X

La Dernière

Maria Sikias : les gâteaux, ça la rend heureuse !

Papilles
29/03/2019

Maria Sikias est professeure de théâtre. Depuis plusieurs années elle enseigne l’actorat aux élèves du Collège Notre-Dame de Nazareth. Elle organise également des ateliers de théâtre aux enfants et aux adultes. Avant cela, elle avait enseigné la langue française durant de longues années au Grand Lycée franco-libanais. Actrice, metteuse en scène, adepte de yoga, elle a plusieurs cordes à son arc. Mais ce qui la rend vraiment heureuse, c’est la pâtisserie.

Depuis quelques années, également, elle confectionne et vend des gâteaux. « C’est une simple génoise pour quinze ou vingt personnes avec de la crème chantilly. Parfois j’ajoute des coulis de fruits. Mais bien sûr les ingrédients et les dosages peuvent être modifiés selon les goûts et les désirs des clients », confie la jeune femme, qui vient d’imprimer de nouvelles brochures où elle présente une panoplie de ses gâteaux, tous simples et tous très tentants, à commander 48 heures à l’avance.

Elle s’est aussi trouvé un label : «  Lady Purple Bakes » (Madame mauve confectionne des gâteaux). « Bakes c’est pour les gâteaux et Lady Purple c’est moi, parce que j’aime la couleur mauve », explique-t-elle.

« Je confectionne des gâteaux parce que cela me rend heureuse. D’ailleurs, tout ce que nous choisissons de faire dans la vie devrait nous procurer de la joie, dit-elle. Ce n’est pas seulement le fait de les préparer qui rend heureux mais aussi celui de les offrir, de les partager et de sentir que les personnes qui les ont goûtés ont apprécié. Je suis comblée quand j’entends quelqu’un me féliciter pour mon travail », poursuit-elle.

Simple et transparente, Maria Sikias se confie spontanément, sans filtre ni masque. « Ma famille m’a couvée depuis mon adolescence, peut-être à cause d’un accident de voiture que j’ai eu quand j’avais quinze ans. C’est cet accident qui m’a poussée aussi à apprendre à manger sain parce que je devais prendre beaucoup de médicaments alors. J’ai depuis privilégié les légumes et les fruits, et consommé moins de sucre. Les gâteaux que je propose sont sains. Parfois je remplace le sucre par le miel. D’autres fois, à la demande des clients, j’élimine complètement le sucre », ajoute-t-elle, soulignant qu’elle opte surtout pour la simplicité.

Et quand parfois elle a plus de temps, elle prépare des gâteaux pour elle, ses voisins, ses élèves et ses amis. Car l’essentiel, elle le rappelle souvent, c’est de partager ces moments de bonheur. « Pour les recettes, ma mère qui est un fin cordon bleu m’a transmis son savoir-faire. Je viens d’une famille qui aime la bonne chère. Mes deux parents font la cuisine et depuis que j’étais petite tout le monde aimait se retrouver chez nous autour d’une bonne table, se souvient-elle. Et même si je ne mange pratiquement plus de viande et de poulet, je ne peux pas dire non à un bœuf stroganoff concocté par ma mère ! »

Maria Sikias rêve que tout dans ce monde de brutes soit doux et léger comme les textures et les saveurs de ses gâteaux. Pour elle, la clé du bonheur réside dans la bonté et la gentillesse à l’égard des autres. Que fait-elle des gens malveillants ? « Bien sûr qu’ils sont nombreux. Mais ce sont avant tout des êtres très malheureux. Certes, la plupart sont jaloux et envieux, mais surtout ils ne savent pas être heureux », estime-t-elle, ajoutant : « Moi, j’ai opté pour le bonheur. » Un bonheur sucré.


Dans la même rubrique 

Bethany Kehdy, toutes les recettes du Levant

Massimiliano Bugliosi, l’amour qui donne des ailes

Les contes nomades de Hanan Sayed Worrell

L’immuable « lahm beajine » de la boulangerie Ichkhanian

La douceur levantine de Lara Ariss

Toute une famille au service du pain artisanal

Des gâteaux comme des œuvres d’art

Les quatre saisons de Maya Zankoul

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants