X

Culture

Les 25 ans du Festival du cinéma européen au Liban, ça se fête !

Événement

Du 24 janvier au 4 février, une série de films et d’événements, notamment dans les deux salles du Metropolis Empire Sofil.

18/01/2019

Quoi de mieux pour fêter les 25 ans du Festival du cinéma européen au Liban que de présenter un florilège de films qui ont fait la une en Europe puis au Liban ? Le programme de ce rendez-vous devenu incontournable, proposé par la Délégation de l’Union Européenne en collaboration avec les ambassades et les instituts culturels des États membres, a été dévoilé hier par Christina Lassen, chef de délégation de l’UE au Liban, au Metropolis Empire Sofil. « Ce festival qui démarre avec un film roumain, a-t-elle dit, marque un quart de siècle de collaboration culturelle entre le Liban et l’Europe. Un label différent qui rend cette manifestation particulière. Au cours de ces années, Beyrouth a changé de profil car elle venait de sortir de la guerre lorsque le projet du festival a été lancé. Parallèlement, l’Europe a également changé de configuration et des États membres se sont ajoutés à l’Union européenne, ramenant leurs brassées de cultures diverses, mais aussi de problèmes ». « Toutefois, poursuit l’ambassadrice, nous avons remarqué que les thèmes qui nous préoccupent actuellement sont quasi identiques. Si, dans le temps, le 7e art, miroir de notre quotidien, s’intéressait à l’amour, la guerre ou la jeunesse, aujourd’hui il se concentre très souvent sur le problème épineux des réfugiés, de l’émigration, mais également sur les droits de la communauté LGBT ou ceux de la femme. Nous remarquons donc que nous nous ressemblons très souvent. C’est pourquoi nous nous assemblons. »


(Lire aussi : Presque un quart de siècle de cinéma européen à Beyrouth...)


Cette ville suspendue, Beyrouth

Cette année encore, des films de tous les membres européens seront présentés (surtout ceux qui se sont illustrés dans les derniers festivals internationaux). De plus, des films d’étudiant seront en compétition et auront l’opportunité, en gagnant, de participer à des festivals de renom. Des invités de marque seront présents et auront la possibilité d’interagir avec les étudiants et les cinéphiles. Ce festival ne se restreint pas, en outre, à Beyrouth. Festival nomade et non sédentaire, grâce à l’aide de l’Institut culturel français, il sera proposé en partie dans des villes comme Saïda, Tripoli ou Nabatiyeh.

Outre les nombreux films projetés, cinq événements sont à retenir et représentent les temps forts du festival :

- À l’occasion de ce 25e anniversaire et en partenariat avec Cinemathèque Beirut, le festival célébrera la longue collaboration cinématographique qui unit l’Europe au Liban en présentant trois films qui tentent de dresser le portrait du Beyrouth d’après-guerre, coproduits avec la France, l’Allemagne et la Suède. Tous tournés dans les ruines de la capitale libanaise après des années de conflit armé, ils révèlent un état de dérive, celui d’une ville suspendue (en référence au film de 1986 de Jocelyne Saab, récemment disparue). Il était une fois Beyrouth, de Jocelyne Saab (dimanche 27 janvier), Beyrouth fantôme de Ghassan Salhab (mardi 29 janvier), en présence du réalisateur, et al-Sheikha, de Leyla Assaf (jeudi 31 janvier), en présence de la réalisatrice, seront ainsi présentés pour la première fois depuis leur sortie initiale dans les années 90.

- Samedi 2 février : Un panel au sujet du Livre d’image de Jea-Luc Godard. « Côtoyer sa pensée, ses images et ses paroles »; « Comment, dans l’obscurité totale, Godard a fait surgir en nous des couleurs d’une telle intensité ? » , c’est de cela dont il s’agira pendant cette discussion avec Fabrice Aragno (réalisateur-monteur et directeur de photographie) et Mitra Farahani (peintre, cinéaste et productrice). Ce panel sera modéré en français par le producteur Antoine Khalifé.

- Mercredi 30 janvier, Station Beirut. Pour ce 25e anniversaire, huit illustrateurs libanais exposeront aussi leurs interprétations des célèbres films européens durant une soirée unique. Les œuvres de Tracy Chahwan, Ghadi Ghosn, Carla Habib, Nour Hifaoui, Joseph Kai, Karen Keyrouz, Mohammad Kraytem et Raphaelle Macaron mettront en valeur, pour cette occasion particulière, l’importance de l’illustration d’affiches de cinéma.

- Lundi 4 février : Le Sang d’un poète de Jean Cocteau en

ciné-concert. Produit en 1930 et réalisé par Cocteau, ce film sera l’objet du ciné-concert interprété par Two or the Dragon, duo électroacoustique de Abed Kobeissy et Ali Hout. Leur projet est le résultat de l’intérêt que partagent les deux hommes pour les domaines des sons urbains et de la musique arabe.

- Samedi 2 février : Me and You, un film de 2012 de Bernado Bertolucci. À travers ce film, un hommage sera rendu au cinéaste italien disparu cette année.


Pour mémoire

Le cinéma débridé, d’Angers à Saïda

Festival du cinéma européen : le top 5, à ne pas rater, de « L’Orient-Le Jour »

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pourquoi je (ne) quitte (pas) « L’Orient-Le Jour »

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de plan général pour déstabiliser le Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants