X

À La Une

Y a-t-il une taupe dans la campagne du rival de Netanyahu?

Israël

Le général Benny Gantz confronté à une nouvelle fuite de propos apparemment enregistrés à son insu.

OLJ/Agences
01/04/2019

Le général Benny Gantz, principal adversaire du Premier ministre israélien aux prochaines élections, est confronté à une nouvelle fuite de propos apparemment enregistrés à son insu et potentiellement préjudiciables à sa campagne contre Benjamin Netanyahu.

Les médias israéliens ont diffusé lundi un enregistrement de propos tenus selon eux par M. Gantz se disant prêt à entrer dans un gouvernement Netanyahu à certaines conditions, contrairement à ses récentes déclarations publiques, rapporte l'AFP. Il y dit aussi n'avoir confiance dans aucune des autres personnalités conduisant la liste centriste "Bleu-blanc" derrière lui et avec lesquelles il pourrait être appelé à gouverner si "Bleu-blanc" l'emportait.

Personne n'a contesté que c'était bien M. Gantz qui parlait. Mais Gaby Ashkenazy, un des colistiers de M. Gantz et ancien chef d'état-major comme lui, a déclaré sur la radio militaire qu'il n'y avait "pas de quoi s'émouvoir". "Il s'agit d'enregistrements anciens", a-t-il dit. On ignore quand l'enregistrement a eu lieu.

Après avoir laissé la porte ouverte à sa participation à un gouvernement Netanyahu, M. Gantz en a écarté l'idée récemment en raison de la menace d'inculpation pour corruption planant sur le Premier ministre sortant. M. Ashkenazy a indiqué que cette ligne restait inchangée.
Dans un enregistrement diffusé la semaine dernière, on entendait M. Gantz déclarer de M. Netanyahu que, "s'il pouvait me faire tuer, il le ferait".

Mi-mars, M. Gantz avait demandé une enquête pour savoir comment avait été rendu public le fait que son portable avait été piraté, par les Iraniens selon la chaîne de télévision 12. M. Gantz a admis lui-même avoir été informé par les services de sécurité que son téléphone avait été la cible de "hackers". On ignore l'origine des fuites. Mais elles ont valu à M. Gantz les accusations de "paranoïa" de la part des supporteurs du Likoud, le parti de M. Netanyahu. Elles ont nourri les conjectures sur la présence d'une "taupe" dans la campagne du général. Et elles ont participé à la tonalité d'une campagne consistant largement à jeter l'opprobre sur l'adversaire.

"Bleu-blanc" est donné vainqueur des législatives en nombre de sièges, devant le Likoud. Mais les projections montrent que le Likoud reste mieux placé pour former une coalition de gouvernement avec les autres partis en lice.


(Lire aussi : En Israël, un parfum de "fascisme" sur la campagne électorale)



Faux comptes Twitter
Par ailleurs, deux chercheurs israéliens ont affirmé lundi avoir découvert un maillage de plusieurs centaines de faux comptes Twitter qui font l'éloge de Benjamin Netanyahu et dénigrent ses adversaires politiques, rapporte l'agence Reuters. Les chercheurs soulignent qu'aucun lien direct n'a été trouvé à ce stade entre les faux comptes et Netanyahu ou son parti. Cette découverte faisait la une des médias lundi en Israël.

Selon les chercheurs Noam Rotem et Yuval Adam, de faux noms ont été utilisés dans plus de 150 comptes du réseau présumé en question, et plusieurs centaines d'autres pourraient être également factices. Des personnes, et non pas des robots, sont à l'origine de ces "posts" sur Twitter, ont précisé les chercheurs.

Interrogé par Reuters sur ces informations, une porte-parole de Twitter s'est refusée à tout commentaire.

Le Likoud, lui, a démenti utiliser de faux comptes. Quant au Premier ministre, il a estimé que le rapport des chercheurs relevait d'un "fake" propagé par des médias qui lui sont hostiles. "J'ai pensé tout d'abord qu'il s'agissait d'un poisson d'avril", a-t-il dit. "Certains ne veulent pas accepter le fait que vous, les Israéliens, me soutenez".



Lire aussi
Benny Gantz , "dernier militaire" à quitter le Liban après le retrait israélien en 2000

Israël n'est "pas l’État de tous ses citoyens" : les propos de Netanyahu suscitent de vives réactions

Pourquoi les partis arabes d’Israël ne sont pas unis pour les prochaines élections ?

En Israël, la droite, rien que la droite

Une nouvelle alliance en Israël menace le pouvoir de Netanyahu

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CHEZ TOUS C,EST L,INTERLOPE !

ON DIT QUOI ?

Ou est la différence ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants