X

Liban

Sommet arabe : dernière ligne droite des préparatifs

Logistique

En dépit de mesures renforcées, la manifestation prévue dimanche au centre-ville est maintenue.

OLJ
16/01/2019

Les préparatifs en vue de la tenue du sommet économique arabe prévu dimanche au Seaside Arena entraient hier dans leur dernière ligne droite, à la veille de l’arrivée prévue aujourd’hui des responsables chargés des comités de suivi du sommet. Ces responsables, émissaires de chacun des 21 pays de la Ligue arabe, ont la mission de rédiger l’ordre du jour et les communiqués relatifs au sommet. Ils seront suivis à Beyrouth dès demain par les ministres arabes des Affaires étrangères, de l’Économie et des Affaires sociales, qui devraient se réunir vendredi à l’hôtel Monroe. Cela avant l’arrivée des chefs de délégation qui participeront dimanche au sommet, dont la durée sera d’une seule journée.

Une réunion préparatoire tenue au ministère des Affaires étrangères a rassemblé hier les ministres des Affaires étrangères, de l’Économie et des Affaires sociales : Gebran Bassil, Raëd Khoury et Pierre Bou Assi. Étaient également présents Rania Khalil, représentant le ministre des Finances Ali Hassan Khalil, ainsi que le directeur général du palais présidentiel Antoine Choucair et le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Hani Chmaytelli. Ce dernier a affirmé « que la réunion a porté sur la coordination entre les différents ministères au plan de l’organisation de l’événement, notamment pour ce qui a trait aux questions inscrites à l’ordre du jour et touchant aux sujets économiques et sociaux ». En réponse à une question, M. Chmaytelli a précisé que « le dossier des déplacés syriens sera évoqué lors de ce sommet », soulignant plus généralement qu’« il s’agit d’un événement arabe rassembleur portant sur une action économique commune qui représente une importance au plan de la satisfaction des besoins des peuples arabes ».

La dimension de l’événement a été également évoquée lors de la réunion du groupe parlementaire du courant du Futur, tenue à la Maison du Centre sous la présidence de Bahia Hariri, députée de Saïda. « La tenue du sommet à Beyrouth illustre la position privilégiée du Liban au sein de son milieu arabe », a indiqué le communiqué publié au terme de la réunion, saluant par ailleurs « les efforts déployés par la présidence de la République pour assurer le succès du sommet ».


(Lire aussi : La Libye décide de ne pas participer au sommet économique arabe de Beyrouth)


8 000 agents de sécurité
Entre-temps, les équipes techniques du palais présidentiel s’affairaient à mettre la touche finale à la préparation de l’événement. Sous le commandement du chef de la brigade de la garde présidentielle, une structure sécuritaire a été créée, comportant près de 8 000 agents appartenant aux divers services de sécurité. Sa mission est d’établir un plan détaillé, portant notamment sur la préservation de la sécurité des rois, chefs d’État et membres des délégations, et d’éviter toute brèche qui pourrait se répercuter sur la sécurité du sommet dans son ensemble. Dans ce cadre, l’enceinte de l’Aéroport international de Beyrouth et ses abords, ainsi que les routes reliant dans les deux sens l’aéroport aux lieux de résidence des hôtes au centre-ville, seront soumis samedi et dimanche à des mesures renforcées.

Dès vendredi minuit, et pour une durée de trois jours, la circulation sera interdite sur l’avenue Charles Hélou et l’autoroute de la Cité sportive, ainsi que dans la zone englobant l’intersection des rues Chafic Wazzan (CinemaCity) et Georges Haddad, la base navale de Beyrouth, le front de mer, le croisement des rues Wafic Sinno et Ibn Sina (intersection du café Hard Rock), Starco, la rue Omar Daouk qui conduit au tunnel du Phoenicia (Mina el-Hosn), l’intersection de la rue du Patriarche Hoyek et de l’avenue des Français (immeuble Medgulf), de même que la rue parallèle à la rue Weygand qui aboutit à la rue Fakhreddine. Toutefois, les titulaires de laissez-passer, en l’occurrence les 200 employés qui travaillent pour le sommet, les journalistes locaux et étrangers, les délégations participantes, les 9 000 résidents, ainsi que les 6 000 voitures appartenant à ces derniers, seront autorisés à circuler dans l’espace sécuritaire. La distribution des laissez-passer a débuté vendredi dernier et se poursuivra jusqu’à aujourd’hui. Les personnes qui ont droit à ces permis mais n’y ont pas eu accès peuvent contacter les numéros 1722 et 01-426100 pour faire leur demande.

Il serait essentiel pour les citoyens de suivre à la lettre les instructions des forces de sécurité, d’autant que dans ce contexte, il sera difficile de se déplacer dans la capitale ce week-end.


(Repère : Sommet économique arabe de Beyrouth : ce qu'il faut savoir sur la crise qui parasite sa tenue)


Écoles officielles et administrations fermées
Les mesures draconiennes se sont en outre illustrées par la décision du Premier ministre désigné Saad Hariri de fermer vendredi les administrations publiques, les institutions générales et les municipalités. On apprend aussi que les écoles officielles situées à Beyrouth n’ouvriront pas leurs portes ce jour-là. Quant aux écoles privées de la capitale, des sources informées affirment qu’en coordination avec le ministère de l’Éducation, elles prendront leur décision ce matin.

Pour parer encore aux dérapages, le ministre de la Défense Yaacoub Sarraf a émis de son côté une circulaire édictant la suspension des permis de port d’armes dans le Grand Beyrouth. Toutefois, l’interdiction ne concerne pas les permis accordés aux gardes des ambassadeurs, ministres, députés, chefs de parti et chefs religieux.

Il reste que l’ensemble de ces mesures n’ont pas empêché le Parti communiste de maintenir la manifestation prévue dimanche, face au Seaside Arena, pour protester notamment contre « les politiques de pillage, d’exploitation et de corruption ». Reste à savoir si les manifestants parviendront à s’approcher du périmètre de sécurité.


Lire aussi

Cas de confiance, l'éditorial d'Issa GORAIEB

Gouvernement : le concept de « président fort » mis à rude épreuve

Les calculs biliaires de Nabih Berry, l'édito de Ziyad MAKHOUL


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.