Rechercher
Rechercher

Liban

Sommet économique arabe de Beyrouth : Berry et Hariri étalent leurs divergences sur l'absence de la Libye

Après que le Premier ministre désigné ait "profondément" regretté l'absence d'une délégation libyenne à ce sommet, le président du Parlement a vivement riposté.

Le Premier ministre libanais désigné Saad Hariri et le président du Parlement et leader du mouvement Amal, Nabih Berry. Photos AFP et Ani

Le Premier ministre libanais désigné Saad Hariri et le président du Parlement et leader du mouvement Amal Nabih Berry ont publiquement étalé leurs divergences mercredi sur l'absence de la Libye au sommet économique de la Ligue arabe, prévu ce week-end à Beyrouth. Lundi, les autorités libyennes avaient annoncé qu'elles boycotteraient le sommet sur fond de litige les opposant à Amal depuis la disparition du fondateur du mouvement, l'imam Moussa Sadr, dans la capitale libyenne Tripoli en 1978.

Dans un discours prononcé lors du Forum arabe du secteur privé dans la capitale libanaise, M. Hariri a "profondément" regretté l'absence d'une délégation libyenne à ce sommet, estimant que "les relations entre pays frères doivent s'élever au-dessus de toute agression". "Nous espérons que le sommet économique arabe réussira, produira des décisions pour améliorer la coopération et permettra d'élever le niveau de vie des citoyens arabes. De nombreux pays commencent à prendre conscience que le monde arabe est un trésor. C'est pour cela que nous devons investir", a-t-il ajouté.

M. Berry a répondu du tac-au-tac aux propos du Premier ministre désigné. "Je suis vraiment, vraiment désolé mais ce n'est pas l'absence d'une délégation libyenne, mais celle d'une délégation libanaise sur la mère des maux depuis plus de quatre décennies contre le Liban, tout le Liban".

Ces derniers jours, les responsables d'Amal s'étaient déchaînés contre la Libye, accusée de ne pas fournir d'éclaircissements sur la disparition de l'imam Moussa Sadr, lors d'une visite à Tripoli en 1978. Vendredi, le comité en charge de l'organisation du sommet économique avait affirmé que Nabih Berry avait précédemment approuvé la venue de responsables libyens au Liban, ce que M. Berry avait aussitôt démenti. Dimanche, des militants d'Amal avaient remplacé le drapeau libyen, installé sur le site qui accueillera le sommet économique arabe, au Seaside Arena (ex-Biel), par un drapeau de leur formation. D'autres militants avaient brûlé un drapeau libyen à Saïda, au Liban-Sud. Mardi, la Ligue arabe a affirmé n'avoir reçu aucune demande de médiation entre le Liban et la Libye.

De son côté, Walid Joumblatt a ironisé sur le thème du sommet : "Dernière minute : le secrétariat général de la Ligue arabe a proposé au Liban d'inviter Louis XIV, une proposition qui a été grandement saluée dans les milieux officiels", a déclaré le leader druze sur Twitter.



Les préparatifs en vue de la tenue du sommet économique arabe prévu dimanche au Seaside Arena sont entrés dans leur dernière ligne droite, avec l’arrivée qui a débuté dans la journée des responsables chargés des comités de suivi du sommet. Ces responsables, émissaires de chacun des 21 pays de la Ligue arabe, ont la mission de rédiger l’ordre du jour et les communiqués relatifs au sommet. Ils seront suivis à Beyrouth dès demain par les ministres arabes des Affaires étrangères, de l’Économie et des Affaires sociales, qui devraient se réunir vendredi à l’hôtel Monroe. Cela avant l’arrivée des chefs de délégation qui participeront dimanche au sommet, dont la durée sera d’une seule journée.

Outre la question de la Libye, celle de la Syrie et de l'absence du gouvernement ont conduit ces derniers plusieurs responsables, dont M. Berry, à appeler au report du sommet économique arabe de Beyrouth.


Lire aussi

Cas de confiance, l'éditorial de Issa GORAIEB

La mentalité milicienne a eu raison de la présence libyenne à la conférence économique

Gouvernement : le concept de « président fort » mis à rude épreuve

Les calculs biliaires de Nabih Berry, l'édito de Ziyad MAKHOUL


Repère

Sommet économique arabe de Beyrouth : ce qu'il faut savoir sur la crise qui parasite sa tenue





Le Premier ministre libanais désigné Saad Hariri et le président du Parlement et leader du mouvement Amal Nabih Berry ont publiquement étalé leurs divergences mercredi sur l'absence de la Libye au sommet économique de la Ligue arabe, prévu ce week-end à Beyrouth. Lundi, les autorités libyennes avaient annoncé qu'elles boycotteraient le sommet sur fond de litige les opposant...

commentaires (6)

Comment peut on avoir le culot d'occuper son PROPRE pays ? Certains arriveront PEUT être à nous l'expliquer. Loooooooll....

FRIK-A-FRAK

23 h 46, le 16 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Comment peut on avoir le culot d'occuper son PROPRE pays ? Certains arriveront PEUT être à nous l'expliquer. Loooooooll....

    FRIK-A-FRAK

    23 h 46, le 16 janvier 2019

  • On en apprend des choses dans votre journal. Comme par exemple des Libanais vivant au Liban sont des occupants de leur propre pays! Il faudra refaire l'histoire du supermarché, là c'est devenu carrément une dékkeneh hahahaha.

    Tina Chamoun

    15 h 44, le 16 janvier 2019

  • Décidément, on aura tout lu, tout vu, tout entendu dans ce pauvre pays: on y encense ceux qui assassinent leur propre peuple pour rester au pouvoir on y encense une organisation dite de résistance qui prétended lutter contre un occupant en occupant elle-même notre pays avec une milice entretenue et armée par un pays étranger on s'y bagarre sans cesse entre "responsables" pour tout et rien, en fait pour des raisons qui ne concernent nullement le Liban: comme la Syrie, la Libye, et autres vengeances personnelles vieilles de plusieurs dizaines d'années. Et pendant ce temps, le Liban sombre, sous les yeux ravis des admirateurs et rêveurs de victoires emportées par des héros et marchands de guerres et de morts sans fin... Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 02, le 16 janvier 2019

  • J’ai l’impression qu’il y’a qui ont pris pour résolution de créer des problèmes sans fin alors que la situation intérieure du pays est catastrophique ! On cri à l’aide et au feu et certains se contentent de tirer sur les pompiers et les ambulances en criant des slogans sans queue ni tête ou des Arguments illogiques.

    L’azuréen

    14 h 08, le 16 janvier 2019

  • L,OBJECTION SUR LA PRESENCE DE LA LYBIE N,EST QU,UNE EXCUSE DU TANDEM CHIITE POUR BLOQUER LA FORMATION DU GOUVERNEMENT... ILS CREERONT INDEFINIMENT DES RAISONS POUR EMPECHER LA RENAISSANCE DE L,ETAT SUR ORDRE DE LEURS SEIDES !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 36, le 16 janvier 2019

  • Vous savez quelle est la différence entre la lybie et la Syrie du héros Bashar ? Avoir subit un complot ? non , tous les 2 l'ont subit . Avoir été agressé par l'occident ? non tous les 2 l'ont été . Avoir connu l'instabilité militaire ? non tous les 2 la connaissent . vous donnez votre langue au chat ? En lybie , un dictateur qui avait commencé à coopérer avec l'occident s'est fait massacrer par ces derniers , mais ce pays reste fréquentable puisque cet occident continue à mener la danse de la zizanie dans ce pays . En Syrie un Héros n'a jamais voulu coopérer avec l'occident et les ayant mis hors d'état de nuire en leur infligeant une raclée magistrale avec ses alliés de la résistance , est déclaré personna non grata , parce que l'occident n'a pas d'emprise sur ce peuple vaillant et fier .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 33, le 16 janvier 2019