Repère

Hydrocarbures offshore : le Liban poursuit ses discussions avec ses voisins, assure Boustani

La ministre de l’Énergie a souligné qu’une confirmation des réserves supposées d’hydrocarbures du pays constituait la « pierre angulaire » du plan de réforme du secteur de l’électricité.

La ministre de l’Énergie et de l’Eau, Nada Boustani, s’exprimait lors d’un atelier consacré à la promotion du second round d’attribution des licences d’exploration et de production d’hydrocarbures offshore. Photo DR

La ministre de l’Énergie et de l’Eau, Nada Boustani, a rappelé hier que le Liban poursuivait les discussions avec Chypre en vue d’établir un « accord-cadre » pour organiser les opérations de forage dans les « réservoirs communs », selon un communiqué publié hier. Elle a en outre évoqué les pourparlers avec l’Égypte, qui est un des pays partenaires, avec Chypre, la Grèce et Israël du projet de gazoduc EastMed, qui doit relier l’État hébreu à l’Europe. Mme Boustani s’exprimait lors d’un atelier organisé par le ministère et l’Autorité de l’énergie (LPA) au Crowne Plaza, à Beyrouth, et consacré à la promotion du second round d’attribution des licences d’exploration et de production d’hydrocarbures offshore.

La découverte de gisements au large de plusieurs pays de Méditerranée orientale ces dernières années a donné lieu à des tensions entre divers pays de la région sur les droits et les frontières maritimes.

Le Liban a octroyé en février 2018 ses premières licences d’exploration et de production des hydrocarbures offshore pour deux blocs sur les dix que compte sa ZEE (n° 4, centre-Est et n° 9, Sud-Est) au consortium Total-Eni-Novatek. Le forage du premier puits, qui doit permettre de confirmer le potentiel du pays, est programmé pour la fin d’année. Entre-temps, le Liban a lancé un second round d’attribution, mettant cette fois en jeu cinq nouveaux blocs (n° 1, nord-ouest ; n° 2, nord-est ; n° 5, centre-ouest ; n° 8, sud-est ; et n° 10, sud-ouest). Les compagnies intéressées ont jusqu’au 31 janvier 2020 pour préparer et présenter leurs dossiers.


(Lire aussi : Hydrocarbures : Russes et Européens intéressés par le Liban, selon Boustani)



« Pierre angulaire »

Or, Israël revendique une partie du bloc 9, où les opérations de forage doivent démarrer en 2020. Au printemps, le dossier a bénéficié de la médiation du diplomate américain David Satterfield qui a fait la navette pendant plusieurs semaines entre Beyrouth et Tel-Aviv, sans toutefois réussir à dégager un compromis. Lundi, le Premier ministre Saad Hariri a assuré qu’il œuvrait « sans relâche » pour lancer les négociations sur les frontières maritimes avec Israël. En avril, le président Michel Aoun avait déclaré que le Liban refusait de se joindre à toute alliance internationale dont ferait partie Israël – que le pays du Cèdre ne reconnaît pas –, notamment en ce qui concerne l’exploitation d’hydrocarbures offshore. Mme Boustani a en outre souligné que la découverte de réserves supposées d’hydrocarbures situées dans la zone économique exclusive (ZEE) libanaise constituait la « pierre angulaire » du plan de réforme du secteur de l’électricité approuvé début avril par le gouvernement.


(Lire aussi : Projet du gazoduc EastMed reliant Israël à l'Europe : quel impact sur le Liban ?)



Cette réforme est un des principaux engagements pris par les dirigeants libanais lors de la Conférence de Paris d’avril 2018 (la CEDRE). Près de 2 milliards de dollars d’avances du Trésor ont été accordées à EDL en 2018 pour lui permettre notamment d’acheter le carburant nécessaire à la production de courant, alors que ses capacités ne lui permettent pas d’alimenter tous les foyers libanais 24 heures sur 24, obligeant la quasi-totalité d’entre eux à s’abonner à des générateurs privés. Pour remédier à cette situation qui dure depuis plusieurs décennies, le plan prévoit notamment la construction, dans les prochaines années, de nouvelles centrales – la phase de préqualification a été ouverte le 12 juillet – et la mise en service de plusieurs unités flottantes de stockage et de transformation du gaz liquéfié (FSRU). Les offres de six candidats sont actuellement évaluées par le ministère.


Lire aussi

Gaz au large de Chypre : la Turquie veut se montrer incontournable

Sissi valide la construction d’un gazoduc entre l’Égypte et Chypre

Hydrocarbures offshore : Energean annonce une découverte au large d’Israël, non loin de la frontière libanaise

Hydrocarbures offshore : Beyrouth et Nicosie préparent une « alliance »

La Grèce, futur « pont » pour le passage des hydrocarbures offshore


La ministre de l’Énergie et de l’Eau, Nada Boustani, a rappelé hier que le Liban poursuivait les discussions avec Chypre en vue d’établir un « accord-cadre » pour organiser les opérations de forage dans les « réservoirs communs », selon un communiqué publié hier. Elle a en outre évoqué les pourparlers avec l’Égypte, qui est un des pays partenaires,...

commentaires (3)

15h31 L'Egypte se dit prêt à aider le Liban dans les secteurs de l'énergie et de l'électricité. Si l'intermédiaire des bataux turcs-centrales électriques ne s'en mêle pas, cette offre est valable qu'il faut la saisir au plus vite.

Honneur et Patrie

16 h 11, le 24 juillet 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • 15h31 L'Egypte se dit prêt à aider le Liban dans les secteurs de l'énergie et de l'électricité. Si l'intermédiaire des bataux turcs-centrales électriques ne s'en mêle pas, cette offre est valable qu'il faut la saisir au plus vite.

    Honneur et Patrie

    16 h 11, le 24 juillet 2019

  • EN EXCLUANT LE VOISIN LE PLUS IMPORTANT DANS SES CONTACTS POUR LES HYDROCARBURES LE LIBAN RISQUE DE S,EXCLURE DU MARCHE EST MEDITERRANEEN VERS L,EUROPE. UNE TRES GROSSE GAFFE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 15, le 24 juillet 2019

  • LE LIBAN REFUSAIT DE SE JOINDRE A TOUTE ALLIANCE INTERNATIONALE DONT ISRAEL FERAIT PARTIE MEME POUR LES HYDROCARBURES. EST-CE UNE DECLARATION DE LA LOGIQUE QUI SAUVEGARDE LES INTERETS DU PAYS LORSQUE LA PALESTINE MEME Y FAIT PARTIE ? ON LANCE DES PAROLES IRRESPONSABLES EN L,AIR.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 05, le 24 juillet 2019