X

À La Une

Le Pentagone accentue sa pression militaire sur l'Iran

Crise

L'USS Arlington avec à son bord des Marines, des véhicules, des équipements de débarquement et des hélicoptères, ainsi qu'un système de défense aérienne, ont pris la direction du Moyen-Orient.

OLJ/AFP
11/05/2019

Le Pentagone a annoncé vendredi l'envoi au Moyen-Orient d'un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et d'une batterie de missiles Patriot, s'ajoutant au déploiement dans la région d'un porte-avions face à des menaces d'attaques "imminentes" attribuées à l'Iran.

C'est l'USS Arlington, un navire de guerre ayant à son bord des Marines, des véhicules amphibies ainsi que des équipements conventionnels de débarquement et des hélicoptères, qui a pris la direction du Moyen-Orient, ainsi qu'un système de défense aérienne Patriot.

"Ces équipements vont se joindre au groupe de frappe du porte-avions USS Abraham Lincoln et au détachement spécial de bombardiers de l'US Air Force dans la région du Moyen-Orient en réaction à des indications sur une amélioration des préparatifs des Iraniens pour mener des opérations offensives contre les forces américaines et nos intérêts", a justifié le ministère américain de la Défense dans un communiqué.

Le Pentagone a précisé "continuer à surveiller de près les activités du régime iranien, leur armée et leurs affidés", tout en assurant que les Etats-Unis "ne cherchent pas un conflit avec l'Iran". "Nous sommes en position et prêts à défendre les forces et intérêts américains dans la région", a-t-il ajouté.

L'annonce du déploiement dans le Golfe du porte-avions USS Abraham Lincoln et d'une force de bombardiers B-52 est intervenue dimanche soir par un communiqué de la Maison Blanche.

Le conseiller à la sécurité nationale John Bolton y évoquait de manière très vague une "réponse à des indications et à des avertissements inquiétants qui ont engendré une escalade", avant d'adresser "un message clair et sans équivoque au régime iranien: nous répondrons de manière implacable à toute attaque contre les intérêts des Etats-Unis ou de nos alliés".



(Lire aussi : Le Hezbollah et les risques d’une guerre régionale, le décryptage de Scarlett HADDAD)



Et vendredi, le Centcom, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient et en Afghanistan, a annoncé que les B-52 étaient arrivés dans leur zone d'opération le 8 mai, sans préciser où ils se trouvaient.

Dans un climat de tension exacerbée avec Washington, Téhéran a décidé mercredi de s'affranchir de deux des engagements de l'accord international visant à l'empêcher de se doter de la bombe atomique, accord que le président Trump a unilatéralement dénoncé il y a un an.

L'Iran a ainsi fait savoir qu'il cessait de limiter ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi, revenant sur des restrictions consenties par l'accord conclu à Vienne en juillet 2015.

Ces décisions, a précisé Téhéran, sont une réponse aux sanctions unilatérales imposées par Washington depuis sa sortie de l'accord, et qui ont porté un coup sévère à l'économie iranienne.

Téhéran n'avait pas réagi samedi à la dernière annonce américaine, mais plus tôt dans la semaine il avait minimisé l'importance de l'annonce concernant l'USS Abraham Lincoln, affirmant que les forces iraniennes avaient observé l'entrée en Méditerranée de ce navire 21 jours plus tôt.

"La déclaration de M. Bolton est une tentative maladroite d'utiliser une nouvelle déjà connue à des fins de guerre psychologique", avait déclaré Keyvan Khosravi, porte-parole du Conseil suprême de sécurité nationale.

M. Trump de son côté avait affirmé jeudi être ouvert à des discussions avec l'Iran. "Je voudrais qu'ils m'appellent", a-t-il déclaré devant les journalistes à la Maison Blanche. "Nous voulons simplement qu'ils n'aient pas d'armes nucléaires. Ce n'est pas demander beaucoup", a-t-il ajouté.

Mais quelques heures plus tard, le Secrétaire d'Etat Mike Pompeo redisait que toute attaque de l'Iran s'attirerait une réponse "rapide et décisive" des Etats-Unis.



Lire aussi

Les sanctions économiques démystifiées

Pas question de discuter avec les Américains, affirment les pasdaran

Quelle stratégie pour les Européens après les menaces de Téhéran ?


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOUS VOULONS SIMPLEMENT QU,ILS N,AIENT PAS DES ARMES NUCLEAIRES DIT TRUMP. EST-CE UN CHANGEMENT MAJEUR ? CAR AVANT IL LEUR AVAIT IMPOSE DOUZE CONDITIONS POUR DISCUTER AVEC EUX... S,ILS DISCUTENT !
BRUIT DE BOTTES OU BRUIT D,AIR ?

Bustros Mitri

Curieusement , le ton guerrier , mettant en garde les États Unis de ne pas jouer avec la queue du lion , entre autres, s’est bien calmé...

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Idleb n’est pas Alep, mais...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants