X

À La Une

Critiques après des restrictions américaines à une visite de Zarif à New York

Etats-Unis

Au cours de son séjour, le ministre iranien peut se rendre au siège des Nations unies, situé dans l'est de Manhattan, mais il doit rester dans un périmètre restreint autour de ce lieu.

OLJ/AFP
16/07/2019

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, doit participer mercredi à une réunion de l'ONU sur le développement durable, après avoir obtenu un visa entouré de restrictions américaines qui ont suscité des critiques lundi de l'Organisation.

Washington, qui a menacé récemment de prendre des sanctions contre le ministre iranien, lui a accordé un visa d'entrée aux Etats-Unis, mais qui a été assorti de limites sur sa capacité à se déplacer, selon le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

Le secrétariat de l'ONU "est au courant de mesures restrictives imposées récemment par le pays d'accueil (du siège des Nations unies, les Etats-Unis) au personnel de la mission permanente de l'Iran" auprès de l'Organisation, a indiqué à des médias son porte-parole adjoint, Farhan Haq. Il "est en contact étroit avec les missions (diplomatiques) permanentes des Etats-Unis et de l'Iran à ce sujet et a transmis ses préoccupations au pays hôte", a-t-il ajouté.

Arrivé ce week-end à New York, Mohammad Javad Zarif a donné lundi plusieurs entretiens à des médias américains, selon la mission iranienne auprès de l'ONU. Dans un entretien avec la chaîne NBC, M. Zarif a accusé les Etats-Unis de "jouer avec le feu" tout en assurant une nouvelle fois que son pays ne souhaitait pas se doter de l'arme nucléaire. "Nous ne somme pas sur le point de développer des armes nucléaires. Si nous avions voulu développer des armes nucléaires, nous aurions été capable de le faire il y a longtemps", a-t-il affirmé.



(Pour mémoire : L'Iran aspire à de bonnes relations avec Riyad et ses alliés, affirme Zarif)



Au cours de son séjour, Mohammad Javad Zarif peut se rendre au siège des Nations unies, situé dans l'est de Manhattan, mais il doit rester dans un périmètre restreint autour de ce lieu, qui inclut, à quelques rues de là, l'immeuble abritant la mission iranienne auprès de l'ONU.

"Les diplomates américains ne se promènent pas autour de Téhéran, nous ne voyons donc aucune raison à ce que les diplomates iraniens puissent se déplacer librement à New York", a expliqué Mike Pompeo au quotidien Washington Post. Selon lui, le chef de la diplomatie iranienne utilise les libertés d'accueil octroyées par les Etats-Unis afin "de diffuser une propagande malveillante".

Etat hôte du siège des Nations unies, les Etats-Unis ont en principe l'obligation d'accorder rapidement des visas aux Etats qui en font la demande pour permettre à leurs responsables d'assister à des réunions à l'ONU.

Visiteur régulier de New York où il participe à des tables-rondes et rencontre des médias américains, Mohammad Javad Zarif doit intervenir mercredi à une réunion de l'ONU sur les objectifs de développement durable 2030 organisée par le Conseil économique et social de l'Organisation.

Le fait que les Etats-Unis n'aient pas imposé de sanctions à son encontre, comme annoncé récemment, est interprété comme le signe d'une volonté de l'administration de Donald Trump de garder un canal de communication possible avec l'Iran.

Mohammad Javad Zarif a indiqué récemment au quotidien New York Times que d'éventuelles sanctions ne l'affecteraient pas, ne possédant pas de biens aux Etats-Unis. Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès de la mission iranienne auprès de l'ONU.

Les Etats-Unis et l'Iran n'ont plus de relations diplomatiques depuis la révolution islamique iranienne de 1979.



Lire aussi

L’UE fait bloc pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien

Les États-Unis et leurs alliés veulent jouer les sentinelles dans le Golfe

L’Iran isolé dans son bras de fer avec les États-Unis

Comme les Européens, l'Irak a un système pour contourner les sanctions contre l'Iran

Nucléaire : Téhéran franchit un seuil imposé par l'accord de 2015

Les Européens n’ont jamais été en mesure de sauver le JCPOA




À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Atalante fugitive

Bah, on ne sait pas vraiment pour qui celui-là roule, il cache bien son jeu....

MIROIR ET ALOUETTE

Ét s'il avait envie de se rendre en boîte de nuit dans le new York branché, il sera tenu de rester dans son périmètre restreint ? Lol.

Idiot de croire qu'on peut réduire la fierté d'un peuple à ce genre de comportement .

L'Amérique en déclin ne plus que ce genre de moyen de pression pour exister .

Ils ne peuvent plus rien imposer, ni eux ni leur acolyte.

Bustros Mitri

Quand on a menti pendant si longtemps, caché des centrales nucléaires sous-terre, mené un programme d’armement parallèle en secret, arraché aux pays européens des concessions qu’ils étaient forcés d’accepter, car n’ayant pas les moyens de mettre de pressions véritables dans la négociation, voilà qui explique la situation actuelle, et le manque de confiance ...Ceci sans parler de la politique expansionniste de l’Iran, construite sur des cadavres , à l’extérieur comme à l’extérieur.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNFAIR ! SIGNE DE NERVOSITE ET DE REVANCHE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Impression de Fifi ABOU DIB

Cartables

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants