X

À La Une

Washington met en garde les FDS contre tout rapprochement avec Assad

Syrie

"Une fois la relation rompue, parce qu'ils s'allient au régime, avec qui nous n'avons pas de relation, ou avec la Russie (...), nous ne serons plus leurs partenaires", avertit le commandant de la coalition internationale contre l'EI. 

OLJ/Reuters
18/02/2019

Les Etats-Unis devront cesser toute assistance aux Forces démocratiques syriennes (FDS) si celles-ci s'allient aux forces de Bachar el-Assad ou à la Russie, a déclaré dimanche le général américain Paul LaCamera, commandant de la coalition réunie contre le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie.

Depuis l'annonce, par Donald Trump en décembre, du retrait des troupes américaines de Syrie, les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), composante essentielle des FDS, se sont rapprochés des forces gouvernementales syriennes dans l'espoir de se prémunir d'une attaque de la Turquie, qui considère les YPG comme un groupe terroriste, et préserver leurs gains territoriaux.

"Nous continuerons à les entraîner et les armer tant qu'ils resteront nos partenaires", a déclaré le général LaCamera en rendant hommage aux victoires engrangées par les FDS contre les jihadistes de l'EI. Mais en cas d'alignement sur les forces gouvernementales syriennes, a ajouté l'officier américain devant un petit groupe de journalistes à Bagdad, les Etats-Unis retireraient leur soutien à la milice arabo-kurde. "Une fois la relation rompue, parce qu'ils s'allient au régime, avec qui nous n'avons pas de relation, ou avec la Russie (...), nous ne serons plus leurs partenaires", a-t-il averti.



(Lire aussi : Les Etats-Unis ne protégeront pas ceux qui parient sur eux, met en garde Assad)


Avec l'aide de l'aviation et des forces spéciales américaines, les FDS ont infligé de lourdes défaites à l'Etat islamique dont elles sont sur le point de détruire la dernière poche dans l'Est syrien. Mais l'EI disposerait toujours de milliers de combattants disséminés en Syrie ou en Irak et capables de lancer des attaques meurtrières.

Donald Trump a demandé à la Turquie de continuer à traquer les jihadistes une fois que les quelque 2.000 soldats américains auront quitté la Syrie. Mais nombre de responsables à Washington sont sceptiques.

Brett McGurk, qui a démissionné en décembre de son poste d'émissaire américain pour la Syrie après l'annonce du retrait des GIs, a estimé le mois dernier que la Turquie n'était pas un partenaire fiable dans la guerre en Syrie. "Les forces d'opposition syriennes soutenues par la Turquie sont infiltrées d'extrémistes et trop peu nombreuses pour représenter un défi efficace face à Assad ou une alternative plausible aux FDS", a-t-il écrit.

Bachar el-Assad a déclaré dimanche que les Américains ne défendraient pas les populations qui dépendent d'eux, ainsi que les combattants kurdes qui tiennent l'essentiel du nord du pays.



Lire aussi
Moscou, Téhéran et Ankara se félicitent du retrait américain de Syrie

Pour venger ses morts, une tribu lutte contre l'EI aux côtés des Kurdes en Syrie

Quelles sont les forces anti-régime dans le nord-ouest de la Syrie?



Pour mémoire
Les Kurdes de Syrie rejettent une "zone de sécurité" sous contrôle turc

Dialogue entre Damas et les Kurdes : un ministre syrien optimiste

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Un peu de respect à ce peuple vaillant qui se bat pour sa dignité ne fait pas de mal à personne.
Le temps démontrera les cohérences et les défaillances de chacun.

AIGLEPERçANT

On se marre trop ce matin hahahaha....

Les américains avertissent les fds de ne pas se rapprocher du heros BASHAR EL ASSAD, un chef des FDS vient de demander aux amerlocks pourquoi ne le faudrait il pas ? Paul laCamera chef de la coalition lui aurait répondu, c'est pour mieux vous vendre mon enfant ....hahahahahahaha.....

L'olj peut aussi nous régaler sans que cela soit Gaby qui le fasse le vendredi .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON LES ABANDONNE ET ON LEUR MET DES CONDITIONS DE NE PAS SE RAPPROCHER D,ASSAD SANS POURTANT ARRETER NET LES MENACES TURQUES ! EST-CE DE LA POLITIQUE D,ETAT OU CELLE DE BAZAR ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarllet Haddad

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants