X

À La Une

Moscou, Téhéran et Ankara se félicitent du retrait américain de Syrie

Conflit

Le sort de la province syrienne d'Idleb était au cœur des discussions entre Vladimir Poutine, Hassan Rohani et Recep Tayyip Erdogan, qui ont convenu de prendre des "mesures concrètes" pour stabiliser la situation dans la zone.

OLJ/AFP
14/02/2019

Les présidents russe, iranien et turc se sont félicités jeudi, lors d'une rencontre à Sotchi, du retrait annoncé des troupes américaines de Syrie, promettant de "renforcer leur coopération" pour mettre un terme au conflit.

Les trois dirigeants se sont retrouvés dans la station balnéaire du sud-ouest de la Russie pour des discussions visant à faire avancer le processus de paix en Syrie, où huit ans de guerre ont fait plus de 360.000 morts.

La Syrie est actuellement au centre d'un intense ballet diplomatique avec une réunion de la coalition anti-Etat islamique (EI) à Munich, en Allemagne, et une conférence sur le Proche-Orient à Varsovie en présence du vice-président américain Mike Pence et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

A Sotchi, les discussions ont "tourné sur l'influence qu'aura l'annonce du plan des Etats-Unis de retrait des troupes américains des régions nord-est du pays sur le développement futur de la situation en Syrie", a déclaré le président russe. "Notre point de vue commun est que la réalisation de cette étape serait un point positif qui aiderait à stabiliser la situation dans la région", a ajouté M. Poutine.

Le sort de la province syrienne d'Idleb (nord-ouest), seule région syrienne toujours aux mains des rebelles, a également été au cœur des discussions. Les trois dirigeants ont ainsi convenu de prendre des "mesures concrètes" pour stabiliser la situation dans la zone, qui fait depuis des semaines l'objet de frappes sporadiques.



(Lire aussi : Assad a gagné sa guerre, mais la paix est encore loin)



"Désescalade définitive" 
"Nous ne voulons pas que de nouvelles crises humanitaires, que de nouvelles catastrophes surviennent à Idleb ou ailleurs en Syrie", a affirmé le président turc Recep Tayyip Erdogan, ajoutant s'attendre à ce que le régime de Damas "respecte la trêve". Il a ajouté que la Russie et la Turquie avaient conclu un "accord" pour mener des "patrouilles communes" afin de contenir les "groupes radicaux" dans la province d'Idleb, sans donner plus de détails.

"Aujourd'hui, pratiquement sur l'ensemble du territoire syrien, le régime de cessez-le-feu est observé, le niveau des violences baisse progressivement. Et c'est un résultat concret et positif de notre travail commun", a déclaré M. Poutine en ouvrant la rencontre.

Lors du sommet, Vladimir Poutine a souligné la nécessité pour Moscou, Ankara et Téhéran de se mettre d'accord sur les mesures visant à assurer une "désescalade définitive" à Idleb. Si le cessez-le-feu semble tenir, "cela ne veut pas dire que nous devons tolérer la présence de groupes terroristes à Idleb", a-t-il indiqué, appelant à examiner "les mesures concrètes que la Russie, la Turquie et l'Iran pourraient prendre ensemble pour éliminer définitivement ce foyer terroriste".

Le dernier sommet entre les présidents iranien, turc et russe, organisé en septembre en Iran, avait fait apparaître au grand jour leurs divergences concernant le sort d'Idleb.

Il avait fallu une nouvelle rencontre entre MM. Poutine et Erdogan pour éviter l'assaut souhaité par le régime syrien: une "zone démilitarisée" russo-turque avait été créée dans cette enclave où cohabitent des factions rebelles et qui échappe au contrôle des forces de Bachar el-Assad.

En vertu de l'accord russo-turc, tous les combattants radicaux, notamment les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), dominé par l'ex-branche d'el-Qaëda, devaient se retirer de la zone. Mais le HTS a depuis renforcé son emprise et contrôle "plus de 90% du territoire de l'enclave", selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.


Question kurde 
M. Erdogan a également appelé au départ des combattants kurdes présents dans le nord-est de la Syrie. Selon lui, "l'intégrité territoriale de la Syrie ne pourra pas être assurée et la région rendue à ses vrais propriétaires" tant qu'ils seront dans la région.

Ankara considère les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) comme un groupe terroriste. Celles-ci contrôlent la ville stratégique de Manbij et les zones syriennes à l'est de l'Euphrate depuis qu'elles en ont exclu les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI). Avec l'appui des combattants arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) et de la coalition américaine menée par Washington, les YPG ont acculé les jihadistes de l'EI sur un territoire d'à peine plus d'un kilomètre carré sur le point de tomber.

La Russie s'est imposée comme un acteur incontournable du conflit depuis le début de son intervention militaire en 2015 en soutien au régime de Bachar el-Assad, qui contrôle désormais près des deux tiers du pays.

Le processus d'Astana, lancé à l'initiative de Moscou avec l'Iran et la Turquie, a éclipsé les négociations parrainées par l'ONU, sans parvenir à un règlement définitif du conflit.



Lire aussi

Quels scénarios possibles en Syrie après le retrait américain?




À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PEUT-ON SE REVEILLER UN JOUR ET VOIR L,IRAN ET LA SAOUDITE AUTOUR D,UNE TABLE DU DIALOGUE POUR RESOUDRE TOUS LEURS PROBLEMES SANS L,INTERFERENCE D,AUCUNE AUTRE PUISSANCE ? ON PEUT REVER !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUT PAS TROP CELEBRER... ILS RISQUENT LA DECEPTION TRES PROCHAINEMENT ET D,AUTRES PROBLEMES PLUS GRAVES ...

Bery tus

Les russes et les américains enfin leure interets convergent

L’azuréen

Erdogan veut massacrer le plus possible de kurdes et casser les bastions kurdes ( ça on a bien compris) , Poutine veut affirmer sa puissance ( et il en a , pas de problème ) et l’Iran veut faire de l’épuration confessionnelle pour mettre un peu d’ambiance....
La Russie mène un jeu très subtil et elle est la seule à pouvoir faire accepter sur la scène internationale un plan global pour la Syrie. Les 2 autres ne sont que des acteurs secondaires sans grande crédibilité.
Cependant l’histoire n’est pas finie . Ils y a des colosses qui attendent la suite des événements...

Le Faucon Pèlerin

De gauche à droite : Darius, Ivan-le-Terrible et Jamal Pacha. Ce qui les réunit c'est l'ennemi de mon ennemi est mon ami. Mort au grand Satan, l'Amérique.

C.K

Poutine et Trump sont comme cul et chemise, Lol.

AIGLEPERçANT

Pour la Russie du génial Poutine j'entends encore des largués nous parler d'Afghanisation de la Russie.

S'ils pouvaient voir où sont les russes, maîtres absolu du jeu par rapport à leur prédiction foireuse, ils se tairaient.

Mais la mauvaise foi est de rigueur chez eux . Comme pour les usa et consorts.

Sarkis Serge Tateossian

Erdogan et beaucoup de bla-bla-bla...les kurdes doivent partir, turc doit venir,
Bachibozuk aime sang, moi beau, kurde pas beau..

Bref une réunion classique avec Erdogan effendi.

L'avenir proche nous dira la suite concrète.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants