Crise régionale

Oman ferait le go-between entre Israël et le Hezbollah

Combo des drapeaux du Hezbollah, d'Oman et d'Israël.

Les nouvelles sanctions américaines contre l’Iran entrées en vigueur le 4 octobre dernier semblent avoir engagé la région sur la voie de solutions sur le terrain, notamment en Syrie, entre les acteurs-clés du conflit, la Russie, Israël et l’Iran.

Depuis cette date, le sultanat de Oman (interlocuteur de confiance pour l’Iran) est entré en scène en tant que médiateur entre l’Iran et les États-Unis. Il accueille des rencontres régulières entre leurs représentants respectifs. Le sultanat se distingue des autres pays du Golfe par ses bons rapports avec l’Iran, et il avait abrité en 2013 les négociations secrètes entre Washington et Téhéran ayant abouti à l’accord sur le nucléaire.

Selon une source politique indépendante, les nouvelles rencontres irano-américaines auraient dans un premier temps permis, entre autres, la conclusion de l’accord militaire de Hodeida, au Yémen, et la trêve durable obtenue entre Israël et le Hamas, en contrepartie de la prorogation de deux mois des exceptions accordées à huit pays d’importer du pétrole iranien. C’est à ce stade qu’a eu lieu la récente visite officielle du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Oman, en octobre dernier, visite inédite dans un pays du Golfe : perçue sous l’angle du début de normalisation des relations arabes avec Israël, elle a également fourni l’occasion d’ouvrir un canal de communication entre Israël et l’Iran.



(Lire aussi : Qui est le mystérieux Américain qui a traversé la frontière israélo-libanaise ?)



Une rencontre bilatérale diplomatique s’est ainsi tenue à Oman en marge de la visite officielle de Netanyahu : c’est à cette occasion que Téhéran, représenté par son chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif, aurait transmis à ses interlocuteurs israéliens, par souci d’entamer les négociations sur des bases solides, les plans localisant les tunnels d’attaque souterrains du Hezbollah au niveau des frontières sud avec Israël. C’est sur la base de ces plans que celui-ci a mené son opération Bouclier du Nord en décembre 2018, selon deux sources indépendantes, ce qui ne semble pas, par ailleurs, avoir perturbé outre mesure les milieux du parti chiite. Tous s’accordent à dire que les tunnels ne sont pas d’une importance militaire stratégique pour le Hezbollah, mais ils divergent sur les raisons pour lesquelles leur localisation aurait été divulguée. Minimisant l’opération israélienne, que le Hezbollah avait en tout cas passée sous silence, des proches du parti chiite évoquent un jeu tactique iranien. Pour les milieux indépendants, l’acte de la diplomatie iranienne est plutôt un signe de détente à l’égard d’Israël, depuis que Washington, en accord avec Moscou, a décidé d’élargir ses négociations avec l’Iran pour englober des solutions en Syrie, en Irak et au Liban. Outre le retrait des troupes iraniennes à « 85 km » de la frontière du Golan, prévu par un accord informel israélo-russe,

Washington souhaiterait, toujours en accord avec les Russes, que soit facilitée la formation du gouvernement au Liban. Moscou se serait chargé de convaincre Mohammad Javad Zarif de s’engager sur la voie des négociations.

Pour un proche des milieux du Hezbollah, ces négociations se feront forcément et nécessairement avec Israël. « S’il y a des compromis en vue, c’est entre l’Iran et Israël qu’ils seront décidés », dit-il, minimisant ainsi à dessein le rôle de la Russie, mais aussi de Washington. C’est dans ce cadre que le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah aurait reçu, samedi dernier dans la banlieue sud, en marge du sommet économique arabe, le chef de la diplomatie omanaise, Youssef ben Alawi, selon une source indépendante. Le diplomate lui aurait transmis « un message israélien peu rassurant », dont la teneur exacte n’a pas été divulguée.



Lire aussi

Les manœuvres israéliennes et la riposte libanaise, le décryptage de Scarlett HADDAD

A Beyrouth, David Hale s'en prend à la "milice" du Hezbollah


Les nouvelles sanctions américaines contre l’Iran entrées en vigueur le 4 octobre dernier semblent avoir engagé la région sur la voie de solutions sur le terrain, notamment en Syrie, entre les acteurs-clés du conflit, la Russie, Israël et l’Iran.

Depuis cette date, le sultanat de Oman (interlocuteur de confiance pour l’Iran) est entré en scène en tant que médiateur entre...

commentaires (8)

Tout est permis aux hypocrites du Hezbollah tant qu’ils ont des armes pour imposer leurs vérités. Demain Nasrallah va nous la jouer sur le thème de la transparence pour faire passer les négociations avec Israël permises aux financiers des terroristes libanais, les ayatollahs, alors qu’il est interdit à Farès SOUEID d’évoquer un désir de paix pour la région.

Saleh Issal

15 h 27, le 25 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Tout est permis aux hypocrites du Hezbollah tant qu’ils ont des armes pour imposer leurs vérités. Demain Nasrallah va nous la jouer sur le thème de la transparence pour faire passer les négociations avec Israël permises aux financiers des terroristes libanais, les ayatollahs, alors qu’il est interdit à Farès SOUEID d’évoquer un désir de paix pour la région.

    Saleh Issal

    15 h 27, le 25 janvier 2019

  • Si tout cela est vrai et que Trump arrivera a faire une paix definitive agree entre Isarel et les Palestiniens et par consequent avec tous les Etats arabes et musulmans ce serait un extraordinaire evenement ESPERONS QU'IL SE REALISE CAR LE LIBAN A BESOIN D'EN FINIR AVEC TOUS LES PROBLEMES DU MONDE ARABE QUI SE REFLETENT SUR LUI

    LA VERITE

    17 h 48, le 24 janvier 2019

  • “Selon une source politique indépendante, les nouvelles rencontres irano-américaines auraient dans un premier temps permis, entre autres, la conclusion de l’accord militaire de Hodeida, au Yémen, et la trêve durable obtenue entre Israël et le Hamas, en contrepartie de la prorogation de deux mois des exceptions accordées à huit pays d’importer du pétrole iranien.“ “Une rencontre bilatérale diplomatique s’est ainsi tenue à Oman en marge de la visite officielle de Netanyahu : c’est à cette occasion que Téhéran, représenté par son chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif, aurait transmis à ses interlocuteurs israéliens, par souci d’entamer les négociations sur des bases solides, les plans localisant les tunnels d’attaque souterrains du Hezbollah au niveau des frontières sud avec Israël. C’est sur la base de ces plans que celui-ci a mené son opération Bouclier du Nord en décembre 2018, selon deux sources indépendantes“ Bon je vais pas continuer mais sinon y aurait-il un seul fait dans votre article qui soit prouvé? C’est ça ce qu’on appelle le journalisme d’investigation? Ou plutot un roman de science fiction? Heureusement que vous savez conjuguer vos verbes au conditionnel c’est déjà ça

    Chady

    16 h 42, le 24 janvier 2019

  • En d'autres terme l'Iran a VENDU le Hezbollah et Hassan Nasrallah aux Israeliens.....

    IMB a SPO

    14 h 24, le 24 janvier 2019

  • Au moins jeunes qui avaient connu Dahéch et ses tours de magie: du déjà vu et déjà vécu. Pas amusant du tout.

    Wlek Sanferlou

    13 h 34, le 24 janvier 2019

  • CONTACT AVEC L,ENNEMI MEME SI INDIRECTEMENT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 05, le 24 janvier 2019

  • Je l'avais écrit dans ces colonnes de l'olj que l'histoire des tunnels étaient un cadeau de la résistance à l'envahisseur israélien , comme celui que H.N avait fait à ces mêmes usurpateurs en leur suggérant de déplacer les cuves d'ammoniaque de haifa l'usurpée . Cette histoire va finir par se conclure comme avec Kim Jung Un et trump-pète cad des rencontres avec de grandes tapes dans le dos et des promesses que l'usurpation sera obligée de tenir , parce qu'avec la résistance en face d'eux , les usurpateurs ne pourront pas attaquer sans risques de se faire balayer sur leurs propres bases, et que diplomatiquement ils sont isolés en ce sens que les usa , l'Europe les alliés traditionnels en ont un peu marre de porter le fardeau de leur caprices . C'est la raison pour laquelle on voit nathanmachintrucbidule voyager de par le monde pour faire croire qu'il est " apprécié" ailleurs . Mais en fait il sera dégagé pour avoir foiré dans ses politiques aventureuses en Syrie et ailleurs .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 25, le 24 janvier 2019

  • Les Libanais souverainistes ont combattu et résisté plus de 1600 années pour éviter une main mise sur le pays par toutes sortes d'envahisseurs et en particulier durant les dernières décennies en résistant a la tentative de l'OLP Palestinien puis du régime Syrien pour finir par entendre que c'est l'Iran et Israël, le dit Satan qu'ont veut soit disant effacer de la face de la terre, décident si nous avons droit a un gouvernement ou pas. Commentaire bien évidement tributaire de l'article ci-haut écrit! Merci qui Hassouna?

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 16, le 24 janvier 2019