X

À La Une

La princesse Rima bint Bandar, première ambassadrice d'Arabie saoudite

portrait

La nouvelle diplomate est vue comme une libérale en phase avec les positions du jeune et puissant prince héritier Mohammad ben Salmane qui veut moderniser son pays.

OLJ/AFP
25/02/2019

Première Saoudienne à accéder au poste d'ambassadrice, Rima bint Bandar est l'une des rares princesses de la famille des Al-Saoud à être impliquée dans la vie publique de son pays où elle s'emploie à promouvoir la cause des femmes. La princesse, âgée de 43 ans, a été nommée samedi ambassadrice aux Etats-Unis où le royaume saoudien est critiqué par de nombreux parlementaires pour son intervention militaire au Yémen et pour l'affaire Jamal Khashoggi, du nom de cet éditorialiste et opposant saoudien tué en Turquie par un commando venu de Riyad. Elle aura la lourde tâche de tenter d'améliorer l'image de son pays auprès de son principal allié occidental.

Rima bint Bandar, qui apparaît régulièrement en public contrairement à l'écrasante majorité des femmes de sang royal du royaume ultraconservateur, est vue comme une libérale en phase avec les positions du jeune et puissant prince héritier Mohammad ben Salmane qui veut moderniser son pays.

Mère de deux enfants et divorcée, elle s'est ainsi mobilisée en faveur de l'introduction du sport dans les établissements publics pour jeunes filles. Elle a également tenté d'encourager les Saoudiennes à se lancer dans les affaires. Elle est également à l'origine de campagnes de sensibilisation au cancer du sein. La princesse Rima est elle-même une femme d'affaires aux multiples activités, dont celle de représentante à Riyad des magasins de luxe Harvey Nichols, selon des médias étatiques saoudiens.


(Lire aussi : L'Arabie saoudite nomme une femme ambassadrice aux Etats-Unis)



Fille de diplomate
Cette quadragénaire n'a pas d'expérience dans la diplomatie, mais elle a grandi aux Etats-Unis à l'ombre de son père, le prince Bandar ben Sultan, qui a servi comme ambassadeur saoudien à Washington de 1983 à 2005. Il a ensuite dirigé les services de renseignement saoudiens, poste qu'il a quitté à sa demande.

La princesse Rima a obtenu en 1999 une licence d'arts à l'université George Washington. La nouvelle ambassadrice, qui parle couramment anglais, suit de près la vie politique aux Etats-Unis, a indiqué à l'AFP un responsable saoudien la connaissant. Elle a été conseillère de Mohammad ben Salmane, dit "MBS", vivement critiqué par des sénateurs américains qui le considèrent comme "responsable" du meurtre de Jamal Khashoggi dans le consulat de son pays à Istanbul en octobre dernier.

La princesse a vigoureusement défendu le prince héritier à l'étranger, présentant ses réformes sociétales, dont la fin de l'interdiction pour les Saoudiennes de conduire, comme une "évolution, pas une occidentalisation" de la société saoudienne. "Vous nous demandez de changer, mais ensuite, lorsque nous commençons à le faire, vous l'accueillez avec du cynisme", avait-elle déclaré lors d'un récent forum économique. Si la princesse a parlé d'"avancées monumentales" pour les droits des femmes en Arabie saoudite, elle s'est abstenue de commenter publiquement l'arrestation de plusieurs militantes en mai 2018 et les accusations de mauvais traitements que certaines d'entre elles auraient subis en détention.


Lire aussi
MBS reprend la main pour faire oublier l’affaire Khashoggi


Pour mémoire
Les Saoudiennes obtiennent des droits, mais restent sous tutelle

La timide libéralisation des droits des Saoudiennes

Une princesse saoudienne à la tête d'une fédération omnisports, une première

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Un pas en avant, un pas positif.

L’azuréen

Une pensée pour les militantes féministes d’Arabie dont certaines ont été torturées et violees ....mais aujourd’hui c’est mieux que rien ...ça avance tant bien que mal

ON DIT QUOI ?

En voulant comparer avec l'Iran NPR, il serait bon de rappeler à ceux et celles qui ne savent pas , que pas seulement cette fonction mais dans tous les domaines d'activité et professionnels les femmes sont présentes , et même si ça peut aider certaines mentalités bien arrêtées, des femmes en Iran sont chauffeurs de bus .

Donc en ce qui concerne le permis de conduire pour femme , faut bien remonter dans le temps .

Irene Said

Je lui souhaîte de tout coeur succès dans sa nouvelle mission.
Et qu'elle devienne un exemple à suivre pour d'autres pays dans le Proche et Moyen Orient !
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants