le prochain round qui le verra définitivement mis sur la touche.

    FRIK-A-FRAK

    23 h 32, le 01 août 2019

  • L,UN DES DEUX EST MANIPULE PAR SES MAITRES ET PREND EN OTAGE L,ETAT.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    22 h 21, le 01 août 2019

  • Entre chefs de tribus tout peut marcher . Cessez de paralyser le pays messieurs .

    Antoine Sabbagha

    21 h 17, le 01 août 2019

Retour en haut