X

À La Une

Gouvernement : Hariri espère un gouvernement d'ici une semaine, affirme Berry

Liban

Jamil Sayyed affirme que le Premier ministre désigné "fait partie du problème".

OLJ/AFP
22/01/2019

Le président de la Chambre, Nabih Berry, a affirmé mardi après avoir reçu à Aïn el-Tiné le Premier ministre désigné que Saad Hariri "espère que le nouveau gouvernement verra le jour d'ici une semaine, voire moins", alors que les tractations pour la formation du cabinet, attendu depuis plus de huit mois, ont repris en début de semaine.  

"Saad Hariri redouble d'efforts et espère que le gouvernement verra le jour d'ici une semaine ou moins", a affirmé M. Berry. "Si cette promesse n'est pas tenue et que le cabinet n'est pas formé, je pourrais demander au gouvernement chargé d'expédier les affaires courantes de se réunir, afin de discuter du budget de l'Etat et convoquer des séances parlementaires", a-t-il ajouté.

M. Berry a encore souligné que Saad Hariri n'avait pas l'intention de former un gouvernement de 32 ministres, une hypothèse évoquée parmi d'autres. La formule d'un cabinet de 32 ministres, longtemps appuyée par le chef de l'Etat et le Courant patriotique libre (CPL, qu'il a fondé), permettrait de représenter aussi bien les députés sunnites proches du 8 Mars, qui revendiquent un portefeuille, que les alaouites et les minorités chrétiennes.

Le Premier ministre désigné n'a pour sa part fait aucune déclaration à l'issue de l'entretien.

Les tractations pour la mise sur pied du gouvernement de Saad Hariri, qui semblait imminente à la veille des fêtes de fin d'année, ont repris lundi après plusieurs semaines de blocage, liées à l'organisation du sommet économique de la Ligue arabe à Beyrouth, qui a eu lieu dimanche, et aux polémiques qui ont entouré cet événement. Le dernier obstacle sur lequel la formation du cabinet avait buté avant les fêtes était le fameux obstacle sunnite, né de l’insistance des six députés hostiles au Courant du Futur – et bénéficiant de l'appui décisif du Hezbollah – à prendre part au cabinet. Dans ce contexte, le Hezbollah a fait porter la responsabilité du blocage de la formation du cabinet au Premier ministre désigné Saad Hariri. Ce dernier a accusé pour sa part le parti chiite d'entraver cette formation.


(Lire aussi : Gouvernement : Le spectre de la conférence de Varsovie plane sur la nouvelle phase de tractations)


Le "problème Hariri" ? 

Nabih Berry a en outre assuré que ses relations étaient bonnes avec le président de la République et le chef du CPL, Gebran Bassil, alors que des rumeurs de dissensions avaient circulé, notamment en raison de la demande de M. Berry de repousser la date du sommet économique de la Ligue arabe, qui a pour finir bien eu lieu dimanche à Beyrouth.  

"Ni le bloc du développement et de la libération (du mouvement Amal du président de la Chambre, NDLR), ni celui de la fidélité à la résistance (du Hezbollah) n'ont de problème avec Saad Hariri", a encore ajouté le chef du législatif.

Cette déclaration intervient quelques heures après une conférence de presse du député Jamil Sayyed, membre du bloc du Hezbollah et proche du régime syrien de Bachar el-Assad, qui a affirmé Saad Hariri, "fait partie du problème" qui empêche la formation du gouvernement et appelé le parlement à "revenir sur sa désignation". "Saad Hariri fait partie du problème, mais ne constitue pas le problème en tant que tel, car celui-ci est causé par la structure constitutionnelle" du système politique libanais, a affirmé l'ancien directeur de la Sûreté générale, lors d'une conférence de presse.

Jamil Sayyed a exprimé l'espoir de voir le président du Parlement, Nabih Berry, convoquer les députés la semaine prochaine à une séance "pour discuter de la situation gouvernementale et voter le retrait de la désignation du Premier ministre". "Si la majorité se prononce pour le retrait, cela devrait être fait", a estimé M. Sayyed. "Si la séance échoue, j'appelle tous les députés à se joindre au peuple dans la rue", a-t-il lancé, après avoir appelé à "une révolution parlementaire du haut pour former le gouvernement".

Répondant à ces injonctions, le président de la Chambre a déclaré "connaitre ses devoirs, autant qu'il connait le pays, ses intérêts et ses besoins". 


Lire aussi
La mésentente entre Bassil et l’axe irano-syrien s’amplifie

« L’attribution de la Santé au Hezbollah aurait des conséquences fâcheuses » sur le Liban

La politique de sape de l’État se poursuit pas à pas

Gouvernement : le concept de « président fort » mis à rude épreuve

Gouvernement : vers un renflouement de l’équipe sortante?

Bkerké au-dessus de la mêlée politicienne

La mésentente entre Bassil et l’axe irano-syrien s’amplifie

« L’attribution de la Santé au Hezbollah aurait des conséquences fâcheuses » sur le Liban

La politique de sape de l’État se poursuit pas à pas

Gouvernement : le concept de « président fort » mis à rude épreuve

Gouvernement : vers un renflouement de l’équipe sortante?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

LES ANNONCES RÉPÉTÉES SANS ARRÊT DU PREMIER MINISTRE OFFICIEUX HARIRI VAUT QUELQUE CHOSE ? À MON AVIS NON. À MOINS QUE CETTE FOIS ÇI, CES ANNONCES SERONT CONFIRMÉES PAR LE PREMIER MINISTRE OFFICIEL BASSIL.

AIGLEPERçANT

On vous fait confiance Berry , vous et hariri .

Mon œil c'est du poulet pané .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TREVE DE PROMESSES ! FORMEZ SANS PLUS DE RETARD CE FAMEUX GOUVERNEMENT POUR SAUVER LE PAYS QUI QUI EN FASSE PARTIE OU NON ET LES NOMBRES NE VEULENT RIEN DIRE CAR LA MAINMISE SE MANIFESTERA DE TOUTE FACON... DU MOINS ACTUELLEMENT ET DANS LE PROCHE FUTUR !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.