L’édito de Ziyad MAKHOUL

Les calculs biliaires de Nabih Berry

L’édito
14/01/2019

S’il s’amusait à consulter une(e) numérologue, Nabih Berry n’en ressortirait probablement pas très satisfait : 2019 risque d’être pour lui une sacrée annus horribilis. Il en a connu quelques-unes, cela dit, au cours de ce quasi-demi-siècle d’omniprésence politique et de (sinistres) records cassés, mais sans qu’elles n’entament en rien, pratiquement, l’étrange résilience d’un des zaïms libanais les plus controversés – et les plus roublards – de l’histoire de ce pays. Mais cette nouvelle année s’annonce rudement corsée : il est encerclé de partout.

À la gauche du président de la Chambre, son adversaire fétiche, sans doute fabriqué à partir d’un même moule : le chef du CPL Gebran Bassil, dont on a forcé le coming out politique l’an dernier en faisant fuiter une vidéo de lui traitant Nabih Berry, de tout son cœur, de baltaji – délicieuse traduction en égyptien du mot voyou. Sans oublier bien sûr le beau-père de M. Bassil, Michel Aoun, accessoirement président de la République. Entre Nabih Berry et le tandem familial, donc entre Amal et le CPL, c’est depuis de très longs mois une guerre, pour l’instant verbale, mais franche, et qui dit haut et fort et fièrement son nom. Les lieutenants ont pour noms Ali Hassan Khalil, Ali Bazzi, Salim Jreissati et Ibrahim Kanaan, pour ne citer qu’eux, et ils se coupent tous en quatre pour jeter, à tour de rôle, beaucoup d’huile sur beaucoup de feux. Pourquoi ? Comment expliquer ce conflit profond et permanent au sein de cette doïka présidentielle Aoun-Berry ? Bien sûr, les hommes ne s’apprécient aucunement. Bien sûr, leurs visions de leurs intérêts personnels (et en aucun cas de l’intérêt supérieur de la nation : ce concept est jusqu’à nouvel ordre totalement incompatible avec les ADN d’Amal et du CPL) sont très souvent divergentes. Bien sûr, leurs agendas politiques les obligent à regarder neuf fois sur dix dans des directions radicalement opposées. Mais le cœur du problème est ailleurs : il faut chercher la femme. En l’occurrence, le troisième homme ; le dernier élément de cette fumeuse troïka qui, depuis le début des années 90 avec le triumvirat Hraoui-Berry-Hariri père, fait et surtout défait le Liban, au gré des fluctuations des crises de foi(e) de ses trois composants. Le véritable enjeu, aujourd’hui, de la guerre Aoun-Berry s’appelle Saad Hariri. Qui se laisse faire – intelligemment, pour une fois, et pas mécontent du tout d’être Roxane, tout sourire devant le ring où se battent pour ses si beaux yeux Cyrano et Christian.

À la droite du président de la Chambre, son cauchemar absolu : le Hezbollah. Rentré renforcé de son mercenariat aux côtés de Bachar el-Assad et de ses soldats en Syrie, mais triplement handicapé : par son incapacité à comprendre le tissu libanais, par la détermination d’acier de Benjamin Netanyahu qui lui fait regretter, presque, Ehud Olmert et sa clique de 2006, et, surtout, par la colère encore sourde, mais bien réelle, d’une partie de plus en plus remarquée de la rue chiite (ce qui donne des espoirs fous à Nabih Berry), ce Hezb, non content de contrôler chaque geste, chaque respiration politique de M. Berry, s’est fait un malin plaisir de lui annoncer que son successeur est tout trouvé. Et quel successeur… N’ayant pas d’héritier politique direct (ni fils, ni neveu, ni, encore moins, gendre…), ce qui aurait été grandement à son honneur s’il n’avait pas poussé le clientélisme à des niveaux jamais égalés auparavant, Nabih Berry entendait sûrement sinon prétendre à un nouveau mandat en 2022 (à 83 ans, rien n’est impossible), du moins choisir lui-même celui qui prendra sa place au perchoir. Mais non : en oubliant le très sautillant Jamil el-Sayyed, dont même le Hezb ne veut pas, Hassan Nasrallah a adoubé, et dans les formes, un certain Abbas Ibrahim. Le très ambigu, très étonnant et très Lorenzaccio directeur général de la Sûreté générale. Nabih Berry se posera sans doute à de très nombreuses reprises, courant 2019, cette question, sans que l’on ne sache vraiment si elle l’empêchera de dormir : le mouvement Amal lui survivra-t-il ?

Enfin, au centre, il y a le point nodal, la caisse de résonance de toutes les convergences, de tous les problèmes et de toutes les sueurs froides de M. Berry : la communauté chiite libanaise. Les récentes surenchères du président de la Chambre et de ses hommes, à propos de la participation de la Libye au sommet économique arabe le 20 janvier à Beyrouth et de la disparition de l’imam Moussa Sadr, ne leurrent personne : Nabih Berry, qui doit la totalité de sa carrière, milicienne et politique, à cette disparition, continuera toujours d’utiliser l’affaire Sadr pour ne pas perdre de points aux yeux de ses coreligionnaires, en espérant qu’un jour, elle lui en fasse gagner, mais les gesticulations du très gigotant n° 2 de l’État ont une cause aux antipodes du destin de ce très brave homme qu’était l’imam disparu : l’allégeance de la communauté chiite. Son obédience, même. Parce que, autant Hassan Nasrallah est pieds et poings liés l’obligé de Téhéran et de ses ayatollahs, autant Nabih Berry a été, est et restera l’homme du gang Assad, hier le père, aujourd’hui le fils, qui semble avoir diablement repris du poil de la bête. Il y a infiniment d’eau dans le gaz entre la Syrie et l’Iran et le président de la Chambre, malin parmi les malins, a clairement choisi son camp, clairement annoncé qu’il entendait rééquilibrer, autant que faire se peut (combien de divisions, Amal, face à l’arsenal du Hezb…), la balance entre les influences iranienne et syrienne sur les chiites du Liban.

Il y a à peine trois jours, Nabih Berry a été hospitalisé durant quelques heures pour se faire retirer des calculs biliaires. Tout le monde, naturellement, souhaite au président de la Chambre un prompt rétablissement et une excellente santé, mais des calculs biliaires (très sensibles au stress, c’est un fait médical…), M. Berry en fera probablement, et malheureusement, beaucoup cette année.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tina Chamoun

Si en plus, il commence à se faire de la bile,il devra penser à revoir ses calculs à la baisse.

gaby sioufi

faut il croire qu'un jour lointain,
les partisans de Amal seraient absorbes par HN et Vali fakih ?

AIGLEPERçANT

C'est amusant et écrit avec bcp de simplicité.

Très rare chez Mr Ziad.

Georges MELKI

"S’il s’amusait à consulter une(e) numérologue, Nabih Berry n’en ressortirait probablement pas très satisfait : 2019 risque d’être pour lui une sacrée annus horribilis"
Et pourquoi donc un(e) numérologue, je vous prie? Les astrologues et les voyant(e)s sont très nombreux chez nous! Il y en a même qui s'affublent du titre pompeux de "3alem(et) al-falak", tout en se croyant plus "scientifiques" que les autres charlatan(e)s...A moins qu'il ne veuille consulter celles qui lisent l'avenir dans le marc de café!!! Là il s'agit exclusivement d'énergumènes à double chromosome X...

Le Faucon Pèlerin

Abbas Ibrahim serait l'homme qu'il faut à la place qu'il faut.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES BON ARTICLE DE MONSIEUR ZIAD MAKHOUL !

Le point

Votre analyse est optimiste puisque vous donnez l'impression que demain sera semblable à hier et vous nous projetez déjà en 2022. Le pays est au bord du gouffre et les positionnements politiques des uns et des autres ne sont que des détails insignifiants. Tous ces responsables devraient s’enfermer ensemble dans un séminaire de quelques semaines pour sortir avec des réponses claires aux crises qui frappent le pays et pour donner une lueur d'espoir au peuple qui les a mis en place.

Wlek Sanferlou

Les calculs biliaires font mal...mais bien moins que, malgré sa position et son âge, se faire mener, tout comme le président, par le bout du nez par le manager local des affaires irano-syrienne...
En plus c'est aussi agaçant à leurs âges

LIBAN D'ABORD

analyse tres pertininte et interressante
On y decouvre des points connus mais qui n'avaient jamais ete relies de cette facons

BRAVO Mr MAKHOUL
MAIS EN FAIT C'EST TRES TRISTE POUR LE LIBAN

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.