X

À La Une

Austérité : les militaires à la retraite dans la rue menacent d'escalade

Liban

"Notre présence ici est un message d'avertissement à ce gouvernement failli (...). Tous les lieux sont des cibles potentielles, notamment l'aéroport", ont mis en garde les manifestants, en défiant les autorités.

OLJ
19/06/2019

Les militaires libanais à la retraite, qui craignent des mesures d'austérité qui pourraient les toucher dans le budget 2019, sont redescendus dans la rue mercredi, tenant un sit-in à Beyrouth émaillé de tensions avec les forces de l'ordre. Les protestataires ont également menacé les autorités de recourir à des mesures d'escalade, notamment le blocage de l'accès à l'aéroport de Beyrouth.

Dès 7h du matin, les manifestants se sont rassemblés devant le siège de la Direction des recettes à l'avenue Béchara el-Khoury, à la périphérie du centre-ville de Beyrouth.

Les manifestants, qui bloquaient l'entrée du bâtiment public, ont laissé éclater leur colère lorsqu'ils ont vu, selon leurs dires, les forces de l'ordre faciliter l'entrée des fonctionnaires via un immeuble voisin. Les militaires à la retraite ont alors demandé à ces derniers d'évacuer le bâtiment qu'ils comptent bloquer pendant trois jours, selon la chaîne LBCI. Les protestataires ont également dressé des tentes sur les lieux.

Ces anciens militaires manifestent régulièrement depuis plusieurs semaines pour protester contre les mesures d’austérité qui pourraient toucher leurs indemnités et pensions de retraite dans le cadre du projet de budget pour l’année en cours. Ce texte prévoit notamment une ponction mensuelle de 3 % sur les pensions de retraite des anciens militaires, qui servira à financer leur couverture maladie, et le plafonnement du total des indemnités perçues par les militaires (ainsi que par les autres fonctionnaires) au cours d’une année à l’équivalent de 75 % de leur salaire principal pour la même année. Mais le Parlement doit encore valider ce texte.


(Lire aussi : La commission des Finances approuve l’interdiction des budgets annexes)


Bloquer l'aéroport

"Les propos des responsables ne sont que des promesses qui attendent encore de se concrétiser", a dénoncé le général à la retraite Georges Nader, dans des propos rapportés par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). "Demain, des mesures d'escalade sont prévues, surtout après le vote qui aura lieu lors de la séance parlementaire. Nous n'allons pas couper des routes. Et si nous décidons de le faire, nous en informerons les citoyens au préalable. Mais dans ce cas, le blocage des routes se fera sur tout le territoire libanais", a prévenu l'ancien militaire.

Lors d'un point de presse tenu vers 11h, l'un des porte-paroles des manifestants a lancé un avertissement au gouvernement : "Notre présence ici est un message d'avertissement à ce gouvernement failli qui veut faire adopter un budget de la honte et de l'humiliation. Nous disons à ce gouvernement que tous les lieux sont des cibles potentielles, notamment l'aéroport", a dit ce porte-parole, en allusion à un éventuel blocage de l'AIB.

La loi de finances, approuvée par le gouvernement le 29 mai dernier, est examinée depuis plusieurs jours par la commission parlementaire des Finances et du Budget. La commission parlementaire des Finances et du Budget n’a finalement pas réussi à conclure hier soir l’examen de la centaine d’articles que compte le projet de loi de finances pour 2019 approuvé par le gouvernement le 29 mai dernier. La commission a démarré le 10 juin l’examen du projet de budget pour 2019, qui devra ensuite être approuvé par le Parlement. Ce processus, qui accuse plusieurs mois de retard sur le calendrier prévu par la Constitution, représente une étape décisive pour les autorités libanaises qui doivent rapidement mettre en œuvre leurs engagements pris lors de la conférence de Paris d’avril 2018 (CEDRE), parmi lesquels figurent la promesse de réduire le déficit public. Les députés avaient prévu de conclure aujourd’hui l’examen des articles du projet de loi de finances avant de s’attaquer aux budgets des ministères.


Pour mémoire

Les retraités de l’armée adressent aux députés une note sur leurs revendications

Budget : le général Joseph Aoun déplore "les campagnes menées contre l'armée"


Lire aussi

La commission des Finances va amender la taxe temporaire de 2 % sur les importations

Budget 2019 : les objectifs fixés sont-ils réalistes ?

Les chiffres-clés du projet de budget de 2019

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Les militaires à la retraite dans la rue, ils craignent les mesures d'austérité... La "Grande muette" est ébullition... Le Trésor de l'Etat est presque tarie après les dépenses inutiles sur le vote des émigrés, sur les déplacements fréquents plus que superflus dans les quatre coins de la planète Terre y compris à Wellington en Nouvelle Zélande (?) et vers des destinations inhabitées...
Quant aux anciens bidasses, ils n'ont qu'à se débrouiller

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AUCUN LIBANAIS NE VEUT PARTICIPER AU SAUVETAGE DE SON PAYS. A COMMENCER PAR NOS ABRUTIS CORROMPUS ET INCOMPETENTS. C,EST TRES TRISTE ET TRES MALHEUREUX DE LE VOIR. PAUVRE LIBAN. TES ASSASSINS SONT TES PROPRES ENFANTS. DES PARRICIDES !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants