X

À La Une

L'Iran aspire à de bonnes relations avec Riyad et ses alliés, affirme Zarif

Diplomatie

"Nous étions contre la pression sur le Qatar, nous croyons toujours que la pression sur le Qatar est contre le droit international", dit le chef de la diplomatie iranienne.

OLJ/AFP
01/05/2019

Téhéran aspire à de bonnes relations avec l'Arabie saoudite et ses alliés, a déclaré mercredi le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, espérant un règlement de la crise entre Riyad et le Qatar.

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs liens avec le Qatar en juin 2017 en l'accusant de soutenir des groupes extrémistes sunnites et de se rapprocher de l'Iran chiite.

"Nous entretenons de très bonnes relations avec le Qatar, le Koweït, Oman et nous espérons avoir le même type de relations avec l'Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis", a affirmé Mohammad Javad Zarif à des journalistes en marge d'une réunion sur la coopération en Asie à Doha. "Nous espérons également que les pays du (Golfe) pourront régler leurs différends pacifiquement. Nous étions contre la pression sur le Qatar, nous croyons toujours que la pression sur le Qatar est contre le droit international", a-t-il dit.

Outre la rupture des relations diplomatiques, les adversaires de Doha ont imposé un embargo terrestre, maritime et aérien au Qatar qui a rejeté leurs accusations, affirmant que Riyad et ses alliés cherchaient à mettre sa politique étrangère sous tutelle.

M. Zarif a accusé Washington d'être responsable de l'instabilité dans la région.

De son côté, le chef de la diplomatie qatari, cheikh Mohammed ben Abderrahmane al-Thani, a appelé l'Iran et les Etats-Unis à entamer un dialogue pour régler leur conflit. Il a jugé au cours d'une conférence de presse que le renforcement des sanctions américaines visant les exportations pétrolières iraniennes ne donnerait pas "de résultats positifs" et estimé que "le règlement des crises devait se faire par la voie du dialogue".

Les Etats-Unis ont renforcé le 22 avril leur campagne de "pression maximale" pour faire plier l'Iran, en mettant fin aux dérogations qui permettaient encore à huit pays d'acheter du pétrole iranien sans contrevenir aux sanctions économiques extraterritoriales américaines. Selon les prévisions du FMI, les sanctions contre l'Iran et l'instabilité pèsent d'ores et déjà sur la croissance économique de la région.

"Nous exhortons l'Iran et les Etats-Unis à s'asseoir à la table du dialogue et à trouver des solutions durables à cette crise", la région étant déjà affectée par plusieurs conflits, a souligné le ministre qatari, dont le pays abrite la plus grande base américaine au Moyen-Orient.
L'Arabie saoudite a rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran en janvier 2016 après des attaques contre des missions diplomatiques saoudiennes en Iran, consécutives à l'exécution d'un dignitaire chiite en Arabie saoudite. Riyad et Abou Dhabi accusent aussi l'Iran de soutenir militairement les rebelles houthis qu'ils combattent au Yémen.



Pour mémoire

Zarif dénonce une "équipe des B" qui pousse Trump vers un conflit avec l'Iran


Lire aussi

Arabie-Iran : passe d'armes entre Kassem et Ahmad Hariri

Pétrole iranien : les alliés de Washington "mécontents", selon Téhéran

Selon Trump, Riyad "et d'autres" sont prêts à augmenter leur production de pétrole

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MONTREZ-LE EN ACTES ET NON EN PAROLES EN DESARMANT ET ANNULANT TOUTES VOS MILICES DANS LES PAYS ARABES.

Irene Said

Presque un bouquet de brins de muguet pour ce premier mai !
Pourquoi pas...?
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants