X

À La Une

Les "gilets jaunes", révélateurs d'une société française en crise

Analyse

"Ce mouvement pouvait paraître monolithique au départ mais quand on se plonge dans les données, on se rend compte qu'il y a une grande diversité de profils", souligne une chercheuse.

OLJ/Simon VALMARY/AFP
17/03/2019

Les "gilets jaunes", révélateurs d'une crise profonde de société ? Universitaires et sondeurs s'emploient à cerner ce mouvement social inédit qui secoue la France depuis quatre mois et à lui donner un sens, par-delà l'actualité et les stéréotypes.
Interpellés par l'ampleur de la mobilisation dès le 17 novembre, les chercheurs se sont rapidement penchés sur ce mouvement apolitique, né sur les réseaux sociaux, entré en fronde contre la politique fiscale et sociale d'Emmanuel Macron. Les protestataires ayant réinvesti la rue samedi, pour une 18ème journée de manifestations dans tout le pays.

"Ce mouvement pouvait paraître monolithique au départ mais quand on se plonge dans les données, on se rend compte qu'il y a une grande diversité de profils", souligne Camille Bedock, chargée de recherche en sociologie au Centre de recherche CNRS et membre du collectif d'universitaires "Jaune vif" créé pour étudier le mouvement.
Leurs premiers résultats issus de près de 800 questionnaires de manifestants ont été corroborés par une étude de l'Observatoire Société et Consommation (ObSoCo) menée fin janvier auprès d'un vaste échantillon de 4.000 personnes représentatif de la population.
S'ils relèvent une légère sur-représentation d'hommes, de classes sociales modestes (employés, ouvriers, petits commerçants) et titulaires de diplômes intermédiaires, tous insistent: "Il n'y a pas de profil-type". "C'est en réalité un calque de la population française, en légèrement décalé", souligne Philippe Moati, professeur d'économie à l'université Paris-Diderot et cofondateur de l'ObSoCo.


(Pour mémoire : Moins de 30.000 "gilets jaunes" manifestent)



"Pointe d'un iceberg"
Si la mobilisation dans la rue s'est érodée au fil des semaines, l'écho des revendications résonne, lui, très largement dans la population. 
Dans l'étude de l'ObSoCo, 49% des Français se qualifient de "gilets jaunes" ou disent avoir pris part au mouvement. Et 11%, sans être "gilets jaunes", se déclarent malgré tout en phase avec le mouvement. "Ca fait quand même 60% de la population qui est, à des degrés divers, dans ce mouvement", souligne Philippe Moati, pour qui la mobilisation est "la pointe acérée d'un iceberg plus profond".
Dans une note, l'Ifop relevait que "même si le mouvement bénéficie de soutiens divers, la France des +gilets jaunes", c'est d'abord celle de l'étalement urbain": "C'est parmi les actifs peu diplômés résidant dans le grand périurbain que se situe l'épicentre de ce mouvement."

Ces travaux révèlent également une dépolitisation largement répandue: 43% des "gilets jaunes" ont déclaré à l'ObSoCo ne pas se reconnaître dans le spectre politique français. Dans la multitude des revendications qui a essaimé depuis quatre mois, la motivation du pouvoir d'achat est centrale, souvent corrélée à un désir de justice sociale et fiscale.
Hausse du pouvoir d'achat, baisse des rémunérations des élus et hauts fonctionnaires, réduction des taxes sur les carburants, augmentation du salaire minimum, rétablissement de l'Impôt sur la fortune (ISF) arrivent ainsi en tête des revendications, selon l'ObSoCo.

(Pour mémoire : Européennes : la colère des gilets jaunes peine à se faire entendre dans les urnes)



"Division sociale" 
Outre une méfiance, voire une défiance, envers les institutions politiques, économiques et médiatiques, c'est un rapport inquiet au monde qui caractérise les "gilets jaunes": ils se montrent massivement pessimistes pour les générations futures, doutent des bienfaits de la croissance économique, redoutent la mondialisation...

Pour Christian Laval, professeur émérite de sociologie à l'université de Paris-Nanterre, "ce mouvement révèle un creusement de la division sociale". "On revient à une idée où il y a 20-25% de gens qui s'en sortent et 70% qui subit l'augmentation de dépenses contraintes, la précarité", estime-t-il. "L'aspiration la plus partagée est simple: c'est de pouvoir vivre dignement de son travail, en finir avec les arbitrages (de dépenses) douloureux vécus comme une injustice", confirme Camille Bedock.

Les "gilets jaunes" sont, comme le reste de la population, de grands consommateurs, souligne Philippe Moati, en relevant "l'universalisation des normes de consommation" à l'oeuvre depuis plusieurs années. IPhone, voyages, vêtements de marque... "Tout le monde aspire aux mêmes choses mais ces standards sont accessibles aux plus aisés et beaucoup plus difficiles à atteindre pour les plus modestes", explique-t-il. Selon lui, "le mal est plus profond que ce qu'expriment directement les +gilets jaunes+, ce mouvement est symptomatique d'une crise de la modernité occidentale, d'une société d'hyperconsommation".


Pour mémoire

15e manifestation de "gilets jaunes", pour tenter d'enrayer l'essoufflement

Les "gilets jaunes" manifestent pour marquer trois mois de contestation sociale

Macron tenté par un référendum : un pari à quitte ou double

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Quel rapport y a-t-il entre cette étude et les parpaings et les pavés jetés sur la tête des forces de l'ordre ? Quel rapport avec les vols, les pillages, les saccages des restaurants et des magasins et l'incendie des voitures ?
J'invite ces casseurs-tueurs à aller exercer leurs talents de détruire et d'assassiner dans la plupart des pays dits arabes.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarllet Haddad

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants