X

À La Une

Le gouvernement libanais enfin formé : ce qu'en pense la presse locale et régionale

Liban
OLJ
01/02/2019

Les grands titres de la presse locale et régionale ont estimé vendredi que le gouvernement formé plus de huit mois après la désignation de Saad Hariri à l'issue des dernières élections législatives de mai dernier, était le fruit de délicats compromis dus à la gravité de la situation économique, soulignant que le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, semblait y détenir le tiers de blocage.

"Enfin le gouvernement des équilibres ambigus que Hariri finit par composer, dont Geagea facilite la naissance à la dernière minute tandis que Joumblatt annonce 'le début de la bataille'", titre le quotidien libanais de référence An-Nahar à sa Une. "Enfin, les Libanais ont assisté à la naissance du gouvernement dont la durée de gestation est la deuxième plus longue de l'histoire des crises de formation de cabinet. Mais cette fois, le pays était confronté à des dangers qui auraient pu être sans précédent sur les plans économique et financier, voire à l'avènement d'une période de guerre", écrit le journal. Plusieurs éditorialistes du quotidien ont pris la plume dans le numéro du jour. Sabine Awaiss détalle les priorités du nouveau gouvernement, Sarkis Naoum estime, lui, que Saad Hariri a réussi à ménager les demandes du chef de l'Etat, du chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, du 14 Mars, de l'Arabie saoudite et le Hezbollah. Nabil Bou Monsef revient de son côté, sur les ingérences étrangères qui ont prévalu ou non sur la formation du gouvernement.

"Pas de confiance!", titre pour sa part le quotidien Al-Akhbar, proche du Hezbollah, qui qualifie le tout nouveau cabinet de "gouvernement Moody's et CEDRE", en référence à l’agence de notation américaine qui a récemment dégradé la note souveraine du Liban et à la conférence de Paris en avril dernier au cours de laquelle la communauté internationale avait promis 11 milliards de dollars en échange de réformes structurelles. Selon le journal, le gouvernement octroie "onze ministres et demi", soit le tiers de blocage à M. Bassil.  Dans un autre article, Al-Akhbar estime que la présence d'un gouvernement en exercice est une "nécessité pour le Hezbollah dans la tempête".

Pour le quotidien al-Joumhouria, le nouveau gouvernement est un "cabinet de partage d'intérêts". Le journal s'interroge sur la place que va occuper le Hezbollah dans la prise de décision du gouvernement libanais. Dans un article, Claire Chukr dresse le bilan de la bataille gouvernementale de Gebran Bassil. 

"Après des pressions étrangères et face à la gravité du ralentissement économique, le gouvernement libanais est né après une gestation de neuf mois", titre de son côté le quotidien panarabe Al-Hayat, soulignant que M. Hariri s'est excusé auprès des Libanais. Revenant sur les dernières discussions autour de la distribution des portefeuilles, le journal, qui consacre un petit article aux nouveaux ministres, rappelle les défis auxquels le Premier ministre et son équipe seront confrontés.

"Après un accouchement difficile et les échanges d'accusations de paralysie, Hariri a annoncé son gouvernement, et le  financement est conditionné par les réformes", titre pour sa part l'autre journal panarabe, al-Charq al-Awsat, qui rappelle que le cabinet compte quatre femmes et que le Hezbollah a obtenu le ministère de la Santé. 


Lire aussi

Gouvernement : le « miracle » a eu lieu, mais tout reste à faire

Les nouveaux venus au sein du gouvernement Hariri III

Lire aussi : Les principaux défis socio-économiques du gouvernement Hariri III

La fin du suspense, le décryptage de Scarlett HADDAD

Quels rapports de force dans un gouvernement de minorités

La composition du nouveau gouvernement Hariri

Qui sont les femmes ministres du gouvernement Hariri


Éclairage

Saad Hariri : récit d’un parcours heurté


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

J'espère que tout ira bien et le Hezbollah ne mettra pas des bâtons dans les roues

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUS ATTENDENT SANDOU2 EL FERJÉ POUR VOIR CE QUE IL EN SORTIRA...

L’azuréen

C’est pas mal. La situation est quelques peu apaisée et il faut passer maintenant à la phase travail pour redresser la barre économique et sociale .

Gebran Eid

POUR RADIER LA CORRUPTION, LES MARADA VONT S'EN OCCUPER COMME ILS L'ONT FAIT À L'ÉPOQUE DE SLEIMAN FRANGIÉ PREMIER, VIA LEUR MINISTRE DES TRAVAUX PUBLIC.

Gebran Eid

POUR RADIER LA CORRUPTION, LES MARADA VONT S'EN OCCUPER VIA LE MINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLIC.....C'EST UN BEAU TITRE POUR UN JOURNAL LIBRE.

Sarkis Serge Tateossian

On a voulu avoir un gouvernement, on a un gouvernement.
Ce gouvernement n'est pas parfait. Et un parfait gouvernement n'existe pas.

Laissons le travailler le temps presse et les défis sont nombreux et le pays au bord de l'asphyxie.

Plus tard on aura tout le loisir de le critiquer ou l'approuver....selon les résultats.

Enfin il et clair maintenant que nos divisions communautaires nées de nos différences culturelles et idéologiques (la religion et la confession ne sont qu'un pretexte) ne sont pas une chance pour notre pays contrairement à ce que de dit chez nous et ailleurs...


Et pourtant il y a un pays à qui on aurait pu prendre modèle : la Suisse
Pays ou les différences contribuent à la réussite et la prospérité de tous.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA FORMATION DU GOUVERNEMENT AVEC DES CHEVAUX DE TROIE SERA SUJETTE A DES BLOCAGES CONSECUTIFS. N,OUBLIONS PAS LE RETRAIT DES MINISTRES CHIITES DU GOUVERNEMENT SENIORA NI LE COUP DE JARNAC DONNE A HARIRI PAR LE HEZBOLLAH QUAND IL ETAIT A N.Y.
PRIONS ET ESPERONS QUE TOUT IRA BIEN ET QUE CE GOUVERNEMENT SAUVE L,ECONOMIE ET LES FINANCES DU PAYS, PARTANT LE PAYS LUI-MEME. QUE DIEU AIDE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants